Formule 1
12 mars
-
15 mars
EL1 dans
12 jours
C
GP de Bahreïn
19 mars
-
22 mars
EL1 dans
20 jours
02 avr.
-
05 avr.
EL1 dans
33 jours
C
GP d'Espagne
07 mai
-
10 mai
EL1 dans
68 jours
C
GP de Monaco
21 mai
-
24 mai
EL1 dans
81 jours
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
EL1 dans
104 jours
25 juin
-
28 juin
EL1 dans
117 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
EL1 dans
124 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
138 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
EL1 dans
152 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
EL1 dans
180 jours
03 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
187 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
EL1 dans
201 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
EL1 dans
208 jours
08 oct.
-
11 oct.
EL1 dans
222 jours
C
GP des États-Unis
22 oct.
-
25 oct.
EL1 dans
237 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
EL1 dans
244 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
EL1 dans
258 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
EL1 dans
271 jours

Ricciardo : "Avec Ocon, pas d'inquiétudes, pas de craintes"

partages
commentaires
Ricciardo : "Avec Ocon, pas d'inquiétudes, pas de craintes"
Par :
21 nov. 2019 à 17:05

Daniel Ricciardo n'affiche aucune inquiétude à l'idée d'accueillir Esteban Ocon chez Renault, quand bien même certains promettent une collaboration potentiellement explosive.

Après une première année passée à découvrir la maison Renault, au volant d'une monoplace dont le niveau de performance a trop souvent été décevant, Daniel Ricciardo s'apprête à accueillir l'an prochain un nouveau coéquipier. Esteban Ocon succédera à Nico Hülkenberg et tentera à coup sûr d'insuffler un nouvel élan à l'écurie, d'autant que c'est la mission qui lui a été clairement confiée par Cyril Abiteboul. Ce dernier a également reconnu qu'il y aurait probablement "des défis à relever" dans la gestion des pilotes. Cependant, Daniel Ricciardo n'est pour sa part pas vraiment préoccupé par cette collaboration future. 

Lire aussi :

"Avec Esteban, pas d'inquiétudes, pas de craintes, pas de doutes", assure l'Australien. "Je le respecte comme compétiteur. Je suis certain qu'il me respecte, mais est-ce qu'il arrivera en voulant s'installer dans l'équipe ? Absolument. Encore une fois, il y aura ce respect avec l'esprit de compétition, et tant qu'il y aura ça, ça ira : je veux le battre, il veut me battre, nous ne sommes pas idiots. On a déjà connu ça une ou deux fois, mais tant que l'on se respecte, c'est ce qu'il faut. Nous n'avons pas besoin d'être les meilleurs potes non plus, mais nous essaierons de faire marcher tout ça." 

Le respect "vraiment essentiel"

Ricciardo en veut pour preuve son passé, même si les relations ont parfois fait quelques étincelles lorsqu'il a côtoyé Sebastian Vettel puis Max Verstappen chez Red Bull Racing. Néanmoins, jamais le moindre point de non-retour n'a été atteint, grâce selon lui à un critère éminemment important : le respect. "Je suppose que je suis plutôt facile à vivre", avance-t-il. "Oui, je suis un compétiteur en piste. Avec Seb aussi, je crois qu'il y avait juste du respect, et avec Max nous étions concurrents mais je respectais son talent, ses capacités, et lui aussi je crois. Si l'on a le respect, c'est vraiment l'essentiel pour que tout reste en ordre." 

S'il n'est pas inquiet pour 2020, Ricciardo admet qu'il regrettera probablement les bonnes relations de travail tissées avec Hülkenberg ces derniers mois. Pour l'Allemand, l'avenir s'écrira à court terme sans Formule 1, faute de volant disponible sur la grille. "Il est cool", confie Ricciardo. "Je pense qu'il a encore du temps en F1 s'il le veut. Son talent le lui permet, assurément. Je n'ai pas peur pour lui s'il ne revient pas en F1. C'est un gars plutôt branché, assez doué en affaires, donc s'il va faire autre chose, ça ira."

"C'était assez facile", insiste-t-il. "C'était simple de travailler avec lui, il fait ce qu'il a à faire sans faire d'histoires. Je crois aussi qu'avant de débuter cette saison, nous avions tous les deux du respect l'un envers l'autre, et ça aide, tant que l'on ne ressent pas le besoin de faire quelque chose d'étrange. Je ne dis pas que j'ai connu ça par le passé, ce n'est pas le cas, mais ça a rendu la transition assez facile pour moi. Lors de l'intersaison on s'est un peu marrés, après les Grands Prix on peut aller boire un verre."

Esteban Ocon, Mercedes AMG F1

Vidéo sur le même sujet

Article suivant
Légalité moteur : la FIA enquête et serre la vis

Article précédent

Légalité moteur : la FIA enquête et serre la vis

Article suivant

Verstappen philosophe : "Tout le monde fait des erreurs"

Verstappen philosophe : "Tout le monde fait des erreurs"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Daniel Ricciardo Boutique , Esteban Ocon
Équipes Renault F1 Team
Auteur Basile Davoine