Réactions
MotoGP GP d'Allemagne

Un podium "en mode Márquez" pour clore un week-end difficile

Marc Márquez l'assure : ses blessures n'ont pas entaché sa course, dimanche en Allemagne, et c'est en pleine possession de ses moyens qu'il est allé chercher la deuxième place après une belle remontée.

Marc Marquez, Gresini Racing

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

On a retrouvé un Marc Márquez tout sourire après un week-end éprouvant sur un circuit dont il n'est désormais plus le roi. Malgré un gros choc vendredi et une accumulation de soucis qui ont contribué à le faire passer à côté de ses qualifications, il a réussi aujourd'hui à effacer son départ de la 13e position pour se hisser jusqu'à la deuxième marche du podium.

"Une course incroyable ! Je ne m'attendais pas à finir sur le podium !", a-t-il commenté à chaud. "Quand on part 13e, tout devient super difficile. C'était très difficile de gérer le pneu avant, la pression. Mais si vous m'aviez dit vendredi 'tu ne vas pas gagner mais partager un podium avec ton frère', ça m'aurait été ! Le week-end a été super difficile, ça n'a pas été un bon week-end mais cette deuxième place compense tout."

Ce trophée et la joie de partager un premier podium avec son frère, Álex, compensent en effet la douleur que l'Espagnol traîne depuis son gros highside de vendredi. Un doigt cassé, auquel il n'accorde pas vraiment d'attention, et surtout des contusions au niveau des côtes sont les séquelles qu'il en a conservées et qui pouvaient le faire douter de ses capacités pour ce Grand Prix.

"La première chose, et la plus importante, c'est que ce matin je me suis levé et je me suis senti mieux physiquement", explique-t-il au site officiel du MotoGP, avec un évident soulagement. "Je suis arrivé au stand et j'ai dit à l'équipe 'Aujourd'hui je me sens mieux, je peux piloter de manière agressive… en mode Márquez !' alors qu'hier, j'étais super coulé."

Marc Márquez a dépassé son frère Álex à deux tours de l'arrivée.

Marc Márquez a dépassé son frère Álex à deux tours de l'arrivée.

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

"Aujourd'hui, mes côtes allaient beaucoup mieux, je pouvais respirer et faire bouger la moto. Le doigt, ça va. Il bouge un peu mais on va arranger ça et c'est tout, ça n'a pas été un gros problème. Et puis, heureusement c'était la main gauche alors ça n'a pas affecté ma performance. Hier, mes côtes ont affecté ma performance mais pas aujourd'hui", poursuit le pilote. "Au niveau des côtes, hier j'étais très rigide et j'avais du mal à respirer. Mais aujourd'hui, j'allais beaucoup mieux en me levant et ça ne m'a pas limité."

La recette ? "On a préparé un chouette cocktail avec les médecins et les kinés avant la course et ça m'a beaucoup aidé ! Les médicaments, ça aide parfois", sourit l'Espagnol, qui assure : "Sans la chute, ma performance aujourd'hui aurait été la même."

Un contact "inattendu" avec Morbidelli

Plus à l'aise physiquement, moins rigide sur la moto, Márquez ne s'est pas fait prier pour tirer profit de ses sensations et il a pu déployer la course stratégique qui s'imposait. "Notre course a été d'essayer de ne pas trop stresser les pneus, de revenir doucement, sans paniquer, parce qu'ici il est super difficile de dépasser", décrit-il. "Pendant la course, je suis resté super calme, j'essayais de bien calculer mes dépassements."

Neuvième après le premier tour, Márquez s'est défait d'Enea Bastianini, Raúl Fernández, puis Miguel Oliveira à la mi-course. Il est ensuite revenu sur Franco Morbidelli, avec qui un contact a bien failli signer la fin de sa course, lorsque l'Italien a élargi dans le virage 1 puis s'est rabattu sans voir la Ducati #93 à l'intérieur.

"Deux tours avant, déjà, Franco avait un peu élargi au virage 1 et j'ai alors montré un peu ma moto, mais j'ai coupé mon accélération. Et puis, deux tours plus tard, il a élargi encore plus et je me suis dit que c'était le moment, mais il s'est rabattu et on a eu un gros contact", explique Márquez, qualifiant l'incident d'"inattendu".

 

"J'ai perdu beaucoup de temps, mais ce moment a aussi été un déclic : maintenant, all in ! Quand je remontais sur mon frère dans les derniers tours, je me suis posé plein de question… Qu'est-ce que je peux faire ? L'attaquer, prendre des risques ? S'il se passe quelque chose, qu'est-ce qu'il va se passer ? C'était aussi un beau podium pour lui. Malheureusement pour Martín mais tant mieux pour nous, car c'est la course, on était tous les deux sur le podium dans ces deux derniers tours et ça a facilité les choses."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Jorge Martín a chuté en tête : "Pas la fin du monde !"
Article suivant Johann Zarco pénalisé après la course en Allemagne

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France