Opinion
Formule 1 GP de Monaco

Débat - Que doit faire Alpine après l'accrochage entre Ocon et Gasly ?

La tension désormais palpable chez Alpine ouvre une nouvelle page dans une saison déjà très difficile pour l'écurie d'Enstone. Et la question se pose de savoir comment sera gérée la suite des événements.

Pierre Gasly, Alpine A524

Il y a le feu dans la maison Alpine depuis le Grand Prix de Monaco, où l'accrochage entre Esteban Ocon et Pierre Gasly dans le premier tour a provoqué le courroux de Bruno Famin. Déjà sanctionné par les commissaires, le premier cité s'est retrouvé publiquement pointé du doigt par son patron, qui a promis de "trancher dans le vif". D'après nos informations, lundi toutes les options étaient sur la table. Que devrait faire l'écurie française ? On a posé la question au sein de notre rédaction.

"Deux pilotes hautement incompatibles"

Basile Davoine (Motorsport.com France)

L'accrochage entre les deux Alpine à Monaco prend des proportions a priori exagérées. Cette escalade s'explique probablement par deux éléments, le principal étant la situation interne qui n'a probablement jamais - ou très rarement - été au beau fixe entre Esteban Ocon et Pierre Gasly, et qui s'est tendue davantage ces dernières semaines. L'autre est sans aucun doute l'interview en direct et à chaud donnée par Bruno Famin au micro de Canal+, qui a clairement mis le feu aux poudres.

Le patron d'Alpine aurait sans doute été mieux inspiré en manifestant, certes, une colère compréhensible à la vue de cet accrochage, mais sans prendre immédiatement parti entre ses deux pilotes et laisser entendre que les conséquences seraient importantes. À cet instant, il n'avait pas encore parlé avec Esteban Ocon. Ce qu'il ne pouvait pas maîtriser en revanche, c'est que l'expression très française "trancher dans le vif" donnerait lieu à des extrapolations car impossible à traduire telle quelle en anglais.

Au caractère plutôt froid et analytique, Bruno Famin a peut-être été dépassé par ses émotions. On ne peut toutefois pas exclure non plus un choix délibéré de communiquer de la sorte, dans un contexte où le sujet des pilotes apparaît épineux chez Alpine. La manière dont il affiche depuis plusieurs semaines une satisfaction simple d'avoir ce duo sans presser ni affirmer une envie de prolonger le contrat qui arrive à terme pour les deux hommes dit beaucoup de choses.

Esteban Ocon semble dans l’œil du cyclone...

Esteban Ocon semble dans l’œil du cyclone...

Photo de: Sam Bloxham / Motorsport Images

Pour en revenir au cas précis d'Esteban Ocon, il ne fait aucun doute que son attaque au Portier était plutôt mal venue. La balance a penché en sa défaveur, mais on aurait aussi pu connaître l'inverse à Miami quand Pierre Gasly s'était montré extrêmement agressif tout au long du premier tour. Il ne fait aucun doute que le sujet peut être réglé avec une explication de texte interne, d'éventuelles sanctions ou menaces de sanctions, et l'interdiction formelle de voir un tel scénario se reproduire.

Aller au-delà, par exemple en mettant au ban Esteban Ocon, apparaîtrait disproportionné, qui plus est envers un pilote qui a toujours été exemplaire pour porter le projet et reste à ce jour le seul à l'avoir mené jusqu'à la victoire. Et puis, une décision aussi radicale créerait probablement plus de tumulte encore pour une écurie qui n'en a clairement pas besoin dans une période déjà difficile...

En revanche, il ne fait aucun doute que l'avenir commun entre Esteban Ocon et Alpine s'inscrit en pointillés après 2024, mais c'était une tendance déjà nette avant cet épisode. La plus grosse erreur, finalement, est sans doute d'avoir associé deux pilotes hautement incompatibles. Mais ça, Bruno Famin pourra une nouvelle fois le mettre sur le compte de ses prédécesseurs.

