Formule 1 GP d'Espagne

Pourquoi un Alonso "plus rapide" n'a pas voulu attaquer Stroll

Fernando Alonso a expliqué pourquoi il avait renoncé à attaquer Lance Stroll à la fin du GP d'Espagne, malgré un rythme supérieur.

Lance Stroll, Aston Martin F1 Team, Fernando Alonso, Aston Martin F1 Team

Dans une course du Grand Prix d'Espagne peu animée, l'échange radio de fin de course entre Fernando Alonso et son ingénieur n'est pas passé inaperçu. En effet, alors qu'il était en septième position après avoir pris l'avantage quelques boucles auparavant sur Esteban Ocon et était revenu à une grosse seconde de son équipier Lance Stroll, l'Espagnol a adressé un message à son écurie autour du 60e des 66 tours de course.

"Dites à Lance de ne pas s'inquiéter, je ne vais pas l'attaquer. Je veux juste creuser l'écart avec les voitures derrière", a-t-il ainsi lancé. Alonso avait pourtant pris l'avantage sur un Ocon visiblement bien plus lent au 51e tour et avait mis à ce stade de l'épreuve cinq secondes entre l'Alpine et lui, tout en reprenant deux secondes à Stroll.

Ce message a donc quelque peu interpellé, même s'il n'a pas été sans rappeler celui que Stroll avait indirectement envoyé au même Alonso à Bakou, le Canadien, sur les talons de l'Espagnol, indiquant alors : "Je ne vais pas attaquer. Nous jouons tous les deux le même jeu." L'ordre et le contexte sont cependant différents puisque l'Espagnol est désormais très nettement devant son équipier au championnat pilotes, où il figure à la troisième place.

Lire aussi :

Interrogé à la fin de la course sur ce pacte de non-agression, Alonso a estimé qu'il était plus rapide que son équipier mais a mis en avant les risques éventuels de dégâts sur les monoplaces comme raison derrière le fait d'accepter la septième place : "C'était à 10 tours de la fin et j'avais des pneus un peu plus frais. Mais j'étais un ou deux dixièmes plus rapide que lui, pas plus. Et je n'allais pas m'énerver."

"J'ai endommagé un plancher hier, je ne voulais pas en endommager un autre aujourd'hui ou qu'il endommage son plancher. J'ai juste essayé de sécuriser la place. Pour nous, c'est la même chose : sixième et septième, et septième et sixième."

Alonso a par ailleurs indiqué qu'Aston Martin avait abordé la course avec une stratégie flexible. "Nous n'avions pas de plan, pour être honnête, parce que nous n'étions pas sûrs de la dégradation. Et dans le premier relais, George [Russell] était si rapide que lorsqu'il m'a dépassé, nous avons un peu changé d'avis, et nous ne voulions pas rouler si près des voitures qui nous précédaient."

"Nous avons simplement essayé de prolonger le premier relais et, ce faisant, nous avons également prolongé le deuxième et nous savions que notre chance viendrait dans les 15 derniers tours de la course. Mais pas assez pour se battre aux avant-postes, juste pour se battre au milieu du peloton."

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Test crucial pour Pirelli avec Ferrari et Mercedes à Barcelone
Article suivant Five things to get you up to speed

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France