EL1 - Hamilton en tête, les ailerons avant pas à la fête

Lewis Hamilton (Mercedes) a terminé les Essais Libres 1 du Grand Prix d'Autriche 2019 en tête, lors d'une séance marquée par de nombreux problèmes d'ailerons avant.

EL1 - Hamilton en tête, les ailerons avant pas à la fête

Sur une piste chauffée à 44°C par le soleil qui brille fort en Styrie, Verstappen est le premier en piste. En piste, au moins en début de séance, on ne voit pas Bottas puisque Mercedes a découvert une fuite d'huile sur son moteur Spec 2 et va repasser à la Spec 1. Dans le tour d'installation, Magnussen fait l'extérieur à Giovinazzi dans le virage 4.

Le premier temps du week-end est signé par Sainz, en 1'14"1, un temps rapidement et largement battu en 1'08"2, 1'07"2 puis 1'06"3 par Gasly, en mediums (jaunes). Leclerc, sur les mêmes gommes, signe 1'06"1 avant de voir Vettel améliorer de 0"009. Comme en France, les Ferrari ne perdent pas de temps de piste, l'écurie italienne ayant de nouveaux éléments à tester pour essayer de corriger ses faiblesses.

Lire aussi :

Il faut attendre une vingtaine minutes pour voir le leader du championnat, Hamilton, prendre la piste. Contrairement à ses homologues des écuries de pointe, le Britannique est en tendres (rouges) puisque Mercedes en a apportés beaucoup à Spielberg. Après son alerte moteur, Bottas prend la piste juste avant la demi-heure de roulage, au moment où Verstappen s'empare des commandes en 1'06"100 avant de faire mieux en 1'05"9 puis 1'05"4.

Chez Ferrari, la SF90 de Vettel est montée sur tréteaux dans son garage et les mécaniciens s'affairent autour, visiblement pour travailler sur le fond plat. Après un passage aux stands, Verstappen réalise un burn énorme pour repartir et déposer de la gomme sur l'emplacement de l'arrêt. De retour au stand peu après, le Néerlandais est cette fois moins flamboyant puisque le lève-vite ne s'active pas correctement à l'avant et la simulation d'arrêt au stand ne se passe pas au mieux. À mi-séance, le #33 compte plus de quatre dixièmes d'avance sur Bottas et une demi-seconde sur Hamiton.

La souffrance des ailerons

Leclerc se hisse en P1 avec 1'05"4 (en mediums), mais Bottas fait mieux en 1'05"2 (en tendres). Le Monégasque améliore ensuite avec 1'05"1 mais se demande s'il n'a pas cassé quelque chose après un passage cavalier sur certains vibreurs. Bottas en profite pour reprendre le haut de la feuille des temps, en 1'04"9. Hamilton de son côté se plaint d'un train avant difficile et il semble, quand il rentre aux stands, que certains flaps soient effectivement cassés. On en est sûr, en revanche, du côté de Stroll, qui perd des éléments en passant trop au large au virage 4. Chez Ferrari également, Leclerc semble avoir un problème d'aileron avant alors que chez Red Bull, Gasly a également subi un souci de ce type.

Lire aussi :

À moins d'une demi-heure de la fin, Bottas semble rencontrer des difficultés au freinage, et en particulier au virage 3. Hamilton signe le meilleur temps en 1'04"8 (tendres), avant d'être rappelé au stand pour un nouveau bris d'aileron avant ; cette fois, c'est la dérive latérale à gauche qui a souffert. En mediums et enfin de retour en piste, Vettel se hisse à 0"144 du quintuple Champion du monde. Dans les dix dernières minutes de roulage, Verstappen passe un train de tendres pour du travail de récolte de données, mais cela ne réjouit pas vraiment le Néerlandais. 

Dans les derniers instants, la série noire continue pour les ailerons avec cette fois la perte d'une moitié "entière" à l'avant gauche par Hülkenberg. L'Allemand est passé trop vite sur les saucisses entre les deux derniers virages avant de répandre du carbone sur la piste et en dehors. Le drapeau rouge est déclenché et la séance s'achève. Malgré tout, après nettoyage, la direction de course offre aux écuries la possibilité de relancer leurs pilotes pour un essai de départ, qui se passe sur la grille du Red Bull Ring.

Austria Grand Prix d'Autriche - Essais Libres 1

P. Pilote Constructeur Tours Temps Écart
1 United Kingdom Lewis Hamilton Mercedes 32 1'04.838  
2 Germany Sebastian Vettel Ferrari 21 1'04.982 0.144
3 Finland Valtteri Bottas Mercedes 35 1'04.999 0.161
4 Monaco Charles Leclerc Ferrari 24 1'05.141 0.303
5 Netherlands Max Verstappen Red Bull 30 1'05.260 0.422
6 France Pierre Gasly Red Bull 30 1'05.378 0.540
7 Spain Carlos Sainz Jr. McLaren 32 1'05.502 0.664
8 Australia Daniel Ricciardo Renault 25 1'05.846 1.008
9 Denmark Kevin Magnussen Haas 25 1'05.876 1.038
10 United Kingdom Lando Norris McLaren 27 1'06.125 1.287
11 France Romain Grosjean Haas 20 1'06.135 1.297
12 Russian Federation Daniil Kvyat Toro Rosso 27 1'06.272 1.434
13 Thailand Alexander Albon Toro Rosso 30 1'06.285 1.447
14 Germany Nico Hülkenberg Renault 30 1'06.383 1.545
15 Mexico Sergio Pérez Racing Point 34 1'06.457 1.619
16 Italy Antonio Giovinazzi Alfa Romeo 28 1'06.708 1.870
17 Finland Kimi Räikkönen Alfa Romeo 23 1'06.729 1.891
18 Canada Lance Stroll Racing Point 27 1'06.756 1.918
19 United Kingdom George Russell Williams 28 1'06.805 1.967
20 Poland Robert Kubica Williams 28 1'07.665 2.827
partages
commentaires
Sainz relégué en fond de grille pour le GP d'Autriche
Article précédent

Sainz relégué en fond de grille pour le GP d'Autriche

Article suivant

Finalement, Hamilton voit bien Wolff gérer la F1

Finalement, Hamilton voit bien Wolff gérer la F1
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021