Horner : Red Bull n'est pas "Max Verstappen Racing"

Le directeur de Red Bull Racing, Christian Horner, a rappelé que "l'ambition de l'équipe était plus grande" que celles des pilotes, alors que l'écart se resserre au classement.

Christian Horner, team principal, Red Bull Racing et le vainqueur Max Verstappen, Red Bull Racing

Avec la victoire de Sergio Pérez à Monaco et la troisième place de Max Verstappen, Red Bull est dans la situation paradoxale d'avoir vu le Champion en titre conforter son avance sur son dauphin, Charles Leclerc, au classement pilotes tout en voyant l'écart entre ses deux hommes se réduire à seulement 15 unités. Inévitablement, alors que l'écurie autrichienne est sur une meilleure dynamique que la Scuderia Ferrari, des interrogations se font jour au sujet de la rivalité interne qui pourrait naître en vue d'une lutte pour la couronne mondiale.

Red Bull a assuré n'avoir aucune préférence quant au nom d'un potentiel Champion du monde 2022 qui porterait une combinaison de la marque de boissons énergisantes, en dépit de la double consigne de course et du refus de laisser Pérez tenter sa chance sur George Russell lors du GP d'Espagne, alors même qu'il s'était retrouvé devant son équipier à la suite d'une erreur de ce dernier.

Lire aussi :

Interrogé lors d'une interview sur Bloomberg, Christian Horner a pour sa part rappelé l'importance de faire le jeu de l'équipe : "C'est un beau défi [de gérer deux pilotes bien placés au classement], mais au bout du compte ce sont des team players. Ils font partie d'une écurie, ce n'est pas 'Sergio Pérez Racing' ou 'Max Verstappen Racing', c'est Red Bull Racing. Ils travaillent pour l'équipe, ils ont une responsabilité : ils pilotent une voiture qu'environ 800 employés ici ont conçue et produite pour eux. Ils sont un maillon de la chaîne – un maillon très important –, mais il est vital qu'ils aient conscience que l'ambition de l'équipe est plus grande que la leur."

Sans y répondre directement, ces propos interviennent dans le contexte de la sortie de Jos Verstappen, le père de Max, qui dans un billet sur le site officiel de son fils s'est montré mécontent de la manière dont l'écurie de Milton Keynes a géré la course monégasque sur le plan stratégique.

"Red Bull a obtenu un bon résultat, mais en même temps a exercé peu d'influence pour aider Max à prendre la tête", a écrit l'ancien pilote. "Sa troisième place, il la doit à l'erreur de Ferrari lors du deuxième arrêt de Charles Leclerc. Le leader du championnat, Max, n'a pas été aidé dans ce sens par la stratégie choisie. Elle a tourné complètement à l'avantage de Checo. C'était décevant pour moi, et j'aurais aimé que ce soit différent pour le leader du championnat."

"Pérez a en fait gagné la course grâce à son arrêt au stand précoce. L'équipe peut peut-être expliquer cela comme un pari, mais ils avaient déjà vu, avec Gasly par exemple, que les intermédiaires étaient la meilleure option à ce moment-là. J'aurais aimé qu'ils choisissent Max, mais bien sûr, je ne suis pas tout à fait objectif. Je pense que dix points de Max ont été gâchés ici."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Comment les équipes ont fait face aux défis techniques de Monaco
Article suivant Seidl craint une F1 où les équipes B deviennent "nécessaires"

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France