Le moteur Yamaha, une étape qui appelle une autre évolution

Le nouveau moteur testé cette semaine par Yamaha n'est qu'une étape dans l'évolution de la M1 en vue de la saison prochaine. Viñales et Rossi s'accordent à lui trouver du positif, mais attendent encore un gain de puissance pour rivaliser avec la concurrence.

Les pilotes officiels Yamaha ont donné de leur personne cette semaine pour évaluer les nouveautés proposées par le constructeur en vue de 2020. Eux qui se félicitaient déjà d'avoir reçu le premier prototype du nouveau moteur dès cet été, ont non seulement moins de retard dans la préparation de la nouvelle moto mais ils ont également l'assurance que le matériel dont ils disposent à ce jour est encore appelé à évoluer. Ainsi, le moteur devra s'enrichir pendant la pause hivernale du feedback complémentaire qu'ils auront apporté lors des essais de ce mois de novembre, pour se présenter dans une nouvelle évolution à la reprise.

"Ce n'est pas le moteur définitif, mais c'était important d'essayer déjà cette nouvelle évolution à Valence, et aussi à Jerez, et les sensations sont positives. On sait qu'il y a beaucoup à faire et Yamaha aussi le sait, mais l'année prochaine à Sepang on essaiera encore quelque chose d'autre", explique Valentino Rossi à Sky Italia. Et au vu de ce plan, le #46 se félicite de la ligne claire que suit à présent Yamaha : "C'est quelque chose qui change beaucoup par rapport à l'année dernière parce qu'on avait deux ou trois moteurs différents à comprendre, maintenant on a celui-ci. C'est la voie à suivre. On a plusieurs étapes d'évolutions, mais c'est le nouveau moteur."

Lire aussi :

L'assurance d'avoir encore au moins une évolution à prévoir a de quoi rassurer le pilote italien, car pour le moment la M1 n'a pas encore complètement comblé son retard. "On l'a essayé à Brno et à Misano et c'est la troisième fois qu'on le teste. Pour moi, le moteur s'est amélioré, mais on espère que Yamaha ne va pas baisser les bras parce qu'on a besoin d'une autre étape sur ce point", souligne le pilote italien. "Pour moi, on avait besoin de quelque chose de nouveau. Il y a en effet du nouveau sur la moto et les sensations sont positives. On essaye d'être plus rapides en ligne droite et la moto est un peu mieux, mais la route est encore longue."

"L'un de nos objectifs est d'être un peu plus rapides en vitesse de pointe, ou en tout cas un peu moins lents ! On a un peu progressé, mais il y a encore [quelque chose à gagner]", poursuit Rossi. "Avec le moteur, ils ont essayé de faire en sorte que la moto soit un peu plus facile à piloter pour économiser les pneus, et ça n'est pas trop mal. Il est vrai aussi qu'on a de nouveaux pneus et cela change donc, car pour moi ils sont meilleurs, plus constants. Et le châssis aussi est un peu différent, avec du mieux et du moins bon."

La moto de Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing

Moins pondéré que son coéquipier, Maverick Viñales s'est montré dithyrambique dès la première journée qu'il a passée au guidon de la moto de 2020 à Valence, la jugeant "fantastique" et se sentant rapide d'emblée puis plus solide lorsqu'il a travaillé sur la durée. Heureux de la stabilité de son rythme, en pneus neufs ou usés, le pilote espagnol a également cherché à repousser les limites en vitesse de pointe, et mercredi soir, il en terminait avec l'idée qu'une partie du retard est en effet comblé, bien qu'il reste encore une zone à explorer.

Lire aussi :

"Sur la plage basse, [le moteur] est très similaire, ce qui est positif, car c'était très bien cette année, nous avions beaucoup de traction. Mais il nous en faut encore un peu plus sur la plage haute, on va voir si on peut trouver quelque chose", commentait-il. "Il reste encore 8 km/h de différence [avec les meilleurs] ! J'ai pris beaucoup d'aspirations pour essayer de comprendre si c'était mieux ou non. À l'aspiration, je me sentais bien mieux, car le moteur continuait de pousser, pas comme l'an dernier, donc je suis assez content de ça. Yamaha travaille bien, mais maintenant nous essayons de récolter toutes les informations pour nous améliorer pour les prochains tests."

"Nous devons encore essayer beaucoup de choses. Il nous faut un peu plus de puissance. Nous en avons [déjà] un peu plus, mais ça n'est pas suffisant. Nos adversaires sont toujours loin [devant], donc il faut continuer de travailler dans ce secteur tout en ne perdant rien dans les autres", prévient Viñales, auteur du meilleur temps pendant ces essais et impatient de reprendre la piste lundi. "Jerez sera un bon circuit pour faire les tests, car en général, si la moto se comporte bien là-bas, elle est bien partout. On verra, mais c'est sûr qu'on saura bien plus à Jerez."

Lire aussi :

Rossi en quête de meilleurs réglages

Touché par un petit problème technique ("la casse d'une pièce à un euro !"), Rossi n'a pu compter sur son nouveau prototype mercredi et s'est donc concentré sur sa moto standard. Mais sur le cahier des charges de son équipe technique pour ce test, le travail sur les réglages de base de la moto figurait de toute façon en bonne place.

"Cela a été un bon test, les deux jours, car au final on est plus rapides que quand on a commencé", estime le pilote à Sky Italia. "On avait à mon avis deux choses importantes à faire, qui était d'une part tester la nouvelle moto et d'autre part améliorer les réglages en général de la moto standard. En réalité, on a utilisé la moto standard [mercredi] parce qu'avec la nouvelle moto on a eu un problème, mais on pouvait faire notre travail avec l'une ou l'autre. Je suis neuvième parce que dans le time attack je n'ai pas très bien piloté, mais en termes de rythme on a progressé. Je dirais donc qu'on a bien travaillé et ça a été un test positif."

"Le plus important c'était de tester la nouvelle moto, mais dans notre partie du stand il était aussi très important d'améliorer les réglages parce qu'on n'avait pas trouvé les bons réglages pour moi à la fin de la saison et j'étais toujours en grande difficulté. Dès [mardi], on a obtenu de petites améliorations et [mercredi] un peu plus. Il faut que je regarde bien les données, mais au final il me semble que j'étais assez rapide [en rythme], y compris en pneus usés", conclut Rossi.

Avec Michaël Duforest

partages
commentaires
La Honda 2020, pas plus facile à piloter selon Crutchlow

Article précédent

La Honda 2020, pas plus facile à piloter selon Crutchlow

Article suivant

Suzuki : d'abord le moteur, ensuite le châssis

Suzuki : d'abord le moteur, ensuite le châssis
Charger les commentaires
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021
Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête Prime

Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête

Malgré la décision de Suzuki de ne pas faire appel de l'absence de sanction pour Jack Miller après son incident avec Joan Mir, il est nécessaire d'agir pour ne plus voir ce genre de manœuvre, qui aurait facilement pu tourner à la tragédie à Losail.

MotoGP
9 avr. 2021
Johann Zarco, la victoire avant l'heure Prime

Johann Zarco, la victoire avant l'heure

En à peine 18 mois, Johann Zarco est passé d'un extrême à l'autre en MotoGP, de pilote accablé et sans guidon à leader rayonnant du Championnat du monde 2021. Mais les Grands Prix de Losail ont surtout vu le retour au premier plan d'un homme retrouvé.

MotoGP
5 avr. 2021