Quel est le véritable niveau de McLaren en 2022 ?

Dans une saison très imprévisible derrière les deux équipes de pointe que sont Ferrari et Red Bull, difficile d'établir une hiérarchie. Et dans ce ventre mou, McLaren est peut-être l'écurie la plus difficile à analyser.

Le troisième Lando Norris, McLaren, fête avec son équipe

En 2022, McLaren fait des montagnes russes dans la hiérarchie de la Formule 1. Après avoir émergé des premiers essais hivernaux à Barcelone comme la principale rivale de Ferrari, l'équipe de Woking a ensuite connu quelques semaines difficiles au Moyen-Orient. Les tests désastreux à Bahreïn, déclenchés par des problèmes de surchauffe des freins, ont été suivis d'un début de saison tout aussi cauchemardesque où les hommes de Zak Brown n'ont marqué aucun point.

Après s'être classé quatrième l'an dernier, la saison s'annonçait soudainement très difficile pour McLaren. Des signes de progrès en Arabie Saoudite et une double arrivée dans les points en Australie ont été mis sur le compte de pistes mieux adaptées à la MCL36. Mais à Imola, où l'équipe avait obtenu de bons résultats l'an dernier, Norris est monté sur le podium, ravivant ainsi l'optimisme au sein de l'écurie.

Avec un tel niveau d'inconstance, difficile de comprendre la véritable position de McLaren, et quelle part de ses performances est due à des circuits plus favorables. Mais pour le patron de l'équipe, Andreas Seidl, le sentiment au sein de l'équipe est que le rythme récent est l'image la plus réaliste, alors que la catastrophe de Bahreïn était une simple erreur de parcours.

"Mon analyse est que si vous regardez comment tout s'est passé à partir du premier test à Barcelone, alors je pense que nous avons eu des essais corrects là-bas, avec une base qui fonctionnait", explique l'Allemand. "Ensuite, nous avons évidemment connu ce gros revers, en perdant tous ces tours d'essais à Bahreïn, ce qui a ensuite eu, je pense, des conséquences pour le week-end de course. C'était à cause d'un compromis pour les freins, mais aussi à cause de la perte de tous ces tours et de la préparation ratée pour commencer la saison avec une voiture complètement nouvelle. En organisant la course au même endroit que les essais, tout le monde a gagné beaucoup d'expérience et je pense que cela nous a fait paraître moins bons que nous ne le sommes en réalité avec le package. Ensuite, je pense qu'en allant à Djeddah, puis à Melbourne, nous avons fait plus de tours, nous avons eu du temps, et nous avons pu récupérer les tours que nous avions perdus lors des essais. C'est pourquoi je pense qu'une partie de notre performance était due au package."

Lando Norris, McLaren MCL36

Lando Norris, McLaren MCL36

Ce que le temps de roulage supplémentaire avec la voiture a donné à McLaren, cependant, est un niveau de confiance supplémentaire quant au potentiel dans la MCL36, par rapport à que ce qui a été montré à Bahreïn. "Je pense qu'il n'y a rien de fondamentalement mauvais avec cette voiture", ajoute Seidl. "Il est clair que, lorsque vous regardez l'écart de performance que vous avez dans un week-end comme à Melbourne, la performance nous manque, et c'est pourquoi nous travaillons dur afin d'en apporter. Je pense vraiment qu'avec le package actuel et les petites améliorations que nous avons faites depuis Bahreïn, nous avons une voiture qui est suffisamment forte pour se battre pour le top 10 chaque week-end. C'est l'objectif pour le moment, tout en travaillant en parallèle sur les améliorations que nous voulons apporter à l'avenir."

Le podium de Norris au Grand Prix d'Émilie-Romagne est certainement dû aux erreurs et à la malchance des autres. Ferrari a connu une journée cauchemardesque, Carlos Sainz étant sorti dès le premier tour et Charles Leclerc ayant perdu la possibilité de terminer dans le top trois à la suite d'un tête-à-queue. Néanmoins, les deux pilotes de Woking sont convaincus que leurs récentes sorties avec la voiture montrent que la lutte à l'avant du peloton (avec Alpine, Haas, Alfa Romeo et Mercedes) peut désormais être abordée plus sereinement.

