Viñales impuissant face aux Ducati qui l'ont privé du podium

Le pilote Yamaha estime qu'il n'avait pas les moyens de contrer les Ducati en fin de course et qu'il a fait tout son possible pour monter sur le podium. La course a finalement duré un tour de trop pour cela.

Viñales impuissant face aux Ducati qui l'ont privé du podium

Longtemps deuxième du Grand Prix d'Aragón, Maverick Viñales a vu le podium lui échapper dans le dernier tour, avalé par deux Ducati déchaînées. Derrière un Marc Márquez ultra dominateur, le pilote Yamaha avait pourtant rapidement émergé comme étant potentiellement "le meilleur des autres". Bien que dépassé par Jack Miller au départ, il a mené un début de course solide, lui permettant de prendre l'avantage sur Fabio Quartararo puis de chiper la deuxième place à l'Australien. À partir du huitième tour, c'est lui qui évoluait derrière le leader.

Lire aussi :

Si la marge de Márquez n'a cessé d'augmenter, Viñales voyait son avance sur ses poursuivants se creuser peu à peu, mais pas suffisamment… Lorsqu'Andrea Dovizioso a dépassé Jack Miller pour se porter dans le sillage de la Yamaha après une remontée depuis la dixième place sur la grille, les ennuis ont commencé pour le #12. Nous étions dans le 15e tour et la seconde d'avance qu'il comptait allait bientôt fondre.

"Je n'avais aucune chance", concède le pilote Yamaha, conscient de la supériorité des Ducati dans les deux lignes droites de la piste espagnole. "Même si je gardais Jack derrière moi, il pouvait me dépasser dans la ligne droite. Je n'avais aucune chance de me battre avec lui ou avec Dovi. J'ai fait de mon mieux, comme d'habitude, je pense que nous avons fait une bonne course. L'an dernier, ici, c'était un désastre, et cette année nous étions proches d'être deuxièmes. Il nous fallait juste un petit peu plus, une seconde."

Contrairement aux hommes qui ont finalement formé le podium, Viñales avait fait le choix d'utiliser le pneu arrière dur, cependant il l'a payé. "Le problème est qu'en EL4 je suis parti avec le soft et j'ai eu une dégradation très importante, je ne sais pas pourquoi. Cela nous a fait choisir le hard, car je n'avais pas de super sensations. Ce matin, le plan était d'essayer le soft, de faire dix tours et de voir", souligne l'Espagnol, qui a cependant vu le warm-up gâché par la pluie. "Peut-être que si ça avait été, on aurait fait la course avec le soft. Mais on sait pour l'an prochain, et c'est important."

Dès lors, le pilote Yamaha a tout tenté en course pour se mettre autant que possible à l'abri, mais cela n'a pas suffi. "C'était un peu comme au Sachsenring, où j'ai poussé fort en sachant qu'à la fin mes pneus allaient se dégrader. Là-bas, les autres se sont battus les uns contre les autres derrière moi et ils n'ont pas pu m'attaquer. Mais cette fois, ils ne se sont pas du tout battus", observe-t-il.

Lire aussi :

"On a joué la carte de faire un départ de la mort, pendant les 15 premiers tours, et de creuser l'écart. J'ai réussi à maintenir un rythme dans les 1'49 bas, mais ça a été très difficile pour moi. J'ai perdu de l'adhérence en entrée de virage, et quand on n'a pas de rythme dans les virages c'est difficile avec cette moto. Ils m'ont passé en ligne droite, mais vu comme j'étais ils auraient aussi pu me passer au freinage. Miller freine très bien et un dernier tour face à lui c'est compliqué. J'ai tout donné, j'ai tout essayé dès le début."

Au final, le pilote Yamaha ne veut pas nourrir de regrets, mais plutôt puiser dans cette défaite des leçons à exploiter pour l'avenir. "Quand on a tout donné, qu'on n'a rien laissé de côté, ça ne fait pas mal de perdre un podium dans le dernier tour. Je me suis battu contre les Ducati et il faut continuer. Les essais ce sont une chose et la course en est une autre. En course, on est encore loin, surtout par rapport à Honda. Il faut continuer à travailler et améliorer la moto si on veut combler notre retard."

Avec Oriol Puigdemont et Michaël Duforest

partages
commentaires
Morbidelli accepte les excuses d'un Rins "un peu trop pressé"

Article précédent

Morbidelli accepte les excuses d'un Rins "un peu trop pressé"

Article suivant

Miller : Márquez ? Il fallait des jumelles pour le voir

Miller : Márquez ? Il fallait des jumelles pour le voir
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021