Formule 1
C
GP d'Émilie-Romagne
18 avr.
Course dans
43 jours
C
GP du Portugal
30 avr.
Prochain événement dans
55 jours
09 mai
Prochain événement dans
61 jours
C
GP du Canada
13 juin
Course dans
100 jours
C
GP d'Autriche
04 juil.
Prochain événement dans
117 jours
C
GP de Grande-Bretagne
18 juil.
Course dans
134 jours
C
GP de Hongrie
01 août
Course dans
148 jours
C
GP de Belgique
29 août
Course dans
176 jours
C
GP des Pays-Bas
05 sept.
Course dans
183 jours
12 sept.
Course dans
190 jours
C
GP de Russie
26 sept.
Course dans
204 jours
C
GP de Singapour
03 oct.
Prochain événement dans
208 jours
10 oct.
Course dans
218 jours
C
GP des États-Unis
24 oct.
Course dans
233 jours
C
GP de Mexico
31 oct.
Course dans
240 jours
07 nov.
Course dans
247 jours

Pérez a-t-il convaincu Red Bull ? "Une course ne change pas votre vie"

Sergio Pérez a goûté à la victoire en Grand Prix et en veut désormais plus, mais il ne pense pas que son succès à Bahreïn influencera la décision de Red Bull pour l'an prochain.

Pérez a-t-il convaincu Red Bull ? "Une course ne change pas votre vie"

Le terme de paradoxe a déjà plusieurs fois été employé, et c'est une réalité pour Sergio Pérez. Le Mexicain s'est présenté ce jeudi dans le paddock de Yas Marina avec le statut d'un vainqueur de Grand Prix qui n'est pas donné à tout le monde. Et dans le même temps, il ignore toujours s'il sera sur la grille la saison prochaine. Quelques jours après avoir décroché son premier succès, à Bahreïn au terme d'une course folle sur la piste extérieure, Pérez aborde son dernier week-end avec Racing Point, écurie dans laquelle il évolue depuis six ans. Il le sait, au point de l'avoir dit et répété : sa seule chance d'être au départ de la saison 2021 serait d'être recruté par Red Bull Racing pour remplacer Alexander Albon.

Lire aussi :

À l'arrivée du Grand Prix de Sakhir, Pérez a insisté sur sa décontraction, dans le sens où il sait avoir tout fait pour mériter ce baquet. Se disant "en paix" avec lui-même, il se doit d'attendre, tout en ayant plusieurs fois fait savoir qu'il avait déjà des options sur la table pour un retour en F1 en 2022, en cas d'année sabbatique. Mais sa victoire dimanche dernier peut-elle avoir changé le cours de la réflexion dans l'esprit des dirigeants de Red Bull ?

"Je crois fermement qu'en F1, une course ne change pas vraiment votre vie", doute Pérez. "Ce que j'ai montré ces dix dernières années, week-end après week-end, certes avec des hauts et des bas, a toujours débouché sur une année avec de gros résultats. Et cette année, il y a eu des hauts et des bas puisque j'ai manqué deux courses à cause du COVID, dans un championnat très court. J'ai perdu un moteur alors que j'avais un podium à ma portée [à Bahreïn]. Il y a eu beaucoup d'occasions manquées, et je suis tout de même quatrième du championnat. C'était donc une très grosse année, mais il faut aussi remercier l'équipe, car ils m'ont donné une voiture avec laquelle je peux montrer ce dont je suis capable, c'est quelque chose de très spécial."

Les félicitations de Red Bull

Aperçu en discussions avec Helmut Marko à Sakhir le week-end dernier, Sergio Pérez a ensuite reçu les félicitations du consultant spécial de Red Bull. L'écurie autrichienne a affirmé qu'elle ne prendrait aucune décision avant la fin de la saison, version à laquelle le pilote mexicain adhère.

Le vainqueur Sergio Perez, Racing Point RP20

"J'ai reçu des messages de félicitations de la plupart des patrons d'écurie en F1, dont Helmut, donc c'était chouette", raconte-t-il. "Concernant la décision, je crois que ce qu'ils disent publiquement est correct. Ils prendront une décision à un moment donné après le week-end. Je ne sais pas quelle sera cette décision. Il n'y a pas plus de précipitation. C'est la fin de l'année, voilà où nous en sommes. Nous avons attendu très longtemps maintenant, alors une ou deux semaines de plus pour connaître la décision, ça ne change pas grand-chose."

Je ne suis clairement pas venu en F1 pour gagner une seule course.

Sergio Pérez

Être entré dans le cercle restreint des vainqueurs de Grand Prix compte énormément pour Sergio Pérez, qui n'a pas caché avoir réalisé un rêve, mais il refuse en revanche d'envisager ce succès comme un point final venu couronner sa carrière.

