Stop ou encore pour Tänak en 2023 ?

À 35 ans, Ott Tänak se trouve à la croisée des chemins après avoir quitté Hyundai de façon prématurée. Mais un éventuel retour chez M-Sport reste toujours possible.

Stop ou encore pour Tänak en 2023 ?
Charger le lecteur audio

C'est par lui que tout a commencé sur le marché des transferts. En annonçant dans la foulée du Rallye de Catalogne mettre un terme anticipé au contrat le liant à Hyundai, Ott Tänak a de facto déclenché un effet domino parmi les pilotes. Depuis, les choses se sont donc précipitées. Esapekka Lappi et Craig Breen – remplaçant d'Oliver Solberg, dont le contrat n'a pas été reconduit pour l'an prochain – ont ainsi été annoncés chez la marque sud-coréenne, alors que chez Toyota Takamoto Katsuta a été promu au sein de l'équipe d'usine du constructeur nippon.  

Au final, seul Ott Tänak ne semble pas encore avoir trouvé son compte dans ce jeu de chaises musicales (il est vrai que l'Estonien n'exclut pas la possibilité de prendre tout bonnement une année sabbatique l'an prochain). Mais s'il devait se maintenir en WRC en 2023, la seule option qui s'offre encore au Champion du monde 2019 consiste désormais en un retour chez M-Sport, où il a déjà officié par le passé et a même commencé sa carrière en 2011.

Lors de la dernière manche de la saison au Japon, Tänak n'avait ainsi pas caché ne pas savoir de quoi son avenir serait fait, confirmant par ailleurs que sa décision de quitter Hyundai découlait de multiples facteurs. "Les raisons derrière cela sont nombreuses", avait alors expliqué le pilote balte. "L'année a été longue, et c'est comme cela que cela devait se terminer au final. À propos de l'an prochain, je dois dire franchement que je n'ai rien pour le moment. Il faut simplement voir ce que l'avenir nous réserve. Je dois regarder ce qui est disponible en revenant d'ici [du Japon]."

Tänak reste dans l'expectative quant à son avenir en WRC en 2023.

Tänak reste dans l'expectative quant à son avenir en WRC en 2023.

Deux semaines plus tard, aucune décision n'a encore été prise au sujet de 2023, alors que la date limite d'engagement pour le prochain Rallye Monte-Carlo, fixée au 16 décembre, approche désormais à grands pas. Une chose est sûre cependant : l'Estonien ne roulera l'an prochain que s'il a la certitude de pouvoir évoluer avec un package disposant du potentiel pour lui permettre de se battre pour le championnat.

"Cela dépend de plein de choses", reprend Tänak quand on lui demande s'il souhaite réaliser une saison complète l'an prochain. "Cela dépend de comment je me sens, et notamment si j'ai la conviction que j'ai une chance de me battre pour le championnat, car c'est quelque chose qui me manque. Si c'est le cas, alors j'en serai."

Quant à savoir s'il pourrait faire son retour chez M-Sport, l'intéressé se montre évasif : "Nous sommes en rallye depuis très longtemps. La question de l'équipe dans laquelle vous êtes importe peu. Remporter le championnat du monde est toujours un défi, et ce n'est jamais facile".

De son côté, M-Sport est bien intéressé par le fait de signer Tänak, mais la structure anglaise se veut aussi réaliste quant à ses possibilités financières, consciente que le recrutement d'un pilote Champion du monde implique de pouvoir rémunérer celui-ci à hauteur de son prestige.

Malgré cela, l'équipe continue d'étudier la question, comme l'a indiqué son manager, Richard Millener, auprès de Motorsport.com : "Il est clair que Ott est une option depuis qu'il a quitté Hyundai, mais c'est une option qui est difficile pour nous sur le plan financier […]. Franchement, je ne sais pas qui nous aurons [au volant des Ford Puma en 2023], mais j'espère que nous aurons tous nos pilotes du moment ainsi que Ott si cela est possible. Mais rien n'est signé pour personne pour l'instant […]".

Après l'officialisation des line-up de Hyundai et Toyota la semaine dernière, M-Sport constitue le dernier point de chute possible pour Tänak en 2023.

Après l'officialisation des line-up de Hyundai et Toyota la semaine dernière, M-Sport constitue le dernier point de chute possible pour Tänak en 2023.

Un programme partiel, le meilleur compromis ?

Dès lors, un programme partiel de Tänak serait un bon compromis pour M-Sport, qui pourrait ainsi s'assurer les services de ce dernier à moindre coût, même si cela implique que l'Estonien ne puisse se battre pour le titre in fine. Mais Millener ne semble pas fermé à cette possibilité. "Potentiellement [un programme partiel est envisageable], même si cela requerrait déjà un investissement important de la part de M-Sport", reprend-il. "Nous avons limité le nombre de voitures que nous avons engagées au Japon pour des raisons financières, et l'existence même de notre activité est la priorité numéro un. Beaucoup de gens travaillent dans cette entreprise, donc on ne veut pas mettre tout cela en péril. Mais les prochaines semaines devraient nous dire où nous en sommes."

Au-delà du cas Tänak, M-Sport travaille à la mise en place d'un nouveau programme partiel avec Sébastien Loeb, après que le Français a apporté son seul succès à l'équipe cette année en ouverture de saison, au Monte-Carlo. Gus Greensmith et Pierre-Louis Loubet devraient quant à eux rempiler, ainsi qu'Adrien Fourmaux.

Lire aussi :
partages
commentaires
M-Sport : "Beaucoup de choses à aligner" pour signer Loeb en 2023
Article précédent

M-Sport : "Beaucoup de choses à aligner" pour signer Loeb en 2023

Article suivant

Le calendrier WRC 2023 dévoilé avec un nouveau rallye en Europe

Le calendrier WRC 2023 dévoilé avec un nouveau rallye en Europe