Hors du top 10 à cause de sa chute, Joan Mir ne s'affole pas

Joan Mir aura besoin d'un bon chrono samedi matin pour obtenir sa place en Q2 au Grand Prix de Valence, en raison d'une chute ce vendredi. Le leader du championnat reste confiant malgré tout.

Une chute est venue troubler le début de week-end de Joan Mir au GP de Valence. Au cours de la deuxième séance d'essais du week-end, celui qui peut devenir Champion du monde dès ce week-end est tombé au virage 4, piégé par son pneu dur à l'avant, et sa seconde machine, moins bien préparée, ne lui a ensuite pas permis d'améliorer son chrono. Cette mésaventure le place hors du top 10 au cumul des deux séances, et le prive donc d'une entrée directe en Q2 pour le moment, mais le pilote espagnol dresse un bilan satisfaisant de ses essais.

"Dans l'ensemble, c'était une bonne journée, au niveau des sensations", a déclaré le pilote Suzuki. "J'ai chuté en EL2, en testant le dur à l'avant, c'était peut-être un peu à la limite avec cette température, et j'ai chuté. Le problème est que je n'avais pas les mêmes sensations avec la deuxième moto. Elle n'était pas totalement prête. Après, je n'ai pas pu améliorer mon temps avec le medium à l'arrière et un pneu usé à l'avant, mais en tous cas, je pense que j'ai une marge de progression. On sait quelle direction prendre, donc on verra demain."

Estimant qu'un meilleur temps était dans ses cordes "dans un scénario normal", Mir doit désormais compter sur la séance de samedi matin pour entrer dans le top 10 et obtenir son sésame pour la Q2 : "On verra si les conditions sont bonnes en EL3 et si on peut améliorer notre chrono. Je l'espère."

Lire aussi :

Malgré cette chute, Joan Mir a pu préparer la suite du week-end et notamment la séance de qualifications, qui devrait se dérouler dans des températures plus fraîches. Le leader du championnat pense que les deux séances d'essais prévues samedi lui permettront d'améliorer son rythme.

"Évidemment, je sais que nous ne sommes pas les plus rapides mais ce n'est que le vendredi, donc je pense que j'ai le potentiel pour progresser demain. On voulait essayer le medium et le dur à l'avant aujourd'hui. Dans des conditions normales, je n'aurais probablement pas testé [ces pneus] mais il semble qu'il fera plus frais demain, donc il fallait les tester. C'est un peu dur pour améliorer les temps, mais il fallait essayer. Demain, on a les EL4 et aussi les EL3 pour améliorer notre rythme, qui n'est pas si mauvais, mais on a une marge de progression."

"Le rythme en pneus medium est très bon. Ce n'est pas mauvais non plus avec le dur à l'avant, mais c'est un peu mieux avec le medium", a ajouté Mir. "Le problème est que, comme vous l'avez vu, je n'ai pas amélioré mon chrono avec le tendre. Je n'ai pas pu être bon avec la seconde moto."

Lire aussi :

Joan Mir pourrait tirer une certaine satisfaction de voir Fabio Quartararo, son plus proche rival pour le titre, distancé dans cette journée, mais il préfère ne pas se préoccuper des performances des autres pilotes. "Je regarde évidemment les résultats de mes rivaux", admet-il. "[Mais] je ne suis pas obsédé par ce qu'ils font. Je me concentre sur moi, sur le fait d'améliorer mes sensations, sur mon week-end. Mais j'ai toujours regardé les résultats de mes rivaux, c'est normal."

Mir craint cependant le bond en avant des pilotes Ducati, qui pourraient s'avérer redoutables en course : "C'est sûr qu'avoir les Ducati devant pose problème, parce qu'ils sont très rapides en ligne droite, mais ce n'est que le premier jour. C'est intéressant de voir les chronos des Ducati, de voir leur vitesse sur un tour. En rythme de course, il n'y a pas beaucoup de Ducati dans le coup. Dovizioso est le plus rapide, mais pour les autres ce n'est pas comme sur un tour, donc on verra."

Avec 12 pilotes en moins d'une demi-seconde dans les Essais Libres 2, Mir pense qu'il est difficile de désigner un favori. "Beaucoup de pilotes ont un bon rythme. J'ai vu Morbidelli très rapide, surtout en EL1, puis en EL2 il était un peu comme moi. Il a fait un bon travail, mais beaucoup de pilotes ont un rythme similaire. Il faut continuer à travailler, vous savez."

partages
commentaires
Pol Espargaró voit une Honda "difficile à battre" à Valence

Article précédent

Pol Espargaró voit une Honda "difficile à battre" à Valence

Article suivant

Après une "très bonne journée", Zarco vise la première ligne

Après une "très bonne journée", Zarco vise la première ligne
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021