Réactions
MotoGP GP des Amériques

Dovizioso en difficulté avec une Yamaha au pilotage "bizarre"

Andrea Dovizioso a encore vécu une course difficile aux États-Unis, conclue sur un écart "très gros" avec le vainqueur. L'Italien peine à s'adapter au manque d'adhérence de la Yamaha, qui impose un pilotage contre-nature.

Andrea Dovizioso, RNF MotoGP Racing

Andrea Dovizioso n'y arrive toujours pas. Le GP des Amériques était son neuvième depuis son retour à la compétition sur la Yamaha et il a encore énormément de mal à exploiter cette machine. Seulement 16e sous le drapeau à damier et finalement classé au 15e rang après une pénalité infligée à Franco Morbidelli, jugé coupable d'un dépassement sur son compatriote hors de la piste, Dovizioso se préoccupe peu de ce duel et retient surtout leurs difficultés communes sur une moto dont Quartararo est le seul capable de tirer le meilleur.

"Quand on prend 29 secondes [sur le vainqueur], on ne peut pas regarder [le duel avec Morbidelli]", a résumé le pilote italien. "C'est dur, c'est difficile... Mais je n'ai rien de nouveau à dire : on sait très bien pourquoi on n'est pas performants, ce que je dois faire différemment et pourquoi Fabio est le seul à y parvenir. C'est assez mauvais parce que l'écart est très gros et que c'est très difficile."

Dovizioso manque de confiance sur la Yamaha et reste trop tendu à son guidon, ce qui nuit à ses performances : "Cette piste est très exigeante donc quand on n'est pas relâché dans son pilotage, on perd déjà beaucoup d'énergie pendant les essais et en course, on n'a plus vraiment l'énergie pour attaquer durant 20 tours, et ça continue à se dégrader. C'est décevant et finir à cette position avec Franco ne fait que le confirmer. On ne peut pas s'en satisfaire. Je ne peux rien dire d'autre. Pour moi, la cause était évidente depuis le début et c'est toujours la même."

Dovizioso pénalisé par le manque d'adhérence de la Yamaha

Cette cause est un manque de grip à l'arrière, qu'Andrea Dovizioso constate sur toutes les pistes et dans toutes les conditions. Aligné sur la machine de la saison 2019 dans les courses qu'il a disputées l'an passé, le triple vice-Champion du monde dispose maintenant d'une Yamaha identique à celle de Fabio Quartararo et dès les tests de pré-saison, il estimait que le Français était le seul capable de briller avec cette moto. La situation a peu évolué quatre Grands Prix plus tard : au-delà du processus habituel d'adaptation à une nouvelle machine, Dovizioso doit encore apprendre à gérer le manque d'adhérence chronique de la M1.

"Les automatismes sont une chose, mais un autre élément est que le pilotage nécessaire est un peu bizarre selon moi", expliquait-il après les qualifications à Austin. "On parle toujours des mêmes choses, je n'ai pas changé d'idée. Pour moi, le manque de grip à l'arrière impose une [certaine] façon de rouler. On peut être rapide, Fabio l'est, donc je ne veux pas dire qu'il est impossible d'être rapide, mais je pense qu'il faut piloter différemment pour être performant."

Andrea Dovizioso

Andrea Dovizioso

"Avec le niveau d'adhérence que l'on a, il faut piloter d'une façon particulière et si on ne le fait pas, on ne peut pas être performant avec les caractéristiques de la Yamaha", ajoutait Dovizioso le lendemain. "Je le répète depuis Misano l'an dernier et ça n'a pas changé parce que la moto n'a pas changé. Ce sont les caractéristiques de la Yamaha. Il y a beaucoup de positif, parce que le châssis est très bon au freinage et sur les bosses, mais comme je le dis à tout le monde depuis la première fois que je suis monté sur la moto, pour une raison ou une autre il y a un très gros manque d'adhérence et si on pilote comme Fabio, on peut être plus rapide. Mais ce n'est pas encore suffisant pour se battre avec les autres parce qu'il a du mal par rapport à l'an dernier."

Dovizioso était pourtant assez confiant avant le début du week-end, quelques jours après un GP d'Argentine riche d'enseignements. Pendant cette course, il avait profité d'être esseulé en piste pour se rapprocher des trajectoires que sa moto impose pour décrocher de bons résultats : "Avec la Yamaha, il faut être très rapide en milieu de courbe et pour générer cette vitesse, préparer la moto et être rapide en milieu de courbe, habituellement j'ai toujours essayé de parcourir le moins de mètres possibles, avec toutes les motos. Et en course, j'ai essayé d'aller un peu plus vers [une trajectoire plus large] et ça m'a aidé."

C'est une confirmation du MotoGP actuel : si ton style de pilotage n'est pas adapté à la moto, tu ne peux pas être performant.

Andrea Dovizioso

Dovizioso est resté sur une tendance positive pendant les premiers à Austin et se réjouissait de progrès au freinage et avec l'avant de la moto. La situation s'est dégradée dès le samedi et une nouvelle fois, le pilote RNF a été loin du rythme imprimé par Quartararo : "La fenêtre de gestion du grip arrière est tellement étroite que si on ne pilote pas comme ça, on ne peut pas être aussi rapide. Ce n'est pas une question d'avoir le même matériel que Fabio, on l'a. C'est une confirmation du MotoGP actuel : si ton style de pilotage n'est pas adapté à la moto, tu ne peux pas être performant."

"Il y a deux choses, j'essaie de l'expliquer depuis le début. La première est le niveau de performances de la Yamaha, et je pense que c'est ce qui fait souffrir Fabio et ce dont il se plaint avec la puissance et l'adhérence. La seconde est d'être performant avec les caractéristiques de la Yamaha actuelle, [et] c'est très difficile. Selon moi, le moteur [manque de puissance] mais le principal problème est l'adhérence, à 100%. On ne peut pas piloter comme on le veut."

"On n'a pas de grip en sortie de courbe et pour moi, c'est assez inhabituel pour piloter une moto, c'est dur sur toutes les motos quand c'est comme ça. Mais Fabio est bon pour ça. Depuis ses débuts en MotoGP, il a été performant, mais c'était déjà l'ADN de la moto il y a quatre ans."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Bezzecchi agacé d'avoir été stoppé par la direction de course
Article suivant Miller voit plusieurs explications après un GP record à Austin

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France