Formule 1 GP de Hongrie

Magnussen "dans le pétrin" avec un pilotage incompatible chez Haas

Kevin Magnussen n'est pas performant cette saison, selon lui parce que son style de pilotage n'est pas compatible avec la Haas VF-23.

Kevin Magnussen, Haas VF-23

Les contre-performances se multiplient pour Kevin Magnussen. N'ayant marqué que deux points cette saison quand son coéquipier Nico Hülkenberg en a engrangé neuf, le pilote Haas est également dominé en qualifications, avec un score de 9-2 sur les séances pertinentes, shootouts compris.

Après une éclaircie à Miami et à Monaco, les deux seuls Grands Prix où il a devancé son partenaire dans l'exercice du tour lancé, Magnussen a été battu lors des six dernières séances en date, notamment victime d'un problème moteur à Silverstone. Sur les cinq autres, son déficit moyen était de 0"717 : un gouffre.

La Hongrie n'a donc fait que confirmer cette tendance, le Danois s'étant qualifié 19e avec une demi-seconde de retard sur Hülkenberg quand ce dernier s'est hissé en Q3. "J'ai du mal à trouver la constance avec la voiture de cette année", a-t-il expliqué à la suite de cette séance qualificative. "Je ne sais pas pourquoi, mais je peine un peu à tirer le meilleur de la voiture avec peu de carburant et des pneus neufs. Beaucoup d'inconstance pour moi, et comme vous l'avez vu en EL3, j'étais le plus rapide dans le premier secteur et le plus lent dans le second. C'est vraiment extrême ! C'est comme si ma force habituelle était devenue ma faiblesse dans cette voiture."

Kevin Magnussen, Haas F1 Team

Kevin Magnussen (Haas)

"C'est mon style de pilotage inhérent qui joue contre moi actuellement, en raison des limites spécifiques de la voiture. Nico tire manifestement davantage de la voiture sur un tour, en pneus neufs. Puis avec beaucoup de carburant, c'est une autre histoire. Alors c'est un peu déroutant. Mais je vais travailler là-dessus."

Lorsque Motorsport.com lui demande s'il ressent ça depuis les essais de pré-saison ou si la voiture s'est progressivement éloignée de ce qui lui convient, Magnussen répond : "J'ai envie de dire que la voiture s'est améliorée, mais elle a empiré pour moi, en ce qui concerne mon style de pilotage spécifiquement. Il semble que le problème que je cause à la voiture avec mon style de pilotage ne cesse de croître. C'est dur de modifier son style de pilotage : on peut changer beaucoup de choses, mais certaines sont si naturelles et automatiques qu'elles sont dures à changer."

Bien entendu, la solution n'est pas aussi simple que l'idée de copier le pilotage de Hülkenberg à partir des données. "Je vois ce qu'il fait et quelles sont les différences. Mais il y a des choses qui sont vraiment dures à changer dans le style de pilotage. Si l'on change des choses qui sont très naturelles pour soi, on se retrouve dans un no man's land… ce n'était pas un problème l'an dernier. Et là, je me retrouve un peu dans le pétrin !" D'autant que Günther Steiner, s'il déclare vouloir conserver ses deux pilotes la saison prochaine, ne cache pas attendre mieux de Magnussen…

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Szafnauer : "Le nouveau PDG d'Alpine n'aura aucune influence sur la partie F1"
Article suivant Horner heureux de la performance "mature" de Ricciardo

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France