Formule 1
C
GP d'Émilie-Romagne
18 avr.
Course dans
48 jours
09 mai
Prochain événement dans
66 jours
C
GP d'Azerbaïdjan
06 juin
Course dans
97 jours
C
GP du Canada
13 juin
Course dans
104 jours
C
GP d'Autriche
04 juil.
Prochain événement dans
122 jours
C
GP de Grande-Bretagne
18 juil.
Course dans
139 jours
C
GP de Hongrie
01 août
Course dans
153 jours
C
GP de Belgique
29 août
Course dans
181 jours
C
GP des Pays-Bas
05 sept.
Course dans
188 jours
12 sept.
Course dans
195 jours
C
GP de Russie
26 sept.
Course dans
209 jours
C
GP de Singapour
03 oct.
Prochain événement dans
213 jours
10 oct.
Course dans
223 jours
C
GP des États-Unis
24 oct.
Course dans
237 jours
C
GP de Mexico
31 oct.
Course dans
244 jours
07 nov.
Course dans
251 jours

Chez McLaren, Sainz est redevenu le pilote d'un projet

Avec 2020 en ligne de mire, Carlos Sainz se concentre sur les fruits à récolter d'une continuité à laquelle il aspirait, et qui lui permet de s'impliquer activement dans le développement de la future monoplace.

partages
commentaires
Chez McLaren, Sainz est redevenu le pilote d'un projet

En passe de conclure la meilleure saison de sa carrière en Formule 1, avec 95 points marqués et la septième place du championnat occupée avant le dernier Grand Prix, Carlos Sainz est impatient de pouvoir inscrire cette progression dans la continuité. Recruté par McLaren après avoir fait les frais de l'arrivée de Daniel Ricciardo chez Renault, le pilote espagnol se réjouit de participer au travail de fond sur le développement avec son écurie pour tenter de faire encore mieux en 2020. Ce sentiment d'être un homme clé pour la suite, il ne l'a pas connu depuis l'intersaison 2016-2017 chez Toro Rosso. Et encore, le contexte était très différent.

Lire aussi :

"Cela a probablement aussi rendu la deuxième partie de saison avec Renault plutôt étrange", se souvient Sainz en se remémorant la situation de l'année passée. "J'avais hâte de rejoindre McLaren avec un contrat de deux ans. Je crois fermement dans le fait que, plus un pilote passe de temps avec une écurie, plus il devient rapide avec cette voiture. C'est une règle que l'on peut observer dans presque chaque équipe. On peut le voir avec Max [Verstappen] chez Red Bull : plus il est resté longtemps, plus il est devenu fort. Avec Mercedes, Lewis [Hamilton] est chaque année plus fort. Chez Racing Point, Checo [Sergio Pérez] donne un exemple pour le milieu de grille : ce gars connaît très bien cette équipe et ça l'aide à réaliser de gros week-ends de course."

"J'avais hâte de connaître ça chez McLaren, et nous travaillons déjà sur la voiture de l'année prochaine dans le simulateur, chaque week-end nous développons et donnons des idées à l'usine quant à ce que nous devons faire. J'espère que ça aura une incidence sur l'année prochaine, dans la manière dont nous pilotons la voiture. Ce qu'il nous faut est très simple. En tant que pilote, ça a du sens de développer une voiture pendant quelques années."

En acceptant de relever le défi McLaren, Sainz avait rejoint une écurie moribonde et s'attendait à vivre une première année compliquée de l'ère post-Alonso. Au prix d'une réorganisation profonde et de changements majeurs, l'écurie de Woking a finalement dépassé les attentes, au point de s'assurer la quatrième place du championnat constructeurs aux dépens de... Renault.

"Avec ma confiance en moi et en l'équipe, ainsi que leur approche de travail cette année, j'étais davantage concentré sur le projet à moyen terme, pas vraiment sur le court terme et sur le fait de devoir être performant comme je devais l'être chez Toro Rosso et Renault", confie Sainz. "Cela m'a aussi aidé à affronter quelques moments difficiles dans l'année, à être plus détendu vis-à-vis de ça, car je n'étais pas dans l'urgence de devoir faire mes preuves. Bien entendu, je suis toujours pressé d'obtenir de bons résultats, mais grâce à ce projet à moyen terme et à la manière dont nous gérons l'année, je crois que c'était plus facile à surmonter."

Kubica estime avoir fait taire les sceptiques sur son handicap

Article précédent

Kubica estime avoir fait taire les sceptiques sur son handicap

Article suivant

Pirelli n'aura qu'une solution pour le banking de Zandvoort

Pirelli n'aura qu'une solution pour le banking de Zandvoort
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Carlos Sainz Jr.
Équipes McLaren
Auteur Basile Davoine
La F1 à quatre roues directrices qui a failli rouler en Grand Prix Prime

La F1 à quatre roues directrices qui a failli rouler en Grand Prix

Pour la beauté du geste avant l'interdiction définitive de nombreuses aides en 1994, Benetton voulait faire rouler en Grand Prix sa B193C en fin de saison 1993, ce qui aurait fait d'elle la première voiture à quatre roues directrices à prendre un départ en F1...

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
14h
Pourquoi la Red Bull 2021 n'a pas que quelques autocollants en plus Prime

Pourquoi la Red Bull 2021 n'a pas que quelques autocollants en plus

À première vue, la nouvelle Red Bull pour la saison 2021 de F1 semble très similaire à la monoplace de l'an passé, mais un examen attentif révèle qu'il y a en réalité beaucoup de choses intéressantes.

Formule 1
24 févr. 2021
Ce que révèle la manière dont Alfa Romeo a dépensé ses jetons Prime

Ce que révèle la manière dont Alfa Romeo a dépensé ses jetons

Comme les autres monoplaces présentées jusque-là, l'Alfa Romeo C41 dévoilée ce lundi en Pologne s'apparente davantage à une évolution qu'à une révolution.

Formule 1
23 févr. 2021
Qualifs sur un tour : l'échec d'une idée qui avait du bon Prime

Qualifs sur un tour : l'échec d'une idée qui avait du bon

Apparues en 2003 en Formule 1, les qualifications sur un tour suscitèrent controverse et bricolage absurde. Pourtant, elles auraient pu faire la part belle à quelques principes malheureusement vite oubliés.

Formule 1
21 févr. 2021
Comment l'imposant projet Toyota F1 a capoté Prime

Comment l'imposant projet Toyota F1 a capoté

Alors que Honda s'apprête à quitter la Formule 1 (encore une fois !) fin 2021, retour sur les exploits d'un autre constructeur japonais qui a dépensé trop d'argent, s'est adapté trop lentement, a trop peu accompli et est parti trop tôt à cause d'une crise économique...

Formule 1
20 févr. 2021
Comment AlphaTauri s'est adapté aux nouvelles règles F1 Prime

Comment AlphaTauri s'est adapté aux nouvelles règles F1

AlphaTauri a présenté son AT02, et une nouvelle livrée, avec la volonté de s'installer dans la bataille du milieu de peloton. Même s'il y a peu de pièces totalement nouvelles sur le rendu informatique, quelques indices indiquent sans doute des changements à venir...

Formule 1
19 févr. 2021
Quand Ocon faisait une apparition infructueuse en FR3.5 Prime

Quand Ocon faisait une apparition infructueuse en FR3.5

Dans son ascension vers la Formule 1, Esteban Ocon a fait une apparition en Formule Renault 3.5 en parallèle de sa campagne victorieuse en F3 Europe. Ses deux meetings dans la discipline n'ont pas été couronnés de succès mais lui ont beaucoup appris.

Formula V8 3.5
18 févr. 2021