"Ce n'est pas une bonne gestion"

Oleg Karpov (GP Racing)

Le Portier n'est pas l'endroit idéal pour lancer une attaque (demandez à Jenson Button et Pascal Wehrlein), surtout quand la voiture que l'on essaie de doubler est de la même couleur. Néanmoins, j'ai l'impression qu'Esteban Ocon est un peu le bouc émissaire.

L'écurie connaît un début de saison difficile, et c'est facile d'évacuer la frustration en blâmant le pilote pour son erreur. Certes, il n'aurait pas dû faire ce qu'il a fait, mais je pense qu'il est important de rappeler qu'Esteban a fait preuve d'un esprit d'équipe remarquable cette année. Il n'a pas affiche le moindre signe d'agacement devant la presse, malgré le fait que cette même équipe l'a laissé tomber (ainsi que son coéquipier) en fournissant une voiture qui n'est pas à la hauteur de son talent. Extérieurement, en tout cas, il n'a montré que du soutien. Son seul discours a été qu'il croyait en l'équipe et qu'il voyait des changements positifs. Mais on dirait que l'équipe a été contente de lui faire porter le chapeau dès que l'occasion s'est présentée.

le premier tour a été bouillant entre Ocon et Gasly.

Le premier tour a été bouillant entre Ocon et Gasly.

Photo de: Zak Mauger / Motorsport Images

L'interview de Bruno Famin sur Canal+ aurait pu être très différente. Il aurait pu dire qu'il réglerait l'affaire en interne, qu'il devait d'abord parler aux deux pilotes avant de s'exprimer publiquement. Mais il a placé Esteban dans une position embarrassante lorsque celui-ci a découvert le discours de son patron via les équipes de télévision. Pour moi, ce n'est pas une bonne gestion. Aussi parce que cet incident couvait depuis un certain temps.

De l'extérieur, il semble que la tension entre les deux pilotes soit montée depuis le début de l'année. C'est un peu compréhensible, car tous les deux sont en fin de contrat et cherchent probablement à poursuivre leur carrière ailleurs, Alpine n'ayant pas fait grand-chose pour les convaincre qu'il s'agissait de l'équipe idéale pour l'avenir. Il est donc naturel qu'ils essaient de se surpasser pour se montrer aux autres écuries.

Ce qui s'est passé à Monaco a pratiquement commencé à Miami, quand Pierre Gasly s'est frayé un chemin de manière musclée face à son coéquipier, dans une portion étroite, et sachant que celui qui serait devant l'autre à la fin du premier tour bénéficierait de la meilleure stratégie. En Chine, Pierre n'a pas non plus hésite à souligner la différence entre la monoplace évoluée d'Esteban (il en disposait logiquement le premier car il était alors le plus rapide) et la sienne, donnant le sentiment qu'il n'était pas content de la décision de l'équipe. C'était extrêmement gênant d'avoir deux pilotes de la même écurie qui disaient des choses complètement différentes quant à la valeur du nouveau package. Et ça vaut également pour les dirigeants...

Ocon s'est défendu à Miami, mais il a laissé beaucoup d'espace à son coéquipier. On ne sait pas comment la situation a été gérée au sein de l'équipe, néanmoins il est clair que cela n'a pas suffi à faire comprendre aux deux pilotes que cela ne devait pas se reproduire. Dans tout incident, il faut deux voitures pour s'accrocher, et une partie de la responsabilité, même si elle n'est que minime, doit aussi revenir à Gasly. Mais rejeter la responsabilité et la frustration d'une saison difficile sur un homme qui a été un pilier de l'écurie, et qui a commis une erreur, c'est tout simplement un aveu de faiblesse de la part de l'équipe.

"Ce serait se tirer une balle dans le pied"

Jonathan Noble (Motorsport.com)

Le patron d'Alpine, Bruno Famin, ne cache pas sa colère après ce qui s'est passé lors du Grand Prix de Monaco. Son écurie est bien consciente que les opportunités de marquer des points seront rares cette année et qu'il ne peut y avoir aucune excuse en cas d'accrochage entre ses deux pilotes.

