Analyse

Pourquoi Alfa Romeo a choisi Bottas comme leader

Valtteri Bottas a beau avoir perdu son baquet chez Mercedes, sa carrière en Formule 1 ne va pas s'arrêter là. La victoire va s'éloigner, mais le Finlandais va pouvoir se dédier à un nouveau projet passionnant où il va prendre de l'envergure : celui d'Alfa Romeo Racing, dont le directeur Frédéric Vasseur nous explique le rôle que va jouer son nouveau pilote.

Valtteri Bottas, Mercedes dans le garage

Contenu spécial

Motorsport.com vous propose un contenu spécial de qualité.

Personne n'a été surpris par l'annonce du transfert de Valtteri Bottas chez Alfa Romeo ce lundi. L'arrivée de George Russell chez Mercedes n'était plus un secret pour personne depuis plusieurs jours, et bien qu'il ait passé cinq ans à Brackley, Bottas n'y a jamais eu d'avenir sur le long terme : le nordique a enchaîné les contrats d'un an et avait même été menacé par Esteban Ocon en vue des saisons 2019 et 2020, toutefois alors en conservant son baquet.

Cette fois, face au prometteur Russell, ça n'a pas été le cas, et Bottas a dû chercher ailleurs. Les options se faisaient déjà rares, et l'ancien pilote Williams aurait pu faire son retour à Grove ; il s'est finalement tourné vers le projet Alfa Romeo, remplaçant son compatriote Kimi Räikkönen, puisque ce dernier va prendre sa retraite au terme de sa 19e saison en Formule 1, à bientôt 42 ans.

"Nous nous sommes tous mis d'accord pour discuter avec Kimi en premier", explique Frédéric Vasseur, directeur d'Alfa Romeo Racing. "Puis quand nous avons eu la discussion avec Kimi et qu'il a décidé d'arrêter, nous avons commencé à réfléchir à l'avenir. Il était évident qu'il fallait passer à l'étape suivante."

Valtteri Bottas, Mercedes and Kimi Raikkonen, Alfa Romeo Racing in the Press Conference

Idéalement, pour remplacer le pilote le plus expérimenté de tous les temps en F1, il fallait quelqu'un qui ait de la bouteille. Bottas était forcément un candidat attractif compte tenu de sa présence au sein de l'écurie septuple Championne du monde en titre, Mercedes, lors des cinq dernières saisons en date. Sans oublier qu'il connaît bien Vasseur, ayant couru pour l'écurie cofondée par le Français, ART Grand Prix, en F3 Euro Series et en GP3 de 2009 à 2011.

Le succès avait été au rendez-vous. Deux fois troisième du championnat en F3, Bottas avait multiplié les podiums même s'il n'avait signé que deux victoires ; cependant, il s'était également imposé à deux reprises lors des Masters de F3 à Zandvoort. En 2011, les débuts en GP3 avaient été particulièrement compliqués pour le pilote ART : à la mi-saison, lors d'une campagne extrêmement disputée (le top 8 se tenait alors en 11 points, à une époque où un maximum de 20 unités était disponible par week-end), Bottas n'était que dixième avec 12 unités au compteur, à 17 longueurs du leader Alexander Sims. ART a finalement dominé la seconde moitié de saison, avec six podiums dont quatre victoires en huit courses pour Bottas, et quatre podiums pour son coéquipier James Calado, devenu son unique rival pour le titre.

"Je pense qu'il est quelqu'un de très motivé, la vitesse est là, et nous avons une bonne relation", commente Vasseur, qui a également travaillé avec des pilotes comme Nico Rosberg et Lewis Hamilton dans leur jeunesse. "Je dirais qu'avec Valtteri, nous avons connu un début de saison difficile en 2011 en GP3 avec des problèmes techniques lors des premières courses – je crois que c'était en Turquie puis à Barcelone."

"Le championnat n'était pas perdu, mais il n'allait pas dans la bonne direction. Et nous avons fait des réunions très positives. Nous étions tous très, très ouverts sur ce qui se passait bien ou non. Et Valtteri a super bien réagi, je me rappelle qu'il a remporté quelque chose comme quatre courses d'affilée [quatre victoires en six courses, ndlr]. Et il a finalement gagné le championnat. Cette réaction était super professionnelle."

Bottas and Vasseur worked together in junior single-seaters, winning the 2011 GP3 title

Valtteri Bottas et Frédéric Vasseur en GP3 en 2011

Cependant, ce succès date d'il y a dix ans. "Nous discutons encore dans le paddock, mais discuter dans le paddock est une chose, travailler ensemble en est une autre. Mais je connais Valtteri en dehors du business, et je sais qu'il est dévoué [à la F1] à 200%."

Encore fallait-il convaincre Bottas de rejoindre une écurie qui se trouve à l'avant-dernière place du championnat des constructeurs avec seulement trois points marqués cette saison : elle n'a connu pire que lors des très médiocres campagnes 2014 et 2016, sous le nom de Sauber. Cependant, Alfa Romeo a placé toutes ses ressources sur le tournant technique de la nouvelle réglementation de 2022 et espère ainsi faire un bond dans la hiérarchie l'an prochain.

