Albon : "J'ai dit à Russell que je lui devais une ou deux bières"

Si Alexander Albon a obtenu le baquet Williams, c'est peut-être car George Russell a plaidé sa cause auprès de son écurie.

Albon : "J'ai dit à Russell que je lui devais une ou deux bières"

Alexander Albon a récemment été nommé par Williams comme pilote titulaire pour la saison 2022 de Formule 1, où il épaulera Nicholas Latifi et remplacera George Russell, ce dernier promu chez Mercedes. Tous deux anglais, n'ayant que deux ans d'écart, Albon et Russell se connaissent bien, s'étant notamment côtoyés en F3 Europe et en F2 – championnats où ils ont partagé les podiums à plusieurs reprises avant de se retrouver dans la catégorie reine du sport automobile.

Albon a perdu sa place sur la grille après une saison 2020 en demi-teinte chez Red Bull, tandis que Russell est monté en puissance à Grove. Ce dernier a fait campagne pour que son ami l'y remplace, déclarant notamment qu'Albon était "l'un des meilleurs pilotes, même s'il a connu un moment vraiment difficile chez Red Bull" alors que Williams hésitait avec Nyck de Vries, pilote du giron Mercedes qui a remporté les championnats de Formule 2 et de Formule E en l'espace de deux ans.

"Il m'a beaucoup soutenu", a confirmé Albon. "George est évidemment un ami proche. Je dirais presque qu'il m'a trop soutenu car je me rappelle que les gars du conseil d'administration disaient : 'Tu sais, on ne peut pas vraiment prendre en compte l'avis de George car il te soutient énormément'. C'était très drôle. Bref, je lui ai dit que je lui devais une ou deux bières. J'espère qu'on va dîner ensemble et fêter nos transferts ensemble."

Albon avait d'autres pistes pour faire son retour dans l'élite mais semble avoir aisément choisi Williams face à l'option Alfa Romeo : "Je dirais que ce sont deux supers équipes. Concernant Williams, je dirais que la première chose est qu'ils semblent être sur une pente ascendante. Ils ont des investissements qui arrivent, mais j'ai aussi eu l'opportunité de rendre visite à l'équipe et tout le monde avait l'air très positif, optimiste. Ils avaient très envie de me parler et de faire des choses une réalité. Cela semblait être un excellent choix pour revenir sur la grille."

Lire aussi :

Les négociations étaient-elles pour autant aussi faciles qu'elles en avaient l'air ? Directeur de Mercedes AMG F1, Toto Wolff n'a pas caché qu'il n'était pas ravi à l'idée de voir un pilote lié à Red Bull rejoindre une écurie motorisée par la marque à l'étoile. Albon a néanmoins jugé que l'accord n'avait "pas vraiment" été dur à trouver, ajoutant : "Je ne veux pas donner trop de détails à ce sujet, à vrai dire. Je pense qu'il est évidemment inévitable que des choses se produisent. Mais c'est juste super que tout se soit concrétisé."

Alex Albon, Williams

Surtout, le natif de Londres a ressenti l'emballement médiatique autour de son éventuel transfert chez Williams comme un coup de pouce bienvenu. "Je pense franchement que vous donnez l'impulsion plus que quiconque", a-t-il lancé aux journalistes. "De mon côté, nous restions évidemment en discussion. Mais disons que d'autres noms étaient mentionnés. En même temps, je m'assurais qu'il y ait des options à ma disposition."

"Bien sûr, les choses ont vite avancé, et c'est particulièrement vrai que quand George partait chez Mercedes et Valtteri [Bottas] chez Alfa [Romeo], et que les opportunités ont été médiatisées, les choses ont rapidement décollé. Il y avait évidemment eu des discussions plus tôt avec Jost [Capito] et Williams, et ça s'est simplement concrétisé. Bien sûr, j'ai eu beaucoup d'aide de Christian [Horner] et du Dr Marko aussi."

En effet, les dirigeants de Red Bull ont tout fait pour aider leur poulain à trouver un baquet après une année passée au poste de réserviste pour l'écurie anglo-autrichienne, avec un rôle majeur sur le simulateur. Même si Albon sera contractuellement pilote Williams sans lien avec Red Bull, il s'attend à conserver le taureau rouge sur son casque et n'exclut pas que son avenir à long terme puisse quand même s'écrire avec celui-ci.

"Je dirais qu'il serait stupide de ne pas penser que Red Bull est une équipe dans laquelle je reviendrais peut-être", a commenté l'intéressé. "Pour l'instant, cependant, je ne réfléchis pas vraiment sur le long terme d'une telle manière. J'ai vraiment le sentiment de devoir me concentrer sur cette année et sur ma principale priorité, qui est évidemment de nous faire remporter le championnat."

"Puis l'an prochain ce sera uniquement Williams, le développement de la voiture, assurer que nous fassions une bonne saison et que je continue à progresser ainsi. Il y a beaucoup de rêves, quand on pense à l'avenir. J'ai juste le sentiment de devoir faire le meilleur travail possible, me concentrer plus ou moins sur le court terme, et voir ce qui m'attend."

Propos recueillis par Luke Smith

partages
commentaires
Coulthard : Tsunoda devrait faire ses bagages et quitter la F1

Article précédent

Coulthard : Tsunoda devrait faire ses bagages et quitter la F1

Article suivant

Pérez : Un contrat d'un an ne met pas une pression supplémentaire

Pérez : Un contrat d'un an ne met pas une pression supplémentaire
Charger les commentaires
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021