Réactions
Formule 1 GP des Pays-Bas

Horner a lui-même ordonné le dernier arrêt de Verstappen

Christian Horner a confié être intervenu directement dans la stratégie de Red Bull lorsque le déluge s'est abattu sur Zandvoort, craignant de voir la victoire au Grand Prix des Pays-Bas échapper à Max Verstappen.

Arrêt au stand de Max Verstappen, Red Bull Racing RB19

"Faites-le rentrer !". Des mots lancés en urgence par Christian Horner, qui est directement intervenu dans le choix stratégique de Red Bull en fin de Grand Prix des Pays-Bas, lorsque le déluge a touché le circuit de Zandvoort à une dizaine de tours de l'arrivée. Laissant d'habitude toute latitude à ses stratèges et aux ingénieurs de course, le directeur de l'écurie a fait une entorse, craignant de voir la victoire échapper à Max Verstappen

Ce dernier était confortablement installé en tête lorsque la pluie a fait son retour avec une intensité forte, qui avait été détectée en amont sur les radars météo. Pourtant, le double Champion du monde a d'abord hésité quant à la nécessité de rentrer pour délaisser ses pneus slicks et passer en intermédiaires.

Devant la dégradation rapide des conditions de piste, Christian Horner a précipité les choses. "Nous n'étions pas certains de ce qui allait se passer avec la météo, si ça allait être quelques zones de pluie ou si ce serait violent", raconte le britannique. "Et au final, j'ai crié à GP [Gianpiero Lambiase, ingénieur de Verstappen] : 'Faites-le rentrer !'." Quelques instants après cet arrêt, le drapeau rouge a été brandi.

Si Red Bull a prolongé sa domination, Max Verstappen enchaînant une neuvième victoire consécutive, rien n'était acquis compte tenu du scénario chaotique, et plusieurs écuries se sont d'ailleurs pris les pieds dans le tapis sur le plan stratégique, notamment Mercedes, McLaren et Williams

"Il y avait tellement de choses qui auraient pu mal tourner", souffle Christian Horner. "On a vu des décisions prises très tôt, avec des voitures hors du coup et d'autres revenues dans le match. Mais on a fait huit arrêts [avec les deux voitures] et l'équipe a réussi chacun d'entre eux, à l'exception de celui où Checo nous a prévenus cinq secondes à l'avance. C'est une incroyable performance collective."

La priorité donnée à Verstappen expliquée

Sergio Pérez n'a pas pu bénéficier de la stratégie optimale.

Sergio Pérez n'a pas pu bénéficier de la stratégie optimale.

La stratégie de Red Bull a aussi été marquée par le choix, au terme du premier relais en pneus intermédiaires, de faire rentrer Max Verstappen pour chausser les slicks avant Sergio Pérez même si ce dernier était aux commandes de l'épreuve. Une décision là encore justifiée par Christian Horner. 

"Checo avait pour objectif de creuser l'écart avec les voitures derrière lui, mais le rythme de Max quand il a remonté le peloton était tel que je crois qu'à un moment donné, il lui a repris sept secondes en trois tours, et il est revenu très, très vite", rappelle-t-il. "Puis on est arrivés au délicat point de croisement [entre intermédiaires et slicks], et Alonso et Gasly ont déclenché les choses en passant au stand."

"On pouvait voir grâce à Albon que le circuit devenait bon pour les slicks. Si l'on avait fait rentrer Checo en premier, ils auraient fait l'undercut à Max. On a donc fait rentrer Max en premier, avec le risque qu'il fasse l'undercut à Checo, mais on s'est retrouvés avec les deux voitures toujours en tête, donc la question ne se posait même pas."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Leclerc premier responsable de la cacophonie dans le stand Ferrari
Article suivant Albon pensait le top 10 perdu après le pari des slicks

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France