Rémi Taffin a quitté ses fonctions chez Renault et Alpine

Impliqué avec Renault en Formule 1 depuis plus de vingt ans, Rémi Taffin a quitté le constructeur français au début de l'été.

Rémi Taffin a quitté ses fonctions chez Renault et Alpine
Charger le lecteur audio

Pilier fidèle de l'engagement de Renault en Formule 1 depuis de nombreuses années, le directeur technique du département moteur de la marque, Rémi Taffin, a quitté le groupe il y a quelques jours. Le Français faisait partie intégrante du programme Renault F1 depuis 1999 et a travaillé comme ingénieur moteur au début de sa carrière auprès de nombreux pilotes, parmi lesquels Fernando Alonso et Jenson Button.

En 2009, il a été promu pour prendre la direction des activités de Renault F1, puis est devenu en 2014 directeur des opérations alors que débutait l'ère turbo hybride. À partir de 2016, lorsque Renault a fait son retour à plein temps avec une écurie d'usine dans la catégorie reine, Rémi Taffin est devenu directeur technique moteur avec pour mission essentielle l'accélération du développement de l'unité de puissance à Viry-Châtillon.

Si Renault a connu de nombreuses frustrations au début de l'ère hybride avec son moteur, des progrès ont été réalisés par la suite, lui permettant de décrocher plusieurs victoires avant la fin de son partenariat avec Red Bull Racing, et de renouer avec le succès très récemment en Hongrie avec Alpine et Esteban Ocon.

Néanmoins, tandis que Renault continue de travailler sur une toute nouvelle unité de puissance pour 2022, grâce à laquelle le constructeur espère réduire l'écart avec les références du moment que sont Mercedes et Honda, Rémi Taffin ne sera plus de l'aventure. Un porte-parole de l'écurie Alpine a confirmé à Motorsport.com qu'il avait quitté le groupe "d'un commun accord" au début du mois de juillet. Renault ne lui chercherait pas de remplaçant et devrait répartir les responsabilités vacantes entre les personnes toujours en place.

Actuellement, l'unité de puissance Renault est en retrait par rapport à la concurrence mais la même spécification est utilisée pour la troisième saison consécutive. Une situation consécutive au report du nouveau moteur en raison de la crise sanitaire et économique.

"Nous avons le même moteur pour la troisième année de suite, avec de très, très petits changements entre 2020 et 2021", explique Marcin Budkowski, directeur exécutif d'Alpine. "Nous utilisons un moteur 2019, donc certains de nos concurrents ont fait des progrès que nous n'avons pas pu faire."

"Le choix a été guidé par le fait que nous avions prévu d'introduire un tout nouveau moteur en 2021, avec la nouvelle réglementation châssis. La réglementation châssis a été reportée. Nous avons aussi reporté l'introduction de ce nouveau moteur à 2022 car malheureusement, avec les fermetures d'usine et le télétravail imposé l'an dernier, nous ne pouvions tout simplement pas le faire pour 2021."

"Nous n'avions pas les ressources pour relancer le programme de développement sur le moteur de cette année et continuer à travailler sur le moteur 2022. Nous avons donc décidé de placer tous nos efforts sur 2022. C'est une décision stratégique. Je pense que c'est la bonne mais c'est difficile, car cette année nous avons perdu du terrain sur la concurrence."

Lire aussi :

partages
commentaires
Ricciardo n'a jamais connu une saison si difficile
Article précédent

Ricciardo n'a jamais connu une saison si difficile

Article suivant

Ces chiffres qui sont le juge de paix de Ferrari en 2021

Ces chiffres qui sont le juge de paix de Ferrari en 2021
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021