L'avance de Renault sur Haas a fondu "comme neige au soleil"

L'équipe française est désormais sous la pression directe de Haas F1 pour la quatrième place du championnat constructeurs. La belle avance qui était la sienne avant l'été a été dilapidée, un cas de figure auquel on s'attendait du côté d'Enstone.

L'avance de Renault sur Haas a fondu "comme neige au soleil"
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team RS 18 parcourt la piste à pied
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18 et Fernando Alonso, McLaren après l'accident du départ
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18., devant Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W09
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18, en lutte avec Lance Stroll, Williams FW41
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18

Sur les six derniers Grands Prix, Renault a inscrit seulement 26 points tandis que Haas a fait plus de deux fois mieux, l'écurie américaine ajoutant 57 unités à son compteur. Un bilan qui a resserré les positions et clairement relancé la lutte pour la quatrième place du championnat constructeurs, avec six points d'écart désormais entre les deux écuries.

En Belgique la semaine dernière, le Losange a connu l'un de ses pires week-ends de la saison, ayant vu ses deux pilotes s'élancer du fond de grille suite à des pénalités moteur, pour ne finalement pas inscrire le moindre point. Ce deuxième zéro pointé en 2018, après celui du Grand Prix d'Autriche, est venu rappeler que le statut de quatrième force n'avait rien d'acquis. Ce dont n'a jamais douté l'écurie d'Enstone, prête à se confronter à un tel scénario.

Lire aussi :

"Franchement, on supposait que cette avance allait fondre comme neige au soleil", reconnaît auprès de Motorsport.com Cyril Abiteboul, directeur général de Renault Sport Racing. "Nous savions depuis le premier jour que Haas était très compétitif, et en fait c'est tout le contraire, nous sommes chanceux d'être encore devant. Cela nous donne l'opportunité de continuer à nous défendre jusqu'à Abu Dhabi."

"Nous savons qu'un autre circuit difficile nous attend à Monza, mais nous verrons. Nous avons encore beaucoup de choses à venir en matière de développement du châssis, mais je m'attends à ce que le facteur prédominant soit la compétitivité du moteur."

Hülkenberg n'en a pas terminé avec les pénalités

Le week-end noir de Spa-Francorchamps n'était pas non plus une surprise pour Renault, qui s'attendait à un déficit de performance sur le toboggan des Ardennes, où rien n'est venu aider l'écurie française à inverser la tendance.

"Nous avons décidé de nous concentrer sur toutes les pénalités moteur qu'il nous fallait, et nous espérons qu'il n'y en aura plus à venir, et qu'il y aura des courses plus simples lors des huit prochains Grands Prix", explique Cyril Abiteboul. "C'était prévu [pour Spa] en ce qui concerne Nico [Hülkenberg], pour Monza en ce qui concerne Carlos [Sainz], mais en raison de ce qui s'est passé en qualifications, qui reste encore inexpliqué, nous avons décidé de le faire. Désormais, ce n'est plus en travers de notre chemin."

Lire aussi :

Des pénalités avec lesquelles Renault n'en a, à vrai dire, pas tout à fait terminé, puisque la situation de Nico Hülkenberg devrait pousser l'écurie à changer à nouveau son unité de puissance ce week-end. "Nico étant pénalisé de dix places à Monza suite à l’accident de ce week-end, il est tactiquement intéressant d’introduire une nouvelle unité de puissance dans sa voiture. Cela doit nous permettre de finir la saison sans autres pénalités liées au moteur", révèle Rémi Taffin, directeur technique moteur.

Ces dix places de pénalité sur la grille de départ, Hülkenberg les doit à son incartade du premier virage à Spa, où son freinage manqué à La Source a provoqué un carambolage.

"Cela ne s’est pas déroulé comme prévu", admet l'Allemand. "Je plaide coupable pour l’incident, car j’ai commis une erreur d’appréciation et je suis désolé pour les concurrents que j’ai éliminés de la course. Nous avons une occasion immédiate de rebondir en Italie et je ferai de mon mieux pour obtenir un bon résultat. Nous savons que nous partirons à l’arrière de la grille de départ à cause des pénalités, mais j’espère que le rythme sera au rendez-vous afin de nous propulser dans les points."

Avec Adam Cooper 

partages
commentaires
Verstappen : Même sans le Halo, Leclerc n'aurait pas été touché
Article précédent

Verstappen : Même sans le Halo, Leclerc n'aurait pas été touché

Article suivant

Ricciardo : La F1 a l'air facile avec les niveaux d'appui aéro actuels

Ricciardo : La F1 a l'air facile avec les niveaux d'appui aéro actuels
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021