MotoGP
26 mars
EL1 dans
20 jours
C
GP de Doha
02 avr.
Prochain événement dans
27 jours
16 avr.
Prochain événement dans
41 jours
C
GP d'Espagne
29 avr.
Prochain événement dans
54 jours
C
GP d'Italie
27 mai
Prochain événement dans
82 jours
03 juin
Prochain événement dans
89 jours
C
GP d'Allemagne
17 juin
Prochain événement dans
103 jours
C
GP des Pays-Bas
24 juin
Prochain événement dans
110 jours
C
GP de Finlande
08 juil.
Prochain événement dans
124 jours
C
GP d'Autriche
12 août
Prochain événement dans
159 jours
C
GP de Grande-Bretagne
26 août
Prochain événement dans
173 jours
C
GP d'Aragon
09 sept.
Prochain événement dans
187 jours
C
GP de Saint-Marin
16 sept.
Prochain événement dans
194 jours
C
GP du Japon
30 sept.
Prochain événement dans
208 jours
C
GP de Thaïlande
07 oct.
Prochain événement dans
215 jours
C
GP d'Australie
21 oct.
Prochain événement dans
229 jours
28 oct.
Prochain événement dans
236 jours
C
GP de Valence
11 nov.
Prochain événement dans
250 jours

La frustration de l'Autriche a été dure à digérer pour Pol Espargaró

Frustré après le Red Bull Ring, Pol Espargaró a pourtant réussi à retrouver trois fois le podium depuis et il apparait même toujours en lice pour une solide place au championnat malgré les points perdus pendant l'été.

La frustration de l'Autriche a été dure à digérer pour Pol Espargaró

Son quatrième podium de la saison, obtenu dimanche au Grand Prix d'Europe, a permis à Pol Espargaró de se hisser à la septième place du championnat, avec un point d'avance seulement sur Takaaki Nakagami. S'il est désormais mathématiquement hors jeu dans la course au titre, le pilote KTM est revenu à 11 unités du top 5, un objectif qu'il peut désormais tenter d'atteindre dans les deux manches restantes.

"C'est génial", se réjouit-il, malgré le sentiment amer que certaines courses lui ont laissé. "On a clairement manqué des points pendant la saison, par exemple en République Tchèque même si ça n'était pas de notre faute. Et puis avec le drapeau rouge en Autriche, ou dans le dernier virage de la deuxième course en Autriche… À certains endroits, on a perdu beaucoup de points. Les autres aussi, je ne suis pas le seul, mais sans ces moments-là on serait beaucoup plus proches au championnat."

"On a manqué certaines courses, on a fait des erreurs qui ne nous ont pas permis de nous battre avec ceux qui sont devant et sans lesquelles, qui sait, on serait arrivés au bout en ayant encore des chances de se battre pour les premières places du championnat", souligne-t-il auprès de DAZN, plus réaliste que véritablement déçu.

Lire aussi :

À l'image de ce qu'est cette saison 2020, Pol Espargaró a connu un championnat irrégulier, avec plusieurs chutes, tantôt dues à des erreurs personnelles tantôt à des accrochages, et des performances parfois plus faibles qu'il l'espérait, comme ce fut le cas notamment lors de la première manche d'Aragón où le froid l'a mis en difficulté. Parfois frustré, le pilote espagnol a extériorisé, notamment pendant l'été, une tension qui avait totalement disparu dimanche, au soir du Grand Prix d'Europe, alors qu'il commençait à dresser le bilan de son année sans se départir du large sourire que lui inspirait ce nouveau podium.

"Si quelqu'un m'avait dit avant la saison que j'allais faire quatre podiums et deux pole positions j'aurais signé, quels que soient les résultats des autres !" assure-t-il. "Dans les moments où tout se passe bien, on ne peut pas tout oublier. Mais après les deux courses autrichiennes en particulier, ça a été très dur. On avait de grandes chances de victoire là-bas. En République Tchèque aussi, mais surtout en Autriche, qui est la patrie de KTM, et on n'y est pas arrivé, et ce même si j'étais très fort en rythme de course. Ça n'est pas arrivé et ça a été très frustrant pour moi. Ça n'a pas été une très bonne période pour moi cette année."

Le mois d'août avait vu le plus jeune des frères Espargaro afficher un rythme digne de la la victoire à Brno avant de voir son coéquipier Brad Binder s'imposer tandis que lui s'accrochait avec Johann Zarco, puis décrocher sa première pole position au Red Bull Ring et s'y battre pour la victoire dans le cadre du GP de Styrie... mais la manquer dans le dernier virage, battu par une autre KTM, celle de Miguel Oliveira.

"Après l'Autriche, je pensais qu'on ne pourrait pas rééditer ce qu'on avait fait là-bas, mais ensuite Misano est arrivé, puis la deuxième course d'Aragón, ici… et j'ai réalisé qu'on pouvait le faire tous les week-ends si on travaille bien et qu'on met sur la table ce qu'on doit y mettre. Au final, quatre podiums cette saison cela montre que notre performance est bonne. On est forts, on est rapides. Et puis, il y a la pole position aussi : pourquoi ne pas la rééditer le week-end prochain ? Il faut qu'on croie un peu plus en nous-mêmes !"

Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing

Cette saison, la septième pour lui en MotoGP, a d'ores et déjà l'assurance d'être la meilleure que le Catalan aura disputée avec KTM, mais elle pourrait aussi rivaliser avec ses trois premières années, lorsqu'il pilotait la Yamaha du team Tech3. Il lui manque 30 points pour égaler son meilleur score, celui de 2014 où il avait par ailleurs obtenu la sixième place du championnat, à l'époque sans jamais parvenir à se hisser sur le podium en course.

Et puis, pour parfaire son bilan et totalement effacer les quelques déceptions qui ont gâché son été, Pol Espargaró peut encore espérer décrocher la victoire qu'il a plusieurs fois pensé pouvoir obtenir cette saison. "Jusqu'à présent, Mir n'avait pas remporté de victoire, alors j'ai toujours l'espoir d'en remporter une moi aussi. [Dimanche] ce n'était pas mon jour", concède-t-il.

Lire aussi :

Bien mieux loti lors des deuxièmes courses disputées cette année à Misano et Aragon, le pilote KTM pourrait compter sur le second Grand Prix qui se tiendra cette semaine à Valence pour tenter, espère-t-il, de faire encore mieux que sa troisième place de dimanche. Cependant, la donne pourrait s'avérer différente puisqu'il estimait dimanche avoir profité du manque de roulage sur le sec pour limiter la casse fasse aux Suzuki et au reste de la concurrence.

"J'ai quelques doutes pour la course de dimanche prochain. L'année dernière, on a couru beaucoup plus vite que [dimanche], donc si la prochaine est plus rapide, on n'aura pas la possibilité de beaucoup progresser. J'étais à la limite dans de nombreux virages et si les autres pilotes progressent le week-end prochain, je n'aurai rien à leur répondre", craint-il.

Avec German Garcia Casanova

partages
commentaires
Iker Lecuona pourra participer au GP de Valence

Article précédent

Iker Lecuona pourra participer au GP de Valence

Article suivant

Joan Mir champion au GP de Valence si...

Joan Mir champion au GP de Valence si...
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Pol Espargaró
Équipes Red Bull KTM Factory Racing
Auteur Léna Buffa
Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires Prime

Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires

Les teams indépendants ont prouvé en 2020 leur capacité à se battre pour la victoire et même pour le titre en MotoGP, et Tech3 a été l'un des acteurs forts de cette saison riche en émotions. Hervé Poncharal s'en remet à peine qu'il repart avidement en quête de nouveaux succès.

MotoGP
16 févr. 2021
Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix Prime

Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix

Jamais absent d'un Grand Prix depuis 2002, Andrea Dovizioso referme à présent un chapitre qui représente plus de la moitié de sa vie et qui lui aura apporté des enseignements d'une richesse inégalable.

MotoGP
6 févr. 2021
Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende Prime

Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende

La rivalité entre Alain Prost et Ayrton Senna est souvent considérée comme la plus forte de l'Histoire des sports mécaniques. Mais celle entre Wayne Rainey et Kevin Schwantz pourrait tout aussi bien prétendre à ce statut. Leur duel a atteint ses sommets en 500cc durant la saison 1991, dont les deux pilotes gardent des souvenirs marquants 30 ans plus tard...

MotoGP
31 janv. 2021
Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP Prime

Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP

Sa première saison en MotoGP a vu Brad Binder se hisser extrêmement haut, mais aussi commettre quelques erreurs de débutant. Décidé à ne se trouver aucune excuse, le Sud-Africain affiche par là précisément le trait de caractère qui explique pourquoi KTM voit en lui l'homme de la situation pour prendre les rênes du programme après Pol Espargaró.

MotoGP
14 janv. 2021
Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne Prime

Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne

Le départ de Davide Brivio de Suzuki confronte la marque japonaise à un dilemme : recruter un nouveau directeur d'équipe ou confier le poste à une personne capable de maintenir la philosophie actuelle.

MotoGP
11 janv. 2021
Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020 Prime

Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020

Titré six fois en sept saisons, vainqueur de 43% des courses dont il a pris le départ en MotoGP, Marc Márquez aura été le grand absent de cette saison 2020, ouvrant un boulevard aux prétendants à sa succession dès la première manche. Condensé en quatre mois, le championnat ne s'est toutefois pas arrêté à ce premier coup de théâtre...

MotoGP
27 déc. 2020
L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati Prime

L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati

Arracher la victoire à Marc Márquez dans une course où il jugeait l'Espagnol favori aura été une émotion incomparable pour Andrea Dovizioso, sans doute son meilleur souvenir avec Ducati.

MotoGP
26 déc. 2020
L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence Prime

L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence

Que Marc Márquez décide ou pas de subir une troisième opération pour soigner son bras droit, sa tentative de reprendre la piste à Jerez – quatre jours après la première intervention – restera l'une des pires décisions de l'histoire du MotoGP. Le pilote espagnol pourrait encore en payer les conséquences en 2021.

MotoGP
27 nov. 2020