Zarco conscient d'avoir un peu "exagéré" avec un retour si rapide

Opéré mercredi pour une petite fracture du scaphoïde droit, Johann Zarco a fait un retour en piste remarqué samedi, avec une performance épatante en qualifications suivie dimanche par le gain de deux points en course. L'effort était justifié, maintenant place au repos.

Zarco conscient d'avoir un peu "exagéré" avec un retour si rapide

L'adrénaline a fait des miracles, dimanche, pour Johann Zarco, qui ne pouvait espérer mieux qu'une course réussie pour tourner la page d'une semaine douloureuse, moralement et physiquement. Parti de la pitlane, le Français a non seulement réussi à voir le drapeau à damier sans utiliser d'antidouleurs, mais il a même accroché deux points et a encore trouvé l'énergie de s'agacer en se heurtant à Fabio Quartararo pour moins d'un demi-dixième.

Posé, il refusait après la course de tomber dans des analyses exaltées. Aussi, lorsqu'il lui a été demandé si ces points, compte tenu de sa blessure toute fraîche, ont été les plus difficiles à aller chercher dans sa carrière, il a relativisé : "Non, car l'an dernier quand je prenais une paire de points, j'étais détruit après la course. Là, je me sens bien."

Lire aussi :

Zarco sait toutefois à quel point il lui a fallu repousser ses limites physiques pour disputer cette course en étