Leclerc ne comprend pas les pilotes qui se cherchent des excuses

Revenant sur son attitude très directe au sujet des erreurs qu'il peut faire en piste, Charles Leclerc estime ne pas voir l'intérêt de les cacher.

Charger le lecteur audio

La Formule 1 fait relâche en ce mois d'août, alors que la période de la trêve estivale a débuté au lendemain du Grand Prix de Hongrie 2022. Durant cette épreuve, une nouvelle mésaventure stratégique a coûté cher à Charles Leclerc, le pilote Ferrari accusant à neuf courses de la fin de saison un retard de 80 points sur Max Verstappen, le leader du classement.

Dans ces 80 points, une partie résulte d'erreurs commises par le Monégasque lui-même. Cette saison, les deux qui ressortent sont son tête-à-queue à la poursuite de la seconde place à Imola et évidemment la sortie de piste alors qu'il était en tête au Paul Ricard. Habitué à se montrer dur envers lui-même, il n'a pas cherché en ces deux occasions à éluder sa responsabilité.

Et au moment de prendre une pause dans cette campagne, cet état d'esprit demeure : "Je suis extrêmement dur avec moi-même", a-t-il concédé pour la BBC. "Il est donc beaucoup plus difficile de faire face à mes propres erreurs que lorsqu'il s'agit de l'équipe, même si nous sommes évidemment une seule et même équipe et que nous perdons et gagnons ensemble."

"Je suis toujours plus sévère quand c'est moi qui fais l'erreur, et évidemment la France a été l'une de celles qui m'ont fait un peu mal. Imola aussi un peu, même s'il n'y avait pas autant de points en jeu parce que j'ai pu revenir en piste. Mais chaque fois que je traverse une période difficile, je passe par le même processus [...] en essayant d'analyser ce qui n'allait pas. Et c'est surtout mentalement.

Charles Leclerc à Imola

Charles Leclerc à Imola

"Vous savez, quel est l'état d'esprit que j'avais à ce moment précis de la course qui m'a poussé à dépasser la limite et à faire une erreur ? En parler semble assez facile, mais il n'est pas toujours simple de déterminer exactement ce qui se passait dans votre tête à ce moment-là. Mais je pense que c'est une de mes forces et que cela m'aide à m'améliorer en tant que pilote chaque fois que je fais une erreur."

"[Les erreurs font] partie de l'expérience ; cela fait partie du parcours de n'importe qui, quel que soit le travail que vous faites ; à un moment donné, une erreur se produira. Chaque individu réagit de manière différente. C'est ma façon d'y réagir. Et j'ai toujours perçu les avantages d'être honnête avec soi-même et d'en tirer profit."

Je n'aime pas perdre du temps en trouvant des excuses, parce que c'est exactement à ce moment-là que vous commencez à perdre du temps

Charles Leclerc

Pour Leclerc, chercher à cacher une erreur ou à se trouver des excuses n'a pas d'intérêt, et constitue même un frein à la performance individuelle : "Je ne vois vraiment pas l'intérêt de le cacher. Et parfois, il est tellement évident pour tout le monde que l'erreur vient du pilote, je ne comprends tout simplement pas les pilotes qui essaient de se trouver des excuses avec le vent ou autre."

"Je veux dire, parfois ça peut arriver. Un accident sur 200, il peut se passer quelque chose de très étrange. Mais je n'aime pas perdre du temps en trouvant des excuses, parce que c'est exactement à ce moment-là que vous commencez à perdre du temps, et vous n'avancez pas."

"C'est également une bonne chose pour les personnes qui travaillent autour de moi, car elles savent que si je fais une erreur, je serai très honnête et j'espère qu'il en sera de même pour elles. Ainsi, tout le monde peut apprendre plus rapidement et c'est le cas chez Ferrari."

Lire aussi :
partages
commentaires

Ces planches flexibles qui disparaîtront des F1 à Spa

Le règlement F1 2023 modifié va bientôt être validé