Pérez : "Albon m'a expliqué tous les problèmes qu'il a eus"

Vainqueur de son premier Grand Prix avec Red Bull, Sergio Pérez a évoqué l'ouverture d'esprit et la franchise avec laquelle Alexander Albon l'avait accueilli dans l'écurie malgré la perte de son volant.

Pérez : "Albon m'a expliqué tous les problèmes qu'il a eus"

Vainqueur de son premier Grand Prix avec Red Bull Racing à Bakou le week-end dernier, le deuxième seulement de sa carrière, Sergio Pérez a repris ses esprits et pris du recul sur sa performance. Le Mexicain a répondu présent après la mésaventure pneumatique qui a éliminé son coéquipier Max Verstappen lors du Grand Prix d'Azerbaïdjan, permettant à Red Bull de sauver brillamment les meubles en dépit d'un doublé qui s'est évaporé à quelques tours du drapeau à damier.

Recruté par l'écurie de Milton Keynes dans l'optique de jouer les deux titres mondiaux, après des expériences jugées décevantes avec Pierre Gasly puis Alexander Albon, Pérez a démontré que Red Bull pouvait compter sur lui et qu'il avait accéléré son adaptation après son début de saison parfois un peu plus compliqué. Ce qu'il retient surtout quelques jours après son succès, c'est l'esprit d'équipe dont ont fait preuve aussi bien Verstappen qu'Albon, toujours réserviste pour l'écurie. Le Néerlandais a assisté au podium tandis que le Thaïlandais n'a pas manqué de féliciter l'heureux vainqueur malgré la situation à son désavantage.

"Je pense que nous avons une bonne équipe", assure Pérez. "Ce qu'a fait Max était super à voir. Il méritait vraiment de gagner, il a tout fait à la perfection ce week-end. Il a simplement été très malchanceux. C'était vraiment une victoire pour lui. Et Alex aussi, il a tellement travaillé au simulateur avec les ingénieurs."

"Je me souviens que lorsque je suis arrivé ici, je ne m'attendais pas à ce qu'il soit aussi ouvert avec moi. Mais il m'a expliqué tous les problèmes qu'il avait eus, comment la voiture fonctionnait. C'était très sympa de sa part, dès le premier jour. J'ai vraiment apprécié ça, et j'apprécie le travail qu'il fournit week-end après week-end avec l'équipe ainsi qu'au simulateur. C'est du travail d'équipe, et au bout du compte nous sommes là grâce à chaque individualité de cette équipe."

Lire aussi :

S'il a perdu son volant, Albon est en effet resté très intégré à l'équipe Red Bull, cumulant le rôle de pilote de développement ainsi que de réserviste à la fois pour RBR et AlphaTauri, tout en bénéficiant d'un programme de compétition partiel en DTM.

Pour Red Bull, le début de saison confirme la volonté affichée de ravir les titres mondiaux à Mercedes, avec des signes qui ne trompent pas mais qu'il faudra toutefois confirmer dans la durée. Avec la victoire de Verstappen à Monaco et celle de Pérez à Bakou, c'est par exemple la première fois que l'écurie autrichienne s'impose deux fois consécutivement en Formule 1 depuis 2014 (Daniel Ricciardo en Hongrie puis en Belgique).

"Ce n'est que le sixième Grand Prix", tempère toutefois Pérez. "Peu importe où nous sommes maintenant, ce qui compte, c'est là où nous finirons à Abu Dhabi. Nous devons continuer à travailler, faire en sorte de maximiser le potentiel de la voiture. Il y a encore un long chemin à parcourir. Nous devons rester concentrés. Maintenant, ce qui s'est passé appartient à l'Histoire, et nous devons continuer à regarder devant nous."

partages
commentaires
Mercedes : le choix d'aileron arrière revient aux pilotes

Article précédent

Mercedes : le choix d'aileron arrière revient aux pilotes

Article suivant

Bottas : Les discussions avec Mercedes n'ont pas commencé

Bottas : Les discussions avec Mercedes n'ont pas commencé
Charger les commentaires
Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1 Prime

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1

Les victoires tant attendues des anciens pilotes de Formule 1 Marcus Ericsson et Kevin Magnussen le week-end dernier, respectivement en IndyCar et en IMSA, ont rappelé à la F1 ce qui lui manque. Mais avec les nouvelles règles visant à équilibrer le plateau, l'optimisme renaît quant à la possibilité pour davantage de pilotes de lutter pour des succès autrefois inespérés.

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites Prime

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites

Les conclusions de Pirelli sur les défaillances des pneus à Bakou n'ont pas complètement rejeté la faute sur les équipes, mais la fermeté de la réponse de la FIA laisse peu de place au doute.

Formule 1
16 juin 2021
L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1 Prime

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Le travail en soufflerie constitue le fondement du développement aérodynamique d’une Formule 1. Cependant, les progrès de la recherche virtuelle annoncent la disparition de cet outil coûteux et compliqué.

Formule 1
15 juin 2021
Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull Prime

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull

Sergio Pérez a passé la majorité de sa carrière à piloter en milieu de peloton, se demandant s'il aurait un jour une chance d'accéder à une équipe de pointe. Red Bull lui a donné cette opportunité, et bien que la vie au sommet soit difficile, le vainqueur de Bakou fait tout ce qu'il faut pour s'entendre avec Max Verstappen.

Formule 1
14 juin 2021
Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1 Prime

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1

Le Grand Prix du Canada 2008 s'était apparenté à de véritables montagnes russes en piste comme en dehors, et avait été absolument passionnant à couvrir depuis le paddock. Voici pourquoi.

Formule 1
13 juin 2021
Un calendrier de 23 Grands Prix en péril Prime

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril

Après l’annonce de l’annulation du Grand Prix de Singapour à cause des restrictions sanitaires en vigueur, la Formule 1 cherche des alternatives pour conserver un calendrier de 23 courses. Mais ce projet audacieux est-il voué à l’échec ?

Formule 1
12 juin 2021
Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré Prime

Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré

Jean Alesi a immédiatement marqué la Formule 1 lors de ses débuts avec Tyrrell, mais sa décision de rejoindre Ferrari plutôt que Williams en 1991 était une erreur de jugement, dans une saison au cours de laquelle les luttes politiques internes ont miné le développement de la monoplace...

Formule 1
11 juin 2021
Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego Prime

Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego

Les pilotes ont tendance à être égoïste, mais pas Riccardo Patrese. Retour sur la carrière d'un véritable gentleman.

Formule 1
9 juin 2021