Ocon pas "rouillé" en luttant pour son premier succès depuis 2015

Même s'il a patienté plus de six ans avant de remonter sur la plus haute marche du podium au Grand Prix de Hongrie, Esteban Ocon a assuré qu'il ne s'était pas senti "rouillé" en défendant sa première position face à Sebastian Vettel.

Ocon pas "rouillé" en luttant pour son premier succès depuis 2015

Esteban Ocon a été le grand gagnant du carambolage du départ du Grand Prix de Hongrie en passant de la huitième place sur la grille de départ à la deuxième en l'espace de quelques mètres. Puis, le Français a profité de l'erreur stratégique de Mercedes pour prendre la tête de la course dans le cinquième tour. En omettant un arrêt au stand pour chausser les gommes dures, Ocon n'a jamais quitté sa position de pointe jusqu'au drapeau à damier pour offrir à Alpine une victoire surprise.

Lire aussi :

C'était la première fois qu'Ocon menait une course en F1 et, surtout, ce Grand Prix de Hongrie a marqué la première victoire du pilote depuis son unique succès en GP3 à Barcelone, en mai 2015. Pourtant, remporter cette course n'a pas été une mission facile, en dépit des abandons de pilotes Mercedes, Red Bull, McLaren et Ferrari. Du tour 5 au tour 70, Sebastian Vettel n'a pas quitté de vue l'aileron arrière d'Ocon et le quadruple Champion du monde a exercé une grosse pression sur le pilote Alpine.

D'aucuns pourraient penser que le manque d'expérience en tête d'une course et le menace Vettel allaient faire vaciller Ocon. Mais l'intéressé a révélé que rien de cela ne lui avait posé problème sur la piste.

"Non, je ne me suis pas senti rouillé", a-t-il affirmé, avant d'ajouter : "Je suis désolé de décevoir, mais il est plus facile de se battre à l'avant et de contenir ceux qui sont derrière, comme nous l'avons fait aujourd'hui, que de se battre au milieu du peloton, comme nous le faisons [habituellement]. C'est beaucoup plus difficile."

Grâce à une victoire en Espagne et dix deuxièmes places, Esteban Ocon a remporté le titre en GP3 en 2015.

Grâce à une victoire en Espagne et dix deuxièmes places, Esteban Ocon a remporté le titre en GP3 en 2015.

"Depuis que je suis arrivé en Formule 1, j'ai eu le temps de bien m'entraîner. La lutte au milieu du classement est beaucoup plus difficile que celle à l'avant. C'était difficile avec Seb qui mettait beaucoup de pression. Il m'a donné du fil à retordre mais quand vous êtes devant, vous êtes à l'air libre et vous êtes celui qui dicte le rythme sur la piste."

Cette victoire est la première pour Alpine en catégorie reine, la première depuis le retour de Renault en compétition, en 2016, et la première pour la structure d'Enstone depuis la victoire de Kimi Räikkönen au Grand Prix d'Australie 2013 (l'équipe s'appelait alors Lotus).

Lire aussi :

Ocon a cependant eu peur que sa course tourne au vinaigre lorsqu'il est rentré au stand dans le tour précédant le second départ pour chausser les pneus slicks et que Lewis Hamilton, le leader, n'a pas fait de même. Cette crainte ne fut que de courte durée car tous les pilotes l'ont suivi au stand, laissant Hamilton s'installer seul sur la grille de départ.

"Je n'ai jamais vu [Hamilton] prendre une mauvaise décision, alors c'était un peu déchirant de devoir rentrer au stand en étant deuxième", a expliqué le Français. "Mais je suis heureux que nous l'ayons fait parce que ça nous a permis de nous échapper. Les gars ont fait un super arrêt au stand aussi. L'arrêt de Sebastian a été lent, c'est probablement ce qui a fait la différence, parce que sans ça, il nous aurait fait l'undercut. Donc oui, les gars dans le garage ont fait du bon boulot."

partages
commentaires
Ferrari : Les écuries coupables devraient payer les dégâts des crashs

Article précédent

Ferrari : Les écuries coupables devraient payer les dégâts des crashs

Article suivant

Bottas : Après mon erreur, je ne pouvais plus rien faire

Bottas : Après mon erreur, je ne pouvais plus rien faire
Charger les commentaires
Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021