D'après ce que je comprends, toutes les options sont sur la table, y compris l'incroyable possibilité consistant à mettre Esteban Ocon sur la touche pour le Grand Prix du Canada, afin de lui faire comprendre à quel point la situation est grave. Pour moi, cependant, ce serait se tirer une balle dans le pied pour Alpine. Perdre un pilote du talent d'Ocon, qui a les moyens de briller quand l'occasion se présente, serait faire un pas en arrière.

Esteban Ocon peut-il perdre son volant ?

Esteban Ocon peut-il perdre son volant ?

Photo de: Sam Bloxham / Motorsport Images

Alpine devrait plutôt suivre la voie choisie en 2016 par Toto Wolff chez Mercedes, quand Lewis Hamilton et Nico Rosberg n'arrêtaient pas de s'accrocher. Il faut établir des règles explicites, définir quand un dépassement est autorisé ou non, et qui sera considéré comme fautif en cas d'accrochage. Il faut faire comme Mercedes, faire des schémas pour qu'Ocon et Gasly sachent ce qu'ils peuvent et ne peuvent pas faire.

Ensuite, il faut bien faire comprendre que toute entorse entraînera une suspension immédiate. Pas de si, pas de mais : si les pilotes n'écoutent pas après ça, ils ne pourront alors s'en prendre qu'à eux-mêmes de se retrouver sur la touche, car il sera clair qu'ils auront placé leurs intérêts au-dessus de ceux de l'équipe, ce qui ne devrait jamais être toléré.

"Une décision politique plutôt que sportive"

Roberto Chinchero (Motorsport.com Italie)

Je pense que l'on doit garder à l'esprit un élément essentiel lorsque l'on se penche sur les récents événement survenus chez Alpine. C'est une écurie de Formule 1, bien sûr, mais c'est aussi une équipe qui représente un grand constructeur. C'est un outil promotionnel pour la marque, et toutes les grandes décisions doivent êtres vues avec cette perspective.

Ce qui s'est passé dimanche dernier est inacceptable pour une écurie, ça ne devrait pas arriver. Mais nous l'avons vu par le passé, et nous le reverrons à l'avenir. Dans le cas d'Alpine, c'était un moment particulièrement douloureux. Alors que l'écurie traverse une période difficile, cela ne fait qu'empirer les choses, surtout que cela s'est produit au premier tour de la course, alors qu'Alpine pouvait marquer des points. D'où la réaction du management : ce n'était pas le bon moment pour que quelque chose comme ça arrive.

Esteban Ocon sur le départ quoi qu'il arrive ?

Esteban Ocon sur le départ quoi qu'il arrive ?

Photo de: Sam Bloxham / Motorsport Images

En ayant tout cela en tête, je ne serais pas surpris que Bruno Famin mette Esteban sur la touche pendant un Grand Prix, mais à mon avis, ce ne serait pas la bonne chose à faire. Si ça devait arriver, je le verrais comme une décision politique plutôt que sportive, car je doute qu'Alpine ait intérêt à remplacer Ocon par un autre pilote actuellement disponible. D'un point de vue sportif, se priver d'Esteban ne servirait à rien.

Ce qu'il faut, c'est une discussion sérieuse, pas seulement avec Esteban mais avec les deux pilotes. Peut-être faut-il sanctionner financièrement et leur faire prendre conscience des conséquences encourues si cela se reproduit, mais tout ce qui va au-delà serait considéré comme une réaction excessive, peut-être même influencée par les rumeurs du marché des transferts, notamment celles concernant Ocon, qui aurait déjà pris la décision de quitter l'écurie.

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent La FIA change de cap et conseille à Andretti de racheter une équipe
Article suivant F1 24 : le test de la rédaction

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France