Verstappen conscient de la menace Ricciardo à Sotchi

Max Verstappen et Alex Albon n'ont pas connu un début de Grand Prix de Russie 2020 facile à Sotchi, avec une première journée délicate, comme attendu, et la menace Renault qui se précise.

Verstappen conscient de la menace Ricciardo à Sotchi
Charger le lecteur audio

Red Bull Racing n'a pas connu un début de Grand Prix de Russie très prometteur, avec les troisième et huitième temps en EL1 mais surtout les septième et 12e marques en EL2. La deuxième séance a vu Max Verstappen peiner à trouver de l'adhérence lors de ses tours rapides, lors desquels il n'a pas réussi à aligner les trois secteurs, commettant même un tête-à-queue dans le dernier partiel de sa seconde tentative en pneus tendres.

Lire aussi :

Le Néerlandais n'est pas vraiment surpris d'être à la peine en ce début d'épreuve, même si les choses ont été moins heurtées sur les simulations de course. "Je pense que globalement, nous savons que ce circuit n'est pas le meilleur pour nous. Mais nous avons également essayé des niveaux d'appui et cherché quelle était la meilleure option. En EL2, oui, je pense que nous aurions pu faire un peu mieux mais, comme je l'ai dit, nous testions des choses. Certaines ont fonctionné, d'autres non, donc cela nous donne des idées pour demain."

Interrogé sur ce qu'il peut espérer en qualifications, alors que la Renault de Daniel Ricciardo l'a devancé lors des deux séances, il se montre relativement pessimiste : "Il sera difficile d'être troisième en qualifications. En course, ça semble un peu plus compétitif, donc je suis heureux, mais oui, il y a toujours un peu de travail à faire pour nous assurer d'être toujours P3."

"Renault [est la plus grande menace], je pense. Jusqu'ici, aujourd'hui, ils ont été très compétitifs, et on ne sait jamais qui d'autres [peut en être une]. Tout d'abord, je pense que nous devons nous concentrer sur nous-mêmes et trouver le bon compromis avec les niveaux d'appui également, pour nous assurer que la voiture est stable, et ensuite je suis assez confiant que les qualifs seront serrées. Mais je pense que nous pouvons être dans la bagarre."

Lire aussi :

Toujours en retrait, Alexander Albon est également en difficulté et espère tirer des informations de l'analyse des données. "Je pense qu'il y a des données à analyser, nous avons étudié différentes choses sur la voiture de Max et la mienne. Avec un peu de chance, nous pourrons trouver un entre-deux et quelque chose de bon. C'est délicat. Comme vous l'avez dit, nous savions que ça serait difficile. Le milieu de peloton a évidemment fait d'énormes progrès depuis l'an passé, donc c'est un peu plus serré."

"[La voiture] n'était pas mauvaise [sur les relais courts], c'est juste que tout le monde est très rapide. Nous devons faire nos devoirs et trouver où nous pouvons gagner ces petits centièmes. [Sur les longs relais], je ne sais pas pour être honnête, je n'ai même pas regardé. Je pense que ce n'était pas si impressionnant. Sur une piste comme cela, honnêtement, il s'agit juste de prendre soin des pneus. C'est tellement thermique ici. Il faut juste un très bon équilibre, donc si vous êtes bon sur les runs courts, vous serez bon sur les longs. Il nous en manque juste un peu dans les deux cas."

partages
commentaires

Voir aussi :

Mercedes surpris par l'écart dans des "conditions compliquées"

Ricciardo et Renault engrangent la confiance dans le top 3