Comment VR46 évite les conflits d'intérêts autour de Bezzecchi

L'éclosion de Marco Bezzecchi et sa situation contractuelle mettent en lumière de potentiels conflits d'intérêts chez VR46, à la fois son agent et son équipe. Motorsport.com a rencontré les parties impliquées pour comprendre comment la structure gère la situation.

Marco Bezzecchi, VR46 Racing Team

Marco Bezzecchi est dans une situation particulière en MotoGP. L'entité qui gère sa carrière détient également l'équipe dont il porte les couleurs, et doit négocier la prolongation d'un contrat qui expire en fin d'année, le tout dans une période faste pour lui. Pour sa deuxième saison en MotoGP, le pilote VR46 s'inscrit dans la lignée d'Enea Bastianini, en tant que prétendant au titre que personne n'avait vu venir.

À la pause estivale, Bezzecchi occupe la troisième position du championnat, à un point de Jorge Martín et seulement 36 de Pecco Bagnaia. Le natif de Rimini a remporté deux courses, en Argentine et en France, et décroché deux podiums de plus, ce qui braque les regards sur lui dans le marché des transferts... et vient compliquer la situation pour la structure mise en place par Valentino Rossi.

Dans la plupart des négociations, les représentants du pilote cherchent l'accord le plus favorable à leur client, tant sur les plans économique que sportif, ce qui peut susciter des conflits avec les patrons d'équipe, qui ont de leur côté leurs propres intérêts à défendre. Mais quand se passe-t-il quand ces deux acteurs n'en font qu'un ?

Depuis le début de l'année, VR46 a divisé ses opérations en deux entités distinctes : l'équipe et l'Academy. Sur le papier, il s'agit d'une séparation logique mais elle ne résout pas toutes les problématiques entourant l'avenir de Bezzecchi. 

Dans des circonstances classiques, l'évolution naturelle pour un pilote aussi performant serait de tout faire pour le placer chez Pramac, la formation de Paolo Campinoti ayant presque un statut de seconde équipe Ducati officielle, ce qui lui confère un soutien supérieur aux autres partenaires de la marque. Mais ce n'est pas la priorité à en croire Uccio Salucci, directeur de l'équipe VR46, et le pilote lui-même, qui ne voit pas de raison de quitter son environnement actuel.

Uccio Sallucci et Marco Bezzecchi

Uccio Salucci et Marco Bezzecchi

Il est logique de voir Salucci tenter de conserver Bezzechi dans ces rangs, mais le bras droit de Valentino Rossi a un autre plan en tête : renforcer la position de VR46 dans la galaxie Ducati en obtenant une moto de dernière génération pour son pilote, qui dispute la saison actuelle avec le modèle 2022.

"Nous avons demandé à Gigi [Dall'Igna, directeur général de Ducati Corse] une moto officielle pour Marco en 2024, comme [Luca] Marini l'an dernier", a confirmé Salucci à Motorsport.com. "Nous avons également demandé un contrat directement avec l'usine. En fait, les mêmes conditions que pour Martín et [Johann] Zarco."

"J'espère que Ducati offrira le soutien que nous méritons pour pouvoir conserver Bezzecchi", a ajouté le dirigeant. "Sinon, il serait normal qu'il rejoigne Pramac."

LIRE AUSSI - Uccio Salucci, l'assistant de l'ombre devenu un directeur attentif

Nous avons également interrogé Francesco Secchiaroli, qui a rejoint VR46 cette année pour défendre les intérêts de Bezzecchi et Luca Marini. Il travaille aux côtés de Gianluca Falcioni, directeur général de l'entreprise, qui s'occupe de son côté de Bagnaia et Franco Morbidelli. Interrogé sur un possible conflit interne, il garantit que la distinction se fait naturellement.

"Nous abordons ça avec un grand professionnalisme", a précisé Secchiaroli. "Les rôles de chacun sont très bien définis. Nous, en tant qu'Academy, avec nos intérêts, et ceux de l'équipe. Marco a deux contrats : un avec nous et le second avec l'équipe. Notre objectif en tant qu'agents est de lui trouver la meilleure place possible pour qu'il puise exprimer son talent."

Secchiaroli discute ainsi avec Salucci comme avec tout autre dirigeant d'équipe : "Je ne suis lié qu'à l'entité représentation, je suis du côté opposé à l'équipe. Pour moi, négocier avec Uccio est la même chose qu'avec Lin Jarvis [directeur général de Yamaha Motor Racing]. Ce qui est bien, c'est que nous sommes amis, et cela nous permet de nous dire les choses franchement."

Marco Bezzecchi, VR46 Racing Team

Quelle machine pour Marco Bezzecchi en 2024 ?

Aux souhaits de l'équipe et de l'Academy s'ajoutent ceux de Ducati, troisième variable de l'équation, qui doit répondre à différentes requêtes. En plus de son équipe officielle, la marque fournit donc Pramac, dont les liens sont en place jusqu'à fin 2024, VR46 mais aussi Gresini. Interrogé sur les demandes de VR46, Paolo Ciabatti comprend la volonté de l'équipe mais cela ne signifie pas forcément qu'il pourra y répondre favorablement, surtout concernant le matériel.

"Dès le début, nous avons vu assez clairement que la moto de Marco ne manquait de rien pour gagner", a souligné le directeur sportif de Ducati. "Maintenant, les différences potentielles entre nos modèles sont minimes, mais la gestion des nouvelles versions est complexe."

En ce sens, on peut noter que VR46 engage ses propres ingénieurs – à l'image de Matteo Flamini et David Muñoz, respectivement chefs mécaniciens de Bezzecchi et Marini – tandis que Pramac dispose de plus de personnel en provenance de Ducati, une nécessité pour exploiter la version 2023 de la Desmosedici.

"Une moto qui a fini la saison dernière championne du monde, nous connaissons déjà son fonctionnement et elle demande beaucoup moins d'efforts de développement qu'une nouvelle machine", a confirmé Ciabatti.

Ce dernier travaille actuellement sur une formule à même de satisfaire toutes les parties impliquées. La tâche s'annonce compliquée compte tenu de tout ce qui est en jeu : l'avenir de Bezzecchi, de l'Academy, de l'équipe VR46, mais aussi de Pramac et de Ducati.

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Martín a été opéré pour un syndrome des loges à la jambe
Article suivant Pourquoi Honda risque sérieusement de perdre Álex Rins

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France