MotoGP
26 mars
EL1 dans
17 jours
C
GP de Doha
02 avr.
Prochain événement dans
24 jours
16 avr.
Prochain événement dans
38 jours
C
GP d'Espagne
29 avr.
Prochain événement dans
51 jours
C
GP d'Italie
27 mai
Prochain événement dans
79 jours
03 juin
Prochain événement dans
86 jours
C
GP d'Allemagne
17 juin
Prochain événement dans
100 jours
C
GP des Pays-Bas
24 juin
Prochain événement dans
107 jours
C
GP de Finlande
08 juil.
Prochain événement dans
121 jours
C
GP d'Autriche
12 août
Prochain événement dans
156 jours
C
GP de Grande-Bretagne
26 août
Prochain événement dans
170 jours
C
GP d'Aragon
09 sept.
Prochain événement dans
184 jours
C
GP de Saint-Marin
16 sept.
Prochain événement dans
191 jours
C
GP du Japon
30 sept.
Prochain événement dans
205 jours
C
GP de Thaïlande
07 oct.
Prochain événement dans
212 jours
C
GP d'Australie
21 oct.
Prochain événement dans
226 jours
28 oct.
Prochain événement dans
233 jours
C
GP de Valence
11 nov.
Prochain événement dans
247 jours

Le problème de Morbidelli ? Une Yamaha qui perd ses forces dans le trafic

D'un succès incontestable à une morne 11e place, Franco Morbidelli n'a fait qu'ajouter un épisode à une saison marquée par de fortes variations de performances pour Yamaha.

Le problème de Morbidelli ? Une Yamaha qui perd ses forces dans le trafic

Vainqueur éclatant du Grand Prix de Teruel, dans ce qui a été l'une des plus belles prestations de sa carrière et, aux dires de certains de ses adversaires, de l'ensemble de cette saison, Franco Morbidelli n'était plus que l'ombre de lui-même à la course suivante, dimanche dernier à Valence. Pour son team manager, cette contre-performance est emblématique de la facilité avec laquelle la Yamaha, pourtant la machine la plus victorieuse cette saison, perd le bénéfice de ses qualités dans certaines circonstances.

Lire aussi :

"Il est évident que suivre d'autres pilotes n'est pas la même chose qu'être seul devant. Nous n'avons gagné de courses que lorsque nous avons été devant", souligne Wilco Zeelenberg auprès du site officiel du MotoGP. Morbidelli s'est en effet imposé par deux fois cette année en ayant dominé la course de bout en bout. Avant lui, Fabio Quartararo en avait fait de même au GP d'Andalousie, et Maverick Viñales n'avait pas non plus eu à doubler pour gagner le GP d'Émilie-Romagne lorsque Pecco Bagnaia lui a cédé le leadership en tombant.

Cette fois, la cause de la dégringolade de Morbidelli ne laisse aucun doute : devancé par des Ducati dès l'extinction des feux et durant de longs tours, il a vu la pression de son pneu avant grimper et ses performances s'effriter, jusqu'à rallier l'arrivée 11e à 17 secondes du vainqueur. "La course s'est mal passée simplement à cause de la hausse de la pression du pneu avant", résume Zeelenberg, qui observe : "Quand on est seul devant, la pression du pneu reste très faible et, en étant dans une très bonne fenêtre [d'exploitation] pour nous, nous pouvons être performants. Mais dès que nous avons trois ou quatre pilotes devant et que cela nous sort de notre fenêtre, nous ne profitons plus des points forts de la Yamaha, c'est à dire freiner tard et être rapide en courbe, et c'est là que nous perdons tout."

Pas de polémique vaine, donc, pour pointer une hypothétique anomalie du pneu utilisé par le pilote Petronas. Pour Michelin, ce sont en effet simplement les circonstances de course qui ont défavorisé le pilote italien en faisant grimper la pression de son pneu. "C'est quelque chose qui peut arriver quand on est dans le trafic et que le pneu ne 'respire' pas, qu'il n'a donc pas de possibilité de se refroidir. Il surchauffe alors et inévitablement la pression augmente", explique Piero Taramasso, responsable deux roues chez Michelin Motorsport, à Motorsport.com.

Est-ce pour autant un problème qui toucherait particulièrement les M1 ? "Je ne sais pas si ce problème est arrivé aussi aux autres pilotes Yamaha, mais ça nous est arrivé à Fabio et moi", observe Morbidelli. "Et pas seulement à Aragón 1 et Valence 1, c'est aussi arrivé d'autres fois, même si c'était d'une manière peut-être moins grave et à moindre ampleur."

"Il peut aussi y avoir des motos ou des pilotes qui sont plus sensibles de ce point de vue", reprend Taramasso. "Il est certain que la pression de départ à froid joue en partie, mais ensuite cela dépend aussi de beaucoup d'autres choses : de la répartition du poids sur l'avant, de la manière dont le pilote freine et du temps qu'il passe dans le sillage de la moto qui le devance. Les couvertures des pneus peuvent aussi être un paramètre, car d'une part elles maintiennent la température du système de frein, mais de l'autre elles peuvent transmettre encore plus de chaleur à la gomme."

