Nouvelle course à oublier pour Oliveira : "C'est dur à comprendre"

Miguel Oliveira n'a marqué que deux points depuis la fin de la pause estivale et peine à comprendre la cause de ses difficultés. Brad Binder a également souffert à Misano mais il a réussi à intégrer le top 10.

Nouvelle course à oublier pour Oliveira : "C'est dur à comprendre"

Après sa victoire à Barcelone, la montée en puissance de Miguel Oliveira commençait à inquiéter Fabio Quartararo. Le Portugais enchaînait alors les podiums, mais ce sont désormais les contre-performances qui se succèdent, avec seulement une arrivée dans les points et deux unités inscrites au cours des cinq dernières courses disputées.

Lointain 14e au GP d'Aragón, Oliveira n'a pris que la 20e place à Misano, son plus mauvais résultat de l'année hors abandon, au lendemain d'un décevant 21e temps en qualifications. Plusieurs courses ont été compliquées par sa blessure au poignet tandis qu'au GP de Saint-Marin, un accrochage avec Iker Lecuona a causé des dégâts sur sa RC16 et l'a empêché d'exprimer son potentiel, mais ce sont plus globalement les performances des KTM qui étonnent actuellement.

"Une journée assez décevante", reconnaissait Oliveira après l'arrivée. "Après avoir trouvé une bonne direction et avoir eu de bonnes sensations au cours du warm-up, j'étais optimiste pour la course, je pensais qu'on serait proches du top 10 et qu'on prendrait quelques points. Mais juste après le départ, j'ai eu un contact avec Lecuona au virage 3, et avec son corps à l'extérieur [de la moto], il a arraché mon aileron avant sur le côté gauche. Donc, après, j'ai juste essayé de voir l'arrivée."

Lire aussi :

"Le comportement de la moto était imprévisible, surtout au début parce que j'avais beaucoup de wheelie en ligne droite. La moto était déséquilibrée parce que je n'avais de l'appui que d'un coté. La moto ne pouvait pas tourner sur la gauche autant que je le voulais. Ce sont des sensations normales avec un aileron cassé. J'avais déjà fait une course sans aileron au Sachsenring en 2019 et ce sont plus ou moins les sensations que j'attendais. L'aileron n'est pas là pour rien et on est très limité s'il est absent."

Cette KTM endommagée a conditionné la course d'Oliveira à Misano mais c'est l'ensemble de son week-end qui a été décevant. Il n'a atteint le top 10 qu'en Essais Libres 2, une séance peu représentative puisqu'elle a été intégralement disputée sur piste humide, et son niveau de performance était bien loin de celui qu'il affichait avant la trêve du mois de juillet.

"Le but est de retrouver ce niveau. C'est sûr que c'est dur à comprendre ou d'avoir une idée claire, mais c'est un ensemble de petites choses qui ont mené à cette situation. En ce moment, la chance n'a pas l'air d'être de notre côté [mais] nous avons montré une certaine vitesse par moments, nous avons montré une capacité à décrocher des résultats différents. Dans les deux dernières courses, le rythme que j'avais au warm-up, en EL4 et en EL2 était bien différent mais de petits soucis techniques nous ont empêchés d'aller plus loin."

"C'est la brutalité de la compétition. On ne peut pas s'attendre à être en grande forme tous les week-ends. En ce moment, je ne trouve pas les bonnes sensations ou les bons réglages pour piloter à mon meilleur niveau. Mais nous les trouverons et quand ça sera le cas, je serai très, très performant. et c'est le plus important."

Chez KTM, les principales raisons d'espérer un rebond sont peut-être à chercher de l'autre côté du garage. Brad Binder a décroché les meilleurs résultats de la marque à chaque course depuis la fin de la pause estivale, atteignant le top 10 à chaque épreuve, avec en point d'orgue une surprenante victoire sous la pluie dans la deuxième manche du Red Bull Ring. Le Sud-Africain a également vécu un week-end difficile à Misano mais il a réussi à remonter au neuvième rang le dimanche, après s'être pourtant élancé depuis une lointaine 17e place.

"Mon dimanche a été bien plus positif que le reste du week-end. Chapeau au team, ils ont fait leur travail et amélioré la moto. [Au warm-up], j'étais neuvième et c'était dix fois mieux que dans le reste du week-end. Et en course, j'ai pu être assez constant et finir neuvième. Ce n'est absolument pas la position que l'on recherche, c'est évident. Mais on a été en difficulté ce week-end et décrocher un top 10, c'était acceptable. Évidemment, je ne veux jamais me satisfaire d'un top 10 mais je sens que j'ai fait de mon mieux, j'ai eu une course propre et j'ai tout donné."

Lire aussi :

partages
commentaires
Viñales sent un "potentiel plus élevé" sur l'Aprilia qu'avec la Yamaha
Article précédent

Viñales sent un "potentiel plus élevé" sur l'Aprilia qu'avec la Yamaha

Article suivant

Test Misano, J1 - La préparation de 2022 est lancée !

Test Misano, J1 - La préparation de 2022 est lancée !
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021