Marko n'a pas de regret avec Sainz : "Ce n'est pas Verstappen"

Le conseiller Red Bull, Helmut Marko, assure n'avoir aucun regret après avoir laissé Carlos Sainz quitter la marque de boissons, car il ne pense pas que l'Espagnol soit au niveau de Max Verstappen.

Marko n'a pas de regret avec Sainz : "Ce n'est pas Verstappen"
Charger le lecteur audio

Soutenu par Red Bull durant l'intégralité de sa carrière en formules de promotion, Carlos Sainz a passé un peu moins de trois saisons dans la seconde équipe du géant de la boisson, Toro Rosso, avant d'être prêté à Renault. Le constructeur français n'a pas choisi de prolonger le prêt de l'Espagnol pour 2019 et Red Bull a préféré promouvoir Pierre Gasly pour remplacer Daniel Ricciardo, ce qui a mené Sainz à être libéré pour rejoindre McLaren. 

Mais pendant que Gasly peinait à s'établir chez Red Bull et a été rétrogradé chez Toro Rosso en milieu de saison, Sainz a brillé dans son nouvel environnement, terminant la campagne 2019 a une impressionnante sixième place au championnat des pilotes. Interrogé sur d'éventuels regrets qu'il aurait pu avoir après avoir laissé partir l'Espagnol, Helmut Marko assure qu'il n'en a aucun.

Lire aussi :

"Non. Sainz a été confronté à Max Verstappen et plus tard, nous devions choisir lequel des deux on allait promouvoir", a déclaré Marko à Motorsport.com. "Et quand vous regardez ce qu'il en est, Carlos est rapide, sans quoi nous ne l'aurions pas signé, mais ce n'est pas Verstappen. Nous avons aidé Carlos avec sa carrière et nous ne l'avons pas laissé partir. Mais nous avons autorisé ses transferts vers Renault puis McLaren. Nous avons de bonnes relations, mais à ce moment-là, il y avait un Verstappen, et il y a des différences [de performance] entre les deux."

Il est de notoriété publique que Sainz et Verstappen n'avaient pas la relation la plus harmonieuse lorsqu'ils étaient équipiers chez Toro Rosso, ce qui a pu contribuer à la préférence accordée à Gasly pour la saison 2019. Marko avait déjà critiqué le rôle du père de l'Espagnol, le double Champion du monde de WRC et vainqueur du Dakar, Carlos Sainz, dans son manque d'aisance chez Toro Rosso en 2017.

"Je ne dirais pas qu'il a un père politique, plus qu'un de ses pères du sport automobile qui ne regardent pas les choses objectivement, ce qui est compréhensible, et qui font uniquement ce qu'ils pensent être bon pour leur fils. Mais ce n'est pas un cas isolé, et ce n'est pas le pire, de très loin", conclut Marko.

partages
commentaires
Le directeur commercial de la F1 s'en va sans être remplacé
Article précédent

Le directeur commercial de la F1 s'en va sans être remplacé

Article suivant

Zandvoort garde des données secrètes pour surprendre les écuries

Zandvoort garde des données secrètes pour surprendre les écuries