Lire aussi :

Yamaha reste la marque qui s'est le plus souvent imposée cette saison, cependant force est de constater que ses pilotes n'échappent pas au retour de bâton lors des courses qui font suite à leur succès, à la seule exception du doublé remporté par Quartararo en ouverture de championnat à Jerez. Les causes ont toutefois été diverses et la pression du pneu avant n'a été directement évoquée qu'à deux occasions.

On retiendra ainsi que Morbidelli, déjà vainqueur lors du premier round de Misano, a vécu un calvaire à la seconde en étant malade et victime d'un contact. Puis c'est un Viñales perdu à Barcelone qui s'est fait déborder au départ, et est ensuite resté englué dans le trafic sans pouvoir dépasser, alors qu'il venait de s'imposer en Émilie-Romagne.

Quant à Quartararo, il a avoué avoir vécu la course la plus difficile de sa carrière à la manche de Brno, dans la foulée de l'Andalousie, se sentant en difficulté avec son pneu arrière et impuissant face à ses concurrents dans le peloton. Plus tard, il a vu son GP de France gâché par la pluie une semaine après sa victoire catalane mais retenait son bon potentiel sur le sec. C'est à la manche suivante, la première disputée en Aragón, que la pression du pneu avant du Français avait été mise en cause pour expliquer qu'il se soit effondré et qu'il ait fini hors des points.

Avec Vincent Lalanne-Sicaud

partages
commentaires

Voir aussi :

Iker Lecuona finalement forfait : il est positif au COVID-19

Article précédent

Iker Lecuona finalement forfait : il est positif au COVID-19

Article suivant

EL3 - Morbidelli leader en force, Quartararo à 2 millièmes du top 10 !

EL3 - Morbidelli leader en force, Quartararo à 2 millièmes du top 10 !
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP d'Europe
Lieu Valencia
Pilotes Franco Morbidelli
Équipes Yamaha Factory Racing , Petronas SRT
Auteur Léna Buffa
Maverick Viñales, leader en quête de stabilité et de clarté Prime

Maverick Viñales, leader en quête de stabilité et de clarté

Nouveau leader moral de l'équipe officielle Yamaha de par son expérience et les succès obtenus jusqu'à présent, Maverick Viñales aborde une saison 2021 qui s'annonce peut-être comme la plus importante de sa carrière, avec une réelle chance de s'affirmer enfin.

MotoGP
6 mars 2021
Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires Prime

Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires

Les teams indépendants ont prouvé en 2020 leur capacité à se battre pour la victoire et même pour le titre en MotoGP, et Tech3 a été l'un des acteurs forts de cette saison riche en émotions. Hervé Poncharal s'en remet à peine qu'il repart avidement en quête de nouveaux succès.

MotoGP
16 févr. 2021
Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix Prime

Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix

Jamais absent d'un Grand Prix depuis 2002, Andrea Dovizioso referme à présent un chapitre qui représente plus de la moitié de sa vie et qui lui aura apporté des enseignements d'une richesse inégalable.

MotoGP
6 févr. 2021
Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende Prime

Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende

La rivalité entre Alain Prost et Ayrton Senna est souvent considérée comme la plus forte de l'Histoire des sports mécaniques. Mais celle entre Wayne Rainey et Kevin Schwantz pourrait tout aussi bien prétendre à ce statut. Leur duel a atteint ses sommets en 500cc durant la saison 1991, dont les deux pilotes gardent des souvenirs marquants 30 ans plus tard...

MotoGP
31 janv. 2021
Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP Prime

Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP

Sa première saison en MotoGP a vu Brad Binder se hisser extrêmement haut, mais aussi commettre quelques erreurs de débutant. Décidé à ne se trouver aucune excuse, le Sud-Africain affiche par là précisément le trait de caractère qui explique pourquoi KTM voit en lui l'homme de la situation pour prendre les rênes du programme après Pol Espargaró.

MotoGP
14 janv. 2021
Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne Prime

Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne

Le départ de Davide Brivio de Suzuki confronte la marque japonaise à un dilemme : recruter un nouveau directeur d'équipe ou confier le poste à une personne capable de maintenir la philosophie actuelle.

MotoGP
11 janv. 2021
Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020 Prime

Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020

Titré six fois en sept saisons, vainqueur de 43% des courses dont il a pris le départ en MotoGP, Marc Márquez aura été le grand absent de cette saison 2020, ouvrant un boulevard aux prétendants à sa succession dès la première manche. Condensé en quatre mois, le championnat ne s'est toutefois pas arrêté à ce premier coup de théâtre...

MotoGP
27 déc. 2020
L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati Prime

L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati

Arracher la victoire à Marc Márquez dans une course où il jugeait l'Espagnol favori aura été une émotion incomparable pour Andrea Dovizioso, sans doute son meilleur souvenir avec Ducati.

MotoGP
26 déc. 2020