Formule 1
03 juil.
-
05 juil.
Événement terminé
10 juil.
-
12 juil.
Événement terminé
17 juil.
-
19 juil.
Événement terminé
31 juil.
-
02 août
Événement terminé
C
GP du 70e Anniversaire
07 août
-
09 août
EL1 dans
3 jours
14 août
-
16 août
EL1 dans
10 jours
28 août
-
30 août
EL1 dans
24 jours
04 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
31 jours
11 sept.
-
13 sept.
Prochain événement dans
37 jours
25 sept.
-
27 sept.
EL1 dans
52 jours
C
GP de l'Eifel
09 oct.
-
11 oct.
Prochain événement dans
65 jours
23 oct.
-
25 oct.
Prochain événement dans
79 jours
31 oct.
-
01 nov.
Prochain événement dans
87 jours

Racisme, COVID-19… Le titre 2020 serait spécial pour Hamilton

partages
commentaires
Racisme, COVID-19… Le titre 2020 serait spécial pour Hamilton
Par :
3 juil. 2020 à 08:56

Lors d'une année décidément pas comme les autres, Lewis Hamilton tient tout particulièrement à remporter le titre mondial.

Il y a six mois, qui aurait pu prédire qu'une pandémie allait faire des centaines de milliers de victimes dans le monde ? Le nouveau coronavirus a chamboulé au passage tous les calendriers sportifs, créant le contexte inédit d'une saison de Formule 1 dont les dix premiers Grands Prix ont été annulés ou reportés. Pendant ce temps, voilà un mois et demi que les tensions ethniques ont pris une ampleur immense aux États-Unis et partout dans le monde avec des manifestations contre le racisme, après la mort d'un homme noir, George Floyd, lors d'une arrestation policière.

Lewis Hamilton en a fait son cheval de bataille et appelle sans relâche l'industrie du sport automobile à agir contre les discriminations. Et dans ce contexte, il reconnaît que remporter une septième couronne aurait une saveur toute particulière.

"Remporter le titre cette année aurait plus d'importance à mes yeux que jamais dans la mesure où c'est une année historique, avec cette pandémie que nous combattons", déclare Hamilton. "À un niveau plus personnel, il y a le mouvement Black Lives Matter et la lutte contre l'injustice et pour l'égalité : nous nous battons pour quelque chose de très important. Cela ne va pas vraiment changer à notre époque, pour notre génération, mais pour nos enfants et nos petits-enfants. C'est un moment si important pour nous ! Oui, remporter le titre durant cette période sera encore plus important qu'auparavant."

Hamilton a créé un programme visant à améliorer la diversité en sport automobile, et Mercedes s'est engagé à agir sur ce sujet, ayant récemment révélé que seuls 3% des employés de l'écurie considèrent appartenir à une minorité ethnique, à comparer aux 14% dans la population anglaise et galloise en 2011. Des symboles ont également été adoptés, telle une livrée noire pour les Flèches d'Argent et les combinaisons des pilotes, tandis que Hamilton arbore le logo Black Lives Matter sur son casque. Son coéquipier Valtteri Bottas a également adapté son heaume.

Lire aussi :

"C'est dommage qu'il ait fallu encore une mort d'un homme noir aux États-Unis pour vraiment lancer tout ça", poursuit l'Anglais. "Mais en un sens, que ce soit filmé est ce qui a tout déclenché et nous a donné la plateforme et la voix pour pouvoir sensibiliser et essayer d'encourager les gens à s'instruire. J'ai moi-même passé beaucoup de temps à essayer de m'instruire pour m'assurer de tout savoir du passé et du présent. Je trouve ça positif que les gens réagissent et je veux vraiment qu'ils soient plus proactifs."

Lewis Hamilton, Valtteri Bottas, Mercedes

"La Formule 1 a été super, j'ai passé beaucoup de temps au téléphone avec ses représentants, j'ai fait des appels Zoom, nous avons discuté de leurs projets et de la manière dont nous pouvons avancer à l'unisson. J'ai passé beaucoup de temps à discuter avec Mercedes, et c'est génial qu'ils soient sur la même longueur d'onde, qu'ils jouent un rôle dans ce processus vers l'égalité et l'inclusivité. Mais il y a beaucoup de gens qui prennent juste un moment pour poster Blackout Tuesday et ne font pas grand-chose d'autre. Je n'ai certainement rien entendu de la part des autres écuries, de ce que je sais, et mon appel était vraiment pour tout le monde au sein de cette industrie. Il y a tant d'excellent jobs ici, tant d'opportunités, mais très peu ont été proposées à des minorités."

"Je pense qu'il faut vraiment travailler dur, il faut sans aucun doute en faire davantage, mais c'est un point de départ et je ne cesserai de faire campagne jusqu'à ce que l'on voie vraiment du changement. Ajouter une personne de couleur au paddock, ce n'est pas de la diversité, et il faut vraiment creuser plus profondément. Nous devons unir nos forces et je pense que la base, c'est vraiment l'éducation. C'est pourquoi j'ai demandé ce rapport. C'est difficile de changer ce que l'on ne connaît pas, et tout le monde a son avis sur ce que sont le problème et les raisons pour lesquelles nous n'avons pas beaucoup de diversité, mais je devrais pouvoir venir vous voir avec des résultats vraiment factuels qui montrent pourquoi et comment nous pouvons changer ça."

Un genou à terre sur la grille ?

Reste une question majeure qui n'a pas encore de réponse : les pilotes vont-ils mettre un genou à terre sur la grille de départ pour marquer leur soutien à la lutte contre le racisme, geste déjà aperçu dans plusieurs sports ? "Nous n'en avons pas tous discuté, mais je suis sûr que ce sera le cas ce week-end", commente Hamilton. "Ce n'est pas la première chose à laquelle je pense, et on m'a posé cette question à plusieurs reprises. Prévoir de mettre un genou à terre sur la ligne de départ n'a pas vraiment été ma priorité. On verra dimanche. Quoi que nous fassions, je pense que nous essaierons de le faire dans l'union."

Romain Grosjean, directeur de l'Association des Pilotes de Grand Prix (GPDA), est quant à lui favorable à cette idée, mais il émet des réserves sur certains commentaires récemment faits par Hamilton sur les réseaux sociaux. "Il y a énormément de choses qui sont affiliées à des mouvements politiques, mais le genou semble vraiment être un mouvement détaché de la politique, utilisé dans le sport", analyse le pilote Haas. "Oui, il y a de grandes chances que je mette le genou à terre, je pense que c'est important."

Lire aussi :

"Après, là où nous n'étions pas forcément ravis avec Lewis, c'est qu'au moment où il a annoncé que le monde de la F1 ne le suivait pas et n'était pas assez impliqué, nous aurions bien aimé dans la GPDA qu'il nous appelle, qu'il nous parle de ça, et que nous fassions quelque chose ensemble, plutôt que de se mettre un peu à part en disant 'moi je fais quelque chose et personne d'autre ne le fait'. Mais nous sommes tous sur la même lignée, à 100% contre le racisme."

Abiteboul : On peut être rassuré sur le destin de Renault en F1

Article précédent

Abiteboul : On peut être rassuré sur le destin de Renault en F1

Article suivant

Plafond budgétaire : Racing Point croit en sa relation avec Mercedes

Plafond budgétaire : Racing Point croit en sa relation avec Mercedes
Charger les commentaires