"Je pense qu'il a vraiment été convaincu par notre projet", estime Vasseur. "La saison 2021 n'a pas été la plus simple, mais il sait que nous avons complètement arrêté le développement de notre voiture il y a des mois de cela. Et il sait que Stellantis [compagnie mère d'Alfa Romeo] a renouvelé le contrat pour les prochaines années. C'est un énorme atout pour le projet. Et franchement, je pense que pour Valtteri, c'est un bon nouveau chapitre."

"Je suis convaincu que Valtteri peut avoir le rôle de leader. Je n'ai pas de leader, mais au moins en matière d'expérience notamment, il sera le leader de l'équipe. Et je pense que pour lui, ce sera une opportunité de devenir le leader, de montrer la voie. Je pense qu'il recherche également quelque chose comme ça."

Bottas va également pouvoir sortir de l'ombre de Lewis Hamilton, lui qui a ressenti une certaine frustration pendant ces cinq saisons lors desquelles il s'est avéré incapable de jouer le titre malgré la domination fréquente de Mercedes et n'a remporté que neuf victoires quand son coéquipier en a décroché 46. Et il y a bien sûr eu l'amertume de certaines consignes d'équipe visant à favoriser les chances de son partenaire au championnat...

Alfa move will allow Bottas to escape the shadow of Hamilton and build the team around himself

"Je ne sais pas s'il a besoin de changement. Et je ne ferai pas de commentaire sur leur relation [avec Hamilton, ndlr], car ça ne me regarde pas du tout", rétorque Vasseur, catégorique. "Il connaissait parfaitement la situation quand il a rejoint Mercedes il y a cinq ans, cette situation était claire comme de l'eau de roche. Je pense que ça lui convenait, et il a fait du super travail. Mais peut-être va-t-il passer à un autre stade de sa carrière en n'ayant pas Lewis à ses côtés, vous voyez ce que je veux dire ?"

"Nous allons simplement lui donner l'opportunité de montrer la voie en matière de développement, de procédés, etc. Et je pense que de son point de vue à lui, ce pourrait être un vrai grand défi. C'est aussi un sport psychologique, il faut être en forme mentalement. Et ce n'est pas toujours facile d'être aux côtés d'une immense superstar. On peut apprendre beaucoup, mais avec le poids de ce gars, ça peut être dur."

Bottas va ainsi apporter non seulement son expérience mais aussi sa rapidité, lui qui a signé 17 pole positions avec Mercedes (face à 40 pour Hamilton). Dans l'exercice des qualifications, il accuse en moyenne deux dixièmes de retard sur son chef de file cette saison. "Si l'on fait la comparaison entre Lewis et Bottas, l'écart est de 0,2%. Et si l'on regarde entre Max [Verstappen] et ses coéquipiers, c'est le triple, voire le quadruple, ces dernières années", souligne Vasseur.

"Ce n'est pas seulement une question de vitesse et de performance. C'est une question de poids au sein de l'équipe. Je pense qu'il a démontré une grande constance, et nous avons besoin de ce genre d'atout. Il va pouvoir apporter à l'équipe une immense expérience accumulée avec Mercedes lors des cinq dernières années. Au moins pour nous, c'est une nouvelle étape dans notre processus de retour en forme. Et j'espère que ce sera une étape décisive."

Reste à savoir qui épaulera Bottas l'an prochain. Ferrari a contractuellement imposé l'un de ses pilotes (Charles Leclerc puis Antonio Giovinazzi) de 2018 à 2021, mais ce ne sera plus le cas en 2022. Les performances de l'Italien sont convaincantes par rapport à celles de Räikkönen, mais son baquet n'est pas du tout assuré et, de surcroît, est très convoité – non seulement par d'autres poulains de la Scuderia mais aussi par les protégés d'autres écuries comme Alexander Albon et Nyck de Vries, voire Guanyu Zhou, qui a le mérite d'avoir un certain budget. Le très prometteur Théo Pourchaire, plus jeune vainqueur en GP2/F2 avec ART GP, est tenu en haute estime par Vasseur mais son accession à la F1 pourrait être prématurée à seulement 18 ans.

"Tout est ouvert, y compris pour Antonio. Il fait du bon travail", détaille Vasseur. "Mais je pense que pouvoir recruter et accueillir Valtteri est une énorme opportunité pour nous. Peu importe si le coéquipier est un rookie ou un pilote d'expérience, nous bénéficierons de l'expérience et de la vitesse de Valtteri."

"Je ne ferai aucun commentaire quant à qui est sur la liste ou non. Pour certains d'entre eux, ça paraît un peu difficile à cause du lien qu'ils ont avec des motoristes. Nous avons un contrat avec Ferrari, et ça paraît difficile de trouver ce genre d'accord, voire impossible. On verra pour les autres. Le choix est important. Nous avons des jeunes qui ont besoin de faire plus de courses. Et nous ne pourrons pas nous faire une idée claire auparavant. Concernant Antonio, on verra sur les deux ou trois prochains Grands Prix." Giovinazzi ne pourrait trouver meilleur moment pour inscrire un deuxième point cette saison que ce week-end, à Monza, devant les tifosi.

Avec Adam Cooper

Giovinazzi gave his hopes of staying on a timely boost with strong qualifying effort at Zandvoort

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Ross Brawn juge Pierre Gasly "trop bon" pour AlphaTauri
Article suivant Red Bull était prêt à sacrifier la victoire pour battre Hamilton

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France