"Tout ce que je peux dire, c'est que je suis en paix avec moi-même", répète-t-il. "Je ne contrôle pas totalement mon avenir pour le moment. C'est évidemment ennuyeux, n'importe quel humain dans cette situation aurait du mal à le vivre. Mais sachant que ça ne dépend pas de moi, que la victoire est arrivée après avoir attendu longtemps, j'ai le sentiment d'avoir tiré le meilleur de mes opportunités. Alors si j'ai un baquet l'an prochain, c'est génial. Sinon, je veux revenir en 2022. Je pense être au sommet de ma carrière, et les meilleures années sont devant moi. Alors même si je rate une année, je suis suffisamment déterminé pour revenir en 2022. Si je dois prendre une année sabbatique, je le ferai. Mais je suis plus que déterminé à revenir. La victoire m'apporte une paix intérieure, mais aussi plus d'appétit. J'en veux plus. Et après l'avoir fait une fois, on sait qu'on peut le refaire. Je veux le refaire plusieurs fois."

"Je ne suis clairement pas venu en F1 pour gagner une seule course. Je suis venu ici avec l'espoir d'être Champion du monde. Mais on réalise très vite que devenir Champion du monde ne dépend pas totalement de soi, il faut être dans la bonne voiture la bonne année. Depuis que je suis ici, une seule équipe peut donner cette opportunité année après année. Deux pilotes seulement ont une chance chaque année, alors devenir Champion du monde est très difficile. Mais si l'on n'a pas une voiture de ce calibre, il faut tirer le meilleur des opportunités qui se présentent. C'est pourquoi je suis en paix avec moi-même, car j'ai réussi à le faire avec la monoplace que j'avais. J'ai eu beaucoup de succès en F1 compte tenu de la voiture que j'avais chaque année. Si l'on n'a pas une Mercedes, par exemple, il faut juste faire le maximum possible avec sa voiture. C'est que j'ai réalisé ces dix dernières années."

partages
commentaires
Mattia Binotto souffrant et absent pour le GP d'Abu Dhabi

Article précédent

Mattia Binotto souffrant et absent pour le GP d'Abu Dhabi

Article suivant

Sainz tance la décision "incohérente" de la FIA sur le test d'Abu Dhabi

Sainz tance la décision "incohérente" de la FIA sur le test d'Abu Dhabi
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP d'Abu Dhabi
Lieu Yas Marina Circuit
Pilotes Sergio Pérez
Équipes Red Bull Racing , Racing Point
Auteur Basile Davoine
Aston Martin : plus qu'une livrée verte, une structure à la Ferrari Prime

Aston Martin : plus qu'une livrée verte, une structure à la Ferrari

La présentation de l'Aston Martin était sans doute la plus attendue cette saison, alors que les nombreux changements apportés à l'équipe s'étendent bien au-delà d'un simple travail de peinture sur la livrée. Mais il est vrai que l'équipe n'aura pas à opérer un redémarrage et peut construire sur de solides fondations.

Les approximations qu'Ocon devra éviter avec Alpine et Alonso Prime

Les approximations qu'Ocon devra éviter avec Alpine et Alonso

Depuis son retour en F1, Esteban Ocon a connu une période difficile. De nouveaux défis l'attendent, puisqu'il a été rejoint par le double Champion du monde Fernando Alonso dans la nouvelle équipe Alpine. STUART CODLING établit une feuille de route à suivre pour franchir ce cap avec succès.

Formule 1
3 mars 2021
L'évolution récente des volants de Formule 1 Prime

L'évolution récente des volants de Formule 1

Les volants de Formule 1 ont drastiquement changé au fil des années, les pilotes disposant désormais de plus de contrôle, ce qui leur permet d'apporter les changements les plus subtils et de prendre l'avantage sur leurs rivaux.

Formule 1
2 mars 2021
L'impact qu'ont déjà les nouveaux investisseurs de McLaren Prime

L'impact qu'ont déjà les nouveaux investisseurs de McLaren

L'accord conclu par McLaren avec MSP Sports Capital l'an dernier non seulement aide l'écurie à financer la rénovation de ses infrastructures, ce dont elle avait bien besoin, mais est également un signe de l'avenir de la Formule 1.

Formule 1
1 mars 2021
La F1 à quatre roues directrices qui a failli rouler en Grand Prix Prime

La F1 à quatre roues directrices qui a failli rouler en Grand Prix

Pour la beauté du geste avant l'interdiction définitive de nombreuses aides en 1994, Benetton voulait faire rouler en Grand Prix sa B193C en fin de saison 1993, ce qui aurait fait d'elle la première voiture à quatre roues directrices à prendre un départ en F1...

Formule 1
28 févr. 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Pourquoi la Red Bull 2021 n'a pas que quelques autocollants en plus Prime

Pourquoi la Red Bull 2021 n'a pas que quelques autocollants en plus

À première vue, la nouvelle Red Bull pour la saison 2021 de F1 semble très similaire à la monoplace de l'an passé, mais un examen attentif révèle qu'il y a en réalité beaucoup de choses intéressantes.

Formule 1
24 févr. 2021
Ce que révèle la manière dont Alfa Romeo a dépensé ses jetons Prime

Ce que révèle la manière dont Alfa Romeo a dépensé ses jetons

Comme les autres monoplaces présentées jusque-là, l'Alfa Romeo C41 dévoilée ce lundi en Pologne s'apparente davantage à une évolution qu'à une révolution.

Formule 1
23 févr. 2021