Analyse

Comment Ducati a formé sa dream team pour 2022

En 2021, le pari de Ducati de miser sur la jeunesse semblait risqué. Un an plus tard, cette approche apparaît comme l'une de ses plus grandes forces.

Marco Bezzecchi, VR46 Racing Team, Luca Marini, VR46 Racing Team, Jorge Martin, Pramac Racing, Johann Zarco, Pramac Racing, Francesco Bagnaia, Ducati Team, Jack Miller, Ducati Team, Enea Bastianini, Gresini Racing, Fabio Di Giannantonio, Gresini Racing

Une décennie après le sacre de Casey Stoner en 2007, toujours unique pilote titré avec la marque de Borgo Panigale, et après le difficile épisode Valentino Rossi, Andrea Dovizioso a contribué au renouveau de Ducati en devenant son porte-étendard dans la deuxième moitié des années 2010. En 2016, c'est Andrea Iannone qui a offert à la marque son premier succès en six ans mais son compatriote a ensuite pris le flambeau et a décroché la place de vice-Champion du monde trois années de suite, de 2017 à 2019.

L'écart avec l'intouchable Marc Márquez a néanmoins grandi année après année et la relation entre Dovizioso et ses patrons, en particulier le directeur général Gigi Dall'Igna, s'est distendue en 2020. Les longs échanges sur l'orientation à donner au développement, sur fond de discussions en vue d'une prolongation ont finalement abouti à un départ du pilote au terme d'une campagne à oublier, malgré une quatrième place honorable chez les pilotes et le titre des constructeurs. Son salaire faisait partie des divergences et la crise sanitaire a poussé Ducati a changer de politique.

"Nous avons dû repenser beaucoup de choses", a confié Paolo Ciabatti, le directeur sportif de Ducati Corse, à Motorsport.com, précisant que l'inquiétude sur le budget de l'équipe était "importante" au cœur de l'été 2020, à une époque où le calendrier était réduit à 14 dates et l'implication des partenaires remise en cause.

"Personne ne pouvait entrer dans le paddock, donc nous avons dû renégocier la plupart de nos contrats avec les sponsors. C'est l'une des raisons, pas la principale, mais l'une des raisons qui nous ont poussés à nous dire 'OK, il est probablement temps d'insuffler un vent nouveau dans l'équipe d'usine pour changer de stratégie.'"

Insistant sur le fait que la quête d'économies "n'était pas la principale raison" derrière la volonté de miser sur la jeune génération, Ciabatti a souligné que la pandémie avait "forcé [Ducati] à changer un peu sa façon de penser, à réaliser que le monde changeait et qu'il était peut-être également temps que Ducati change aussi".

Andrea Dovizioso et Ducati se sont séparés après la saison 2020

Andrea Dovizioso et Ducati se sont séparés après la saison 2020

Danilo Petrucci ayant lui aussi été poussé vers la sortie, Ducati a promu le duo du team Pramac, Jack Miller et Pecco Bagnaia, pour la saison 2021. Le premier était un habitué du podium mais ce n'est que quand le second y est monté pour la première fois qu'il a été préféré à Johann Zarco. Sorti d'une saison convaincante avec Avintia, le Français a hérité d'un guidon chez Pramac, aux côtés du rookie Jorge Martín. Deux débutants ont également été placés chez Avintia, Enea Bastianini et Luca Marini.

La jeunesse a vite pris le pouvoir

Au début de l'année 2021, les six pilotes Ducati cumulaient donc un seul succès en MotoGP, celui de Miller à Assen en 2016 (sur Honda), et trois d'entre eux découvraient la catégorie. Seul Zarco, encore en reconstruction après le douloureux épisode KTM, avait plus de 25 ans. Ce pari de la jeunesse et du renouvellement a pourtant vite été payant et, aidés par une machine devenue plus agile, les pilotes Ducati ont été nombreux à briller.

Zarco est monté quatre fois sur le podium au cours des sept premiers Grands Prix de la saison et la marque a remporté sept courses, grâce à Miller, Martín et surtout Bagnaia, devenu son homme fort en fin de saison. Entre son team officiel et son partenaire Pramac, Ducati s'est offert tous les titres à l'exception de celui des pilotes, mais Bagnaia a fini l'année à 26 points de Fabio Quartararo. Jamais Dovizioso n'avait conclu une saison si proche du premier.

Jack Miller et Pecco Bagnaia ont replacé Ducati au sommet en 2021

Jack Miller et Pecco Bagnaia ont replacé Ducati au sommet en 2021

Pecco Bagnaia n'est qu'au début de son aventure avec Ducati après avoir récemment prolongé son contrat avec la marque jusqu'en 2024. Malgré de premiers pas en MotoGP délicats, marqués par des chutes et des résultats en dents de scie, le natif de Turin a su arriver à maturité au moment où la Desmosedici, souvent réputée difficile à piloter, était en plein progrès.

"Pour lui, je pense que c'était une combinaison d'expérience sur une moto pas très facile, comme la Ducati qu'il avait en 2019, d'une plus grande confiance en ses capacités sur une meilleure moto, d'avoir enfin réalisé son rêve de devenir pilote d'usine Ducati et, évidemment, du développement que nous avons fait sur la GP21", a détaillé Ciabatti.

"Je pense que tout s'est associé pour qu'il pense avoir le nécessaire pour montrer son talent. Pour moi, Pecco a besoin d'avoir tous les ingrédients pour pouvoir vraiment exprimer pleinement son talent et heureusement, nous avons fini par lui donner ce qui lui fallait."

Une politique qui se généralise

Ducati n'a pas attendu les premiers succès de Bagnaia pour croire en lui puisque la firme italienne l'a enrôlé au début de l'année 2018, avant même qu'il fête son titre en Moto2. Par la suite, la marque a continué à miser sur la jeunesse en piquant Martín à KTM en 2020 et en accordant également sa confiance à Bastianini. Dans une saison compliquée par sa blessure à Portimão, Martín a remporté son premier Grand Prix l'an passé et Bastianini a impressionné avec sa vieillissante Ducati version 2019, avec deux remontées jusqu'au podium dans les deux rendez-vous Misano.

"En fait, Davide Tardozzi [le team manager] et moi, nous suivons Enea depuis sa jeunesse", a révélé Ciabatti. "Nous avons toujours pensé qu'Enea avait beaucoup de talent [mais] qu'il n'était parfois pas très constant. Il est passé par des hauts et des bas en Moto3 mais nous avons toujours pensé que dans les bonnes conditions, il pourrait se battre pour des victoires, y compris en MotoGP."

Cette nouvelle génération sera un peu plus installée cette année, dans une armada portée à huit machines. Les duos sont inchangés dans l'équipe officielle et chez Pramac, ce qui signifie qu'en plus de Bagnaia, Ducati pourra s'appuyer sur un Miller capable du meilleur quand il trouve la constance, un Zarco qui a gagné en aisance sur la moto et un Martín en meilleure forme physique. Enea Bastianini et Luca Marini restent aussi malgré le départ du team Avintia. Le premier a rejoint Gresini pour être associé au rookie Fabio Di Giannantonio et le second portera les couleurs de VR46, l'équipe de son demi-frère Valentino Rossi, qu'il partagera aussi avec un débutant, Marco Bezzecchi.

Grâce à ses huit motos, Ducati disposera de beaucoup plus d'informations à éplucher que ses rivaux, limités à quatre machines pour la plupart, et seulement deux chez Suzuki et Aprilia. Un avantage dont Ciabatti compte profiter avec un partage total des données entre les quatre formations.

"Nous sommes un livre ouvert pour nos pilotes. Nos ingénieurs peuvent prendre les informations de Bagnaia et montrer à Enea pourquoi Pecco et si efficace dans un virage, et vice-versa. Parfois on a aussi vu Enea être très bon dans un secteur en particulier, et ça montrait évidemment que nos pilotes pouvaient l'être aussi."

"Je pense aussi que c'est l'un des avantages de la politique de Ducati avec autant de motos. [...] Nous allons pouvons récolter beaucoup, beaucoup d'informations utiles pour nous tous et pour nos ingénieurs parce qu'ils pourront comparer les données de pilotes rapides."

Ciabatti est convaincu que son équipe "était déjà prête" à décrocher le titre des pilotes l'an dernier mais que le déclic est survenu trop tard. Entre les progrès sur ses motos, de nombreux pilotes en grande forme et cet avantage du nombre, le dirigeant estime désormais que ses troupes ont "tous les ingrédients pour jouer le titre des pilotes" en 2022. La concurrence est prévenue.

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Quartararo épaté par Acosta : "Je l'attends en MotoGP l'an prochain !"
Article suivant Dovizioso : "La Yamaha n’est facile que si vous avez la vitesse"

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France