Verstappen "n'était pas en pleine forme" à Austin

Max Verstappen était lui aussi malade pendant le Grand Prix des États-Unis, où il s'est pourtant imposé devant Lewis Hamilton.

Verstappen "n'était pas en pleine forme" à Austin

On savait Sergio Pérez particulièrement en méforme pendant le Grand Prix des États-Unis, où le Mexicain a vécu l'une des courses les plus dures de sa carrière en étant qui plus est privé d'eau. On ignorait en revanche que son leader Max Verstappen, victorieux et présent à ses côtés sur le podium, était lui aussi loin d'être à 100% de ses moyens. C'est Helmut Marko, consultant spécial de Red Bull Racing, qui a dévoilé l'indiscrétion, plusieurs jours après l'épreuve.

Le leader du championnat s'est imposé à Austin après être sorti vainqueur de son duel face à Lewis Hamilton, accentuant ainsi son avance au classement, mais il a dû composer avec un état de santé pas optimal. "Il n'était pas en pleine forme", révèle Helmut Marko à Motorsport.com. "A un moment donné, il m'a dit qu'il voyait tout noir. Grâce à des exercices de respiration et en s'hydratant, il a pu s'en sortir. Mais quand il est sorti de la voiture, je dirais qu'il était presque aussi tremblotant qu'après le crash de Silverstone."

Malgré ces circonstances compliquées, Max Verstappen a livré "l'une de ses meilleures courses" d'après le dirigeant autrichien. Auteur la veille de la pole position, il en a perdu le bénéfice au départ mais n'a pas paniqué, avant de dérouler à merveille la partition stratégique de son équipe. Le clan Red Bull a pourtant tremblé quand il a fallu résister au retour de Lewis Hamilton dans les dernières boucles, à la faveur de pneus durs moins usés.

"Le départ s'est mal passé et nous étions clairement plus rapides que Mercedes en pneus mediums, mais nous ne pouvions pas traduire ça en creusant l'écart, et en pneus durs Mercedes était à nouveau plus rapide", décrit Helmut Marko. "Après le premier arrêt, Max a attaqué relativement fort, et ses pneus ont donc chuté. Il a appris à prendre soin de ses pneus après le deuxième arrêt et il passait volontairement moins vite dans les virages 4, 5 et 6, où il était près d'une demi-seconde plus lent."

Impressionné par la maîtrise et le calme de son pilote, Helmut Marko met ce succès sur le même plan que le premier obtenu par le Néerlandais en Formule 1, au Grand Prix d'Espagne 2016. "Hamilton s'est peu à peu rapproché, mais Max n'est pas devenu nerveux du tout", précise-t-il. "Quand il était à environ 2"5, Max est de nouveau allé une demi-seconde plus vite au tour. Chez Mercedes ils l'ont tous vu et se sont dits : 'Nous n'avons pas d'opportunité, il jouait avec nous'. Cette combinaison de gestion du rythme et des pneus revient à ce qu'il avait montré à Barcelone en 2016."

Le sens tactique de Verstappen a également bluffé son entourage : "Après l'avoir fait rentrer pour son deuxième arrêt, nous avons vu quelque chose d'extraordinaire. Nous avions déjà prévu de faire rentrer Pérez immédiatement après Max, pour empêcher Hamilton d'aller loin avec son premier relais. Mais Max lui-même, dans son tour de sortie, nous a dit 'regardez ça et faites-le [arrêter Pérez]'. Ça montre qu'il a une énorme capacité mentale encore disponible pendant qu'il pilote la voiture, ce qui lui permet de réfléchir aussi à la stratégie."

Propos recueillis par Ronald Vording

partages
commentaires
Vergne : "Ce qu'a fait Hamilton, c'est tout sauf de la chance"
Article précédent

Vergne : "Ce qu'a fait Hamilton, c'est tout sauf de la chance"

Article suivant

Le débat soulevé par l'incident Alonso/Räikkönen à Austin

Le débat soulevé par l'incident Alonso/Räikkönen à Austin
Charger les commentaires
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021