Hamilton n'aurait sans doute pas pu aller au bout, selon Pirelli

Pour le responsable de la compétition de Pirelli, Lewis Hamilton aurait sans doute eu du mal à aller au bout du Grand Prix de Turquie sur son train de pneus du départ.

Hamilton n'aurait sans doute pas pu aller au bout, selon Pirelli

Même si Lewis Hamilton pense que c'était possible et même si la course d'Esteban Ocon a démontré qu'il n'était pas forcément irréaliste d'y penser, la question de la tenue des pneus intermédiaires sur la Mercedes demeure sans réponse.

Le Britannique a en effet fini par rentrer sur ordre de son écurie, avant de terminer cinquième, ne cachant pas, à chaud, une certaine frustration. Il a par la suite mis de l'eau dans son vin, au terme d'une course piégeuse où il n'aura finalement perdu "que" huit points sur Max Verstappen au championnat pilotes.

Quoi de mieux, finalement, que de demander aux principaux intéressés, à savoir Pirelli, leur avis sur la question. Interrogé après le Grand Prix de Turquie, le directeur de la compétition de la firme italienne, Mario Isola, a livré une réponse inclinant plutôt vers l'idée qu'il fallait s'arrêter : "En regardant les pneus après la course, je dirais que non [Hamilton ne pouvait pas aller au bout], ou du moins que c'était vraiment à la limite."

"L'usure des pneus, en particulier à la fin de la course, était pratiquement à la limite de la structure. C'est un peu dangereux de repousser les limites comme aujourd'hui, mais je comprends parfaitement qu'en conditions de course, ils doivent maximiser le résultat."

Quand le cas d'Ocon est évoqué, le technicien d'ajouter : "Je pense que chaque voiture est différente et que le niveau d'usure est différent. Je pense aussi que pendant la course, ils ont attaqué mais plus ou moins tous les pneus avaient des cordes apparentes."

"Pas seulement [ceux d'Ocon], mais sur la plupart des voitures qui se sont arrêtées après le 47e ou 48e tour, ils étaient complètement finis. Nous savons que le nouveau tarmac est plus abrasif et a plus d'adhérence par rapport à l'année dernière et la piste n'était pas sèche mais toujours abrasive donc c'était vraiment, vraiment à la limite. J'ai suggéré à nos ingénieurs Pirelli d'avertir les équipes de changer les pneus et de ne pas aller jusqu'au bout car c'était très risqué."

Lire aussi :

partages
commentaires

Voir aussi :

Hamilton : "J'aurais dû rester en piste ou rentrer bien plus tôt"

Article précédent

Hamilton : "J'aurais dû rester en piste ou rentrer bien plus tôt"

Article suivant

Verstappen : Le plus dur était de rester éveillé !

Verstappen : Le plus dur était de rester éveillé !
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021