Plutôt que d'attribuer les meilleures courses récentes à des changements majeurs apportés à la voiture, Norris est convaincu que l'équipe a tout simplement appris à mieux maîtriser son package. "Je crois que ce que nous voyons maintenant, c'est que Bahreïn était un peu plus atypique que les derniers week-ends", explique le Britannique. "C'était encore la réalité à l'époque. Mais je pense qu'une grande partie de ce que nous avons vu est encore sur la voiture. Nous l'avons juste mieux compris, nous en tirons plus de la voiture, c'est sûr. Nous avons simplement travaillé sur les faiblesses et nous avons fait quelques améliorations, et ça se voit un peu. Il y a beaucoup de positif dans tout ça. Mais je ne pense pas non plus que nous ayons de loin la troisième meilleure voiture du plateau. Quelques problèmes rencontrés à Bahreïn sont encore présents, et nous essayons d'en comprendre une partie. Pour la majorité d'entre eux, nous nous sommes concentrés dessus et nous avons apporté quelques améliorations, et je pense que c'est pourquoi nous sommes meilleurs maintenant."

Lando Norris, McLaren

Lando Norris, McLaren

Pour les prochaines courses, McLaren s'apprête à apporter plus d'appui et à réduire le poids de la voiture. Mais à en juger par les progrès réalisés jusqu'à présent en 2022, l'équipe pourrait-elle se rapprocher de Ferrari et Red Bull ? Ricciardo pense que ce scénario est peut-être un peu trop optimiste.

"Ne vous méprenez pas, c'est un peu optimiste d'être meilleur que troisième, parce que les deux premiers ont une bonne longueur d'avance", partage l'Australien. "Mais oui, je pense qu'il y a encore beaucoup à apprendre avec ces voitures, et pas seulement nous, mais chaque équipe apportera des mises à jour. Même une équipe comme Mercedes, peut-être que leur philosophie va prendre vie à un moment donné cette saison. Je pense qu'il y a beaucoup de possibilités de développement et d'améliorations, pas ces améliorations d'un ou deux dixièmes. Je pense qu'il y a du potentiel pour des améliorations de quatre à cinq dixièmes. C'est toujours ambitieux parce que Red Bull et Ferrari vont continuer à se développer, donc l'objectif sera toujours en mouvement. Mais oui, je vois toujours plus le verre à moitié plein, je suis sûr que nous pouvons encore trouver quelque chose à un moment donné."

Pour Seidl, l'accent est très largement mis sur le simple fait d'essayer d'obtenir de la régularité qui pourra aider McLaren à se battre pour la troisième place, plutôt que d'essayer de rêver d'être au sommet et lutter avec Max Verstappen et Charles Leclerc. "L'écart que nous avons avec Red Bull et Ferrari est énorme et ces gars n'en resteront pas là", prédit l'Allemand. "Donc, indépendamment de la façon dont cette saison a commencé et où nous sommes maintenant, nous savons exactement où nous nous situons en tant qu'équipe. Par rapport à ces gars-là, nous connaissons toujours les déficits que nous avons, donc il n'y a pas de magie. Mais nous voulons tous être ambitieux. Nous nous réveillons le matin parce que nous voulons nous battre contre ces gars-là et tout donner, nous battre à fond. Nous essayons de trouver des raccourcis, mais parfois il faut rester réaliste. C'est comme ça que je vois les choses, et nous allons tout donner."

"J'espère qu'il y aura d'autres courses semblables à celles des années précédentes, où les caractéristiques de certaines voitures changent soudainement la hiérarchie pour une ou deux courses, comme nous l'avons vu à Monza l'année dernière. Cela pourrait se produire cette année, et ce serait formidable. Mais la chose la plus importante pour moi est que nous avançons, continuellement, que nous mettons en place nos améliorations pour être sûrs d'arriver dans quelques années au point de nous battre pour des victoires chaque week-end."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Mercedes a "plusieurs pistes pour améliorer la voiture"
Article suivant Palmiers, pluie et iguanes : la F1 face aux défis de Miami

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France