Zarco : Le Mans, "une émotion spéciale et la motivation de bien faire"

Avec dans un coin de sa tête son podium de 2017 et sa pole de 2018, Johann Zarco aborde le Grand Prix de France désireux de puiser dans l'énergie spéciale qui se dégage de son épreuve nationale pour briller cette année au Mans.

Zarco : Le Mans, "une émotion spéciale et la motivation de bien faire"

Même si cette édition 2020 sera très loin des fréquentations records de ces dernières années, avec plus de 206'000 spectateurs enregistrés en trois jours en 2018 et 2019, se rendre au Grand Prix de France reste à l'origine d'une émotion toute particulière pour les pilotes français. Ils seront deux à relever le défi cette semaine, Fabio Quartararo qui arrive en leader du championnat, et Johann Zarco tout juste officialisé sur une Ducati du team Pramac pour la saison prochaine.

Lire aussi :

Pour ce dernier, le rendez-vous en Sarthe a pris une importance toute particulière depuis 2017, année de ses débuts et de ses premiers exploits dans la catégorie reine. Dès cette première participation au guidon de la M1 du team Tech3, il a été récompensé d'un podium, seulement le deuxième de sa carrière au Mans, avant une pole position phénoménale l'année suivante.

"En Moto2, je n'ai jamais trop performé au Mans, mais en MotoGP j'ai eu plutôt de bons résultats, surtout sur la Yamaha, de bonnes sensations", se remémore-t-il. "Parmi mes meilleurs souvenirs, il doit y avoir le podium de 2017, mon premier en MotoGP, ou la pole de 2018. Cette pole, avec le record de piste, c'était déjà presque une émotion digne du podium ou de la victoire. Ça faisait une grosse émotion pour un samedi après-midi… et le lendemain la chute. Est-ce que c'est mon pire souvenir ? Je pense que oui, parce que j'étais tellement parti pour gagner que j'ai sans doute trop pensé à ça et je n'ai pas eu assez de gestion sur ce début de course."

"C'est clair qu'il y a toujours une émotion un peu spéciale, un plus", souligne Johann Zarco en évoquant son épreuve nationale. "Le public est en général beaucoup plus français et il supporte les Français plus qu'ailleurs, et ça on le sent. On a presque la sensation d'être une star au Grand Prix de France quand on commence à performer ! Cette année, il y aura moins cette sensation-là, avec tout juste 5000 personnes, mais je pense que rien qu'avec les médias on sentira que c'est le Grand Prix de France. Il y aura cette petite pression supplémentaire, la motivation de bien faire. Dans l'organisation du week-end, même s'il y a moins de public cette année, il y a des éléments qui vont le faire sentir et ça permet de mettre du boost."

Johann Zarco, Avintia Racing

Zarco aura d'autant plus envie de réussir son Grand Prix qu'il sort d'une épreuve malheureuse à Barcelone, où un accident dès le deuxième virage de la course l'a envoyé au tapis avec Andrea Dovizioso. Il compte donc sur la force que les chanceux spectateurs présents pourront lui faire parvenir. "Je ne sais pas à quoi m'attendre pour Le Mans, mais je crois que j'aurai beaucoup d'énergie pour bien faire. On n'était pas certains d'avoir un Grand Prix de France au début [de l'année] puis il a été confirmé. Il a également été confirmé qu'il y aura 5000 personnes autour du circuit dimanche, donc c'est quand même un peu de public qui nous transmettra de la joie et de l'énergie", pressent-il au micro du site officiel du MotoGP.

La météo ? "Ne pas trop se poser de questions !"

Outre sa popularité auprès des passionnés, le Grand Prix organisé au Mans s'est aussi taillé la réputation d'être humide et frisquet. Si cette image peut être en réalité trompeuse à sa date traditionnelle du mois de mai, c'est précisément ce type de météo qui est attendu cette semaine, l'épreuve ayant été décalée de cinq mois par la crise sanitaire et les chamboulements apportés au calendrier MotoGP.

Pour Johann Zarco, les conditions variables et possiblement insidieuses sont précisément une opportunité à saisir, le genre de scénario où la capacité à oser fait pencher la balance. "Au mois de mai, on peut parfois avoir de belles chaleurs et parfois un temps un peu plus frais, surtout s'il se met à pleuvoir. Là, en octobre, c'est clair que ce sera plus frais. Mais ce qui est assez spécial sur une MotoGP, et c'est là que ça joue beaucoup dans la tête, c'est que si on y pense un peu trop et que l'on n'ose pas attaquer sur la moto et rouler vite, on ne met jamais les pneus en températures et les sensations ne viendront jamais. À un moment donné, si on voit que tout peut aller correctement, il faut vraiment foncer, car plus on fonce plus les pneus vont chauffer et mieux ça va tenir", analyse le Français.

"Parfois ça fait bizarre, quand on n'est pas sûr mais qu'il faut quand même y aller, en se disant que ça ne peut qu'aller dans le mieux. Si on va trop tranquille, la sensation ne viendra jamais", poursuit-il. "Je m'attends un peu à ça, surtout avec les pneus slicks. S'il pleut et qu'il fait froid, avec Michelin on a un train de pneus pluie soft ainsi qu'une gamme medium, et franchement la gamme soft est très tendre et peut à mon avis vraiment encaisser la fraîcheur et la pluie tout au long du week-end."

Lire aussi :

Entre un froid sec, une pluie franche des conditions séchantes, quel serait le scénario idéal pour le pilote Avintia dimanche ? "Si j'ai le droit de choisir, sans doute du séchant", sourit-il. "Ce sont des conditions auxquelles je m'adapte plutôt bien. C'est un style qui ne force pas beaucoup sur les pneus, c'est pour ça que j'arrive à trouver un avantage dans ces conditions. […] Clairement, si la piste est séchante, même moi je peux miser sur moi !"

"Ce qui va être délicat dès l'attaque vendredi, ce sera la fraîcheur. J'espère qu'on aura des pneus suffisamment adaptés pour pouvoir rouler à moins de 10°C, parce que ça devrait être souvent comme ça ou entre 10°C et 15°C, et ça sera un peu délicat. S'il pleut, je dois encore découvrir la Ducati sous la pluie mais je sais qu'elle est plutôt bonne. À un moment il ne faudra pas trop se poser de questions !"

partages
commentaires
Quartararo se sent déjà en concurrence avec Viñales
Article précédent

Quartararo se sent déjà en concurrence avec Viñales

Article suivant

Jorge Martín se voit en lutte pour le podium MotoGP dans un an

Jorge Martín se voit en lutte pour le podium MotoGP dans un an
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021