Ferrari pense avoir réglé ses problèmes de marsouinage

Ferrari a quitté Barcelone avec le sentiment que le phénomène de marsouinage n'était plus une source de préoccupation sur sa monoplace 2022.

Ferrari pense avoir réglé ses problèmes de marsouinage
Charger le lecteur audio

Ferrari pense déjà avoir mis le doigt sur la gestion des problèmes de marsouinage qui ont affecté de nombreuses écuries du plateau lors des essais de Barcelone. La Scuderia était l'une d'entre elles, avec une F1-75 aperçue à plusieurs reprises victime de ce phénomène d'oscillation dans les lignes droites du circuit catalan. Une vidéo a d'ailleurs montré Charles Leclerc en souffrir de manière assez prononcée lors de la deuxième journée de roulage, jeudi.

Néanmoins, le travail mené au fil des tours a semble-t-il permis aux ingénieurs Ferrari de trouver le moyen de progresser sur ce plan. L'équipe de Maranello s'est ainsi montrée satisfaite à ce sujet à l'issue des essais, avant la prochaine session qui aura lieu dans deux semaines à Bahreïn.

"Concernant le rebondissement, je pense que c'était un problème mais que ça ne l'est plus", explique Mattia Binotto, directeur de Ferrari. "Si l'on regarde entre jeudi après-midi et vendredi matin, je crois que nous rebondissons beaucoup moins. Et d'une manière ou d'une autre, nous gérons la situation."

En dépit des difficultés posées par ce "porpoising", Ferrari a bouclé un programme solide à Barcelone et a largement donné le sentiment d'un niveau de performance prometteur. S'appuyant sur le caractère peu lisible des essais hivernaux, Mattia Binotto minimise cependant cette tendance, avançant que la hiérarchie se resserrera automatiquement une fois que les conditions de roulage seront davantage représentatives.

"Nous sommes satisfaits", assure-t-il. "Tout d'abord parce que nous avons fait beaucoup de tours. Nous avons appris la voiture, récolté des données, mais je crois que si l'on regarde les performances et le chrono, c'est trop tôt. Nous ne roulons pas tous dans les mêmes conditions et je m'attends à ce que d'autres monoplaces soient très rapides."

"Le plus [important] pour nous était de rouler régulièrement, et vraiment d'essayer de récolter autant de données que possible, car il y a encore beaucoup de problèmes à régler ou de potentiel à extraire. Maintenant nous allons rentrer à Maranello avant de nous rendre à Bahreïn, et nous avons quelques jours pour réellement analyser toutes les données et essayer d'une manière ou d'une autre d'optimiser la voiture."

Lire aussi :

partages
commentaires

La Formule 1 a doublé ses revenus en 2021

Alfa Romeo présente sa livrée 2022