Hülkenberg s'amuse de la rumeur envoyant Ocon chez Renault

"Enfin un jeudi plus intéressant !" Voilà comment Nico Hülkenberg a accueilli la rumeur selon laquelle Esteban Ocon va lui prendre son baquet chez Renault, ce qui pourrait être annoncé dans les prochains jours.

Hülkenberg s'amuse de la rumeur envoyant Ocon chez Renault

Le contrat de Nico Hülkenberg avec le Losange expire à la fin de la saison, et plusieurs médias d'outre-Rhin comme dans l'Hexagone suggèrent qu'il sera remplacé par Esteban Ocon en 2020. Ocon était en lice pour le second baquet Mercedes aux côtés de Lewis Hamilton, mais il semble que Valtteri Bottas soit sur le point d'être prolongé par la marque à l'étoile – le directeur d'équipe Toto Wolff avait fait savoir que la décision serait prise pendant la trêve estivale. Par conséquent, malgré les liens qu'il entretient avec Mercedes, Ocon devrait être libre de signer avec une autre écurie.

Lire aussi :

"Si une autre équipe trouve un accord avec Mercedes, il est possible que je sois libéré pendant un moment", révèle l'intéressé dans la dernière édition de F1 Racing, qui sera publiée ce jeudi. "Toto [Wolff] a dit que s'il trouvait une bonne solution pour moi, il était ouvert à ce que je sois libéré." Il ajoute : "Je n'ai rien d'autre à faire. Si ma carrière est en stand-by, ma vie est en stand-by. Je n'ai rien d'autre."

Bien qu'il n'y ait eu aucune annonce pour l'instant, le Français semble être en pole position pour rejoindre Renault F1 Team et a également été mentionné comme candidat à un baquet Haas. Or, ce mardi, Hülkenberg a réagi à la couverture du nouveau numéro d'Auto-Hebdo ; celle-ci inclut un montage d'Ocon en jaune et noir et affirme que les deux parties ont paraphé leur nouvelle entente. Un porte-parole de Renault a fait savoir à Motorsport.com que l'écurie n'avait pas de commentaire à faire sur cette couverture en particulier "ni sur les autres rumeurs".

Il convient de souligner que Hülkenberg a joué un rôle clé dans les sixième et quatrième places de Renault au championnat des constructeurs en 2017 et 2018, mais cette saison, l'Allemand est légèrement dominé par Daniel Ricciardo en qualifications comme en course (n'ayant marqué que 17 points contre 22 à l'actif de son nouveau coéquipier), il a gâché une belle opportunité de podium par une sortie de piste à Hockenheim et s'est montré critique du manque de progrès du Losange.

Lire aussi :

Directeur de Renault F1, Cyril Abiteboul n'a pas caché s'intéresser à d'autres options et s'attendait à entamer des négociations sérieuses après la trêve estivale, mais le rôle d'Ocon dans les discussions chez Mercedes pourrait avoir influencé ce timing.

Esteban Ocon

"Quand je reviendrai, je serai plus complet"

Quoi qu'il en soit, Ocon tire le maximum de sa saison comme pilote de réserve au sein de l'écurie quintuple Championne du monde en titre. Telle une éponge, le Normand absorbe toutes les informations à sa portée et lime le bitume sur le simulateur, où sa contribution est cruciale chaque nuit du vendredi au samedi, après les deux premières séances d'essais libres, sur les courses européennes. Il parcourt alors un millier de kilomètres virtuels à des fins de corrélation avec la piste, avant de prendre le premier avion à destination du circuit, où il assume alors son rôle de réserviste au cas où l'un des titulaires aurait un pépin.

"C'est une approche très différente", analyse Ocon. "Bien sûr, j'aimerais courir en Grand Prix, mais c'est bien d'avoir cette expérience et de voir comment fonctionne l'équipe. Je passe davantage de temps à discuter avec les ingénieurs que quand j'étais pilote. C'est parce que je passe plus de temps à l'usine, j'écoute chaque débriefing, je comprends comment ils prennent les décisions sur les pneus et la stratégie. C'est bien, car quand je reviendrai en F1, je serai un pilote plus complet."

Ocon a également connu une expérience révélatrice en travaillant avec des médias comme Sky Sports F1 et Canal+ dans le rôle de consultant. "Je me rends compte qu'il n'y a pas que les écuries qui travaillent dur dans le paddock. Pour les équipes TV et les médias, ce sont aussi de longues heures. Il y a une course où j'ai fait un grid walk en direct, de l'arrière jusqu'à l'avant de la grille. Quand on est de l'autre côté, c'est vraiment difficile de faire parler les gens et d'obtenir la bonne réponse. Maintenant, en tant que pilote, je ferai un peu plus d'efforts afin que ce soit plus facile pour les gars qui posent les questions", conclut-il.

Esteban Ocon, Mercedes AMG F1, et Martin Brundle, commentateur pour Sky Sports F1, sur la grille

partages
commentaires
Légèrement blessé, Norris porte une attelle
Article précédent

Légèrement blessé, Norris porte une attelle

Article suivant

Le Grand Prix d'Espagne de F1 aura bien lieu en 2020

Le Grand Prix d'Espagne de F1 aura bien lieu en 2020
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021