Pour Aleix Espargaró, "l'ennemi est en interne" chez Ducati

Aleix Espargaró s'amuse de voir qu'Enea Bastianini a privé Pecco Bagnaia de cinq points au Grand Prix d'Aragón. Ducati préfère voir les performances de son futur pilote d'usine comme un problème de luxe et ne prévoit pas d'imposer de consignes avant la fin de saison.

Pour Aleix Espargaró, "l'ennemi est en interne" chez Ducati
Charger le lecteur audio

La force de l’armada Ducati est indéniable, mais pourrait-elle devenir une faiblesse ? Pecco Bagnaia a remporté quatre courses consécutives cet été et ce n’est pas l'un de ses rivaux pour le titre, Fabio Quartararo ou Aleix Espargaró, qui a mis fin à sa série, mais un autre représentant de Ducati et son futur coéquipier dans l’équipe officielle, Enea Bastianini.

Alors que le constructeur refuse encore d'appliquer des consignes pour favoriser Bagnaia, son meilleur atout dans la course au titre, Bastianini et les autres pilotes disposant d'une Desmosedici sont donc susceptibles de priver ses rivaux de points... mais aussi d'en prendre au Turinois.

"Il y a un mois, la présence d'autant de Ducati semblait 'criminelle' pour Fabio Quartararo et moi, mais j'ai l'impression que l'ennemi est en interne", s'est malicieusement amusé Aleix Espargaró au micro de DAZN, diffuseur du MotoGP en Espagne. "On verra comment ça évoluera mais ce n'est pas facile non plus pour Pecco Bagnaia."

Le dépassement de Bastianini sur Bagnaia dans le dernier tour du GP d'Aragón a privé le pilote d'usine de cinq points, et ainsi multiplié par deux son retard sur Quartararo au championnat pour le porter à dix unités alors qu'il avait la possibilité de profiter de l'abandon du Français pour quitter l'Espagne plus proche encore. Est-ce un problème aux yeux du constructeur ? Paolo Ciabatti préfère botter en touche et voir le verre à moitié plein.

"Je pense que c'est un luxe d'avoir des pilotes capables de gagner avec notre moto", a précisé le directeur sportif de Ducati au site officiel du MotoGP. "Cela pourrait bien sûr être une sorte de problème mais je pense que d'autres équipes et constructeurs aimeraient avoir le luxe de connaître le même problème, alors j'espère que nous arriverons à bien le gérer." 

Pas de consignes avant Sepang

La victoire d'Enea Bastianini ne poussera donc pas Ducati à changer de politique, d'autant que Pecco Bagnaia est le premier à demander de se battre à la régulière. L'équipe Gresini espérait ne pas avoir à imposer de consignes à Bastianini avant les deux dernières manches de la saison et c'est exactement ce que Ducati compte faire. Jusque-là, les deux futurs coéquipiers sont donc parfaitement libres de s'affronter.

"Nous avons déjà parlé aux pilotes en Autriche. Nous leur avons simplement dit que si un pilote peut gagner, qu'il le fasse, mais qu'il ne faut juste pas faire de manœuvres agressives entre pilotes Ducati, c'est tout", a repris Paolo Ciabatti. "Certaines personnes pensent peut-être avoir vu de la déception sur nos visages en Aragón, mais c'est naturel, évidemment. Pecco a été en tête jusque dans le dernier tour et en tant qu'équipe nous espérions bien sûr qu'il puisse gagner. Mais Enea est toujours super rapide dans la dernière partie de la course, il a été plus rapide et il a réalisé un dépassement très propre, alors ça va."

Le vainqueur Enea Bastianini, Gresini Racing

Enea Bastianini reste libre d'attaquer Pecco Bagnaia

"Il faut juste que nous voyions si nous arrivons à poursuivre sur cette lancée et, espérons-le, avoir quelques motos devant Fabio et reprendre quelques points. Nous verrons. Nous n'avons pas couru [au Japon], ni en Thaïlande ou en Australie depuis plusieurs années, alors nous verrons comment ça va se passer. La météo ne va probablement pas aider à trouver les bons réglages, mais c'est la même chose pour tout le monde." 

"Pour le moment nous ne voulons pas vraiment donner de consignes d'équipe – ou plutôt de consignes de constructeur puisqu'il s'agit de deux teams différents", a ajouté le dirigeant. "Je pense que Pecco ne veut pas vraiment recevoir de grande aide. Bien entendu, nous ne voulons pas de manœuvres dangereuses entre nos pilotes, mais c'est comme ça. Nous verrons bien, peut-être qu'à deux courses de la fin, nous pourrions penser différemment. Pour le moment nous souhaitons simplement que nos pilotes se respectent les uns les autres."

"Et puis cela peut probablement aller au-delà de Pecco et Enea parce que d'autres pilotes pourraient être très compétitifs, à commencer par Jack. C'est ce que nous voulons et nous verrons comment ça se passe. J'espère que nous allons pouvoir poursuivre sur cette lancée et simplement combler notre retard sur Fabio, y compris ici au Japon."

Avec Léna Buffa

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

Suzuki ajoute à son tour des ailettes à l'arrière de sa moto
Article précédent

Suzuki ajoute à son tour des ailettes à l'arrière de sa moto

Article suivant

Un saut dans l'inconnu pour Aprilia, qui s'en sort bien

Un saut dans l'inconnu pour Aprilia, qui s'en sort bien