Morbidelli et Rins pas prêts à aider leur coéquipier pour le titre

Franco Morbidelli et Álex Rins seraient-il déjà prêts à aider Fabio Quartararo et Joan Mir dans la course au titre ? Pour le moment, cela ne fait pas partie de leurs plans...

Morbidelli et Rins pas prêts à aider leur coéquipier pour le titre
Charger le lecteur audio

Avec le Grand Prix de France, au programme cette semaine, le championnat entre dans ce qui s'apparente déjà à son sprint final. Deux salves de trois courses vont s'enchaîner, entrecoupées d'une pause d'une semaine seulement, et fin novembre au plus tard on connaîtra le nom du champion de cette saison MotoGP si particulière.

Si la compétition s'est avérée particulièrement imprévisible jusqu'ici, certains à l'image de Dani Pedrosa soupçonnent qu'elle pourrait se stabiliser durant cette phase finale. En dépit de leur avance encore minime sur le reste de leurs adversaires, les regards se portent donc de plus en plus vers Fabio Quartararo et Joan Mir : l'un est celui qui affiche le plus grand nombre de victoires à ce stade, l'autre a cumulé plus de podiums que ses rivaux, et cela leur permet d'occuper les deux premiers rangs avec respectivement 108 et 100 points au compteur.

Lire aussi :

Serait-il temps pour leur coéquipier respectif d'allier leurs forces au favori de chaque camp afin de maximiser leurs chances de titre ? Chez Suzuki comme chez Petronas, la question n'est pas accueillie avec beaucoup d'enthousiasme par les principaux concernés à l'approche de ce qui sera cette semaine la neuvième des 14 manches.

"Je ne pense pas à ça", assure notamment Franco Morbidelli, lorsqu'il est interrogé sur une éventuelle requête du SRT pour qu'il aide Fabio Quartararo, "parce qu’avant tout, je suis encore dans la lutte. Ensuite, l'équipe n'a rien demandé. Et je pense que c'est une idée qui s'oppose un peu à la nature de notre championnat. Ces trois raisons font que je n'y ai pas du tout pensé."

Un temps leader à Barcelone, avant d'être dépossédé de la première place par Quartararo et avoir finalement dû se contenter de la quatrième position, Morbidelli avait concédé qu'il ne devait pas se faire d'illusions quant à la lutte pour le titre, estimant qu'il s'agissait d'un objectif à nourrir lorsque l'on bénéficie d'une machine officielle. Vainqueur d'un Grand Prix le mois dernier, il occupe malgré tout une belle cinquième place au championnat, à 31 points de son coéquipier.

Blessé en début de saison, Álex Rins se trouve dans une position moins favorable, actuellement huitième à 48 points du leader. Pourtant, lui aussi affiche la même volonté que Franco Morbidelli de ne pas se mettre si tôt au service de son coéquipier. "Joan est en lice pour le titre. Je crois que je suis à 40 points [derrière Mir], donc tant qu’il n’y aura pas une différence nette, je donnerai tout", affirme le pilote Suzuki.

Avec Vincent Lalanne-Sicaud

partages
commentaires

GP de France : les records à battre avant l'édition 2020

Zarco : "Bagnaia a montré que la place dans l'équipe officielle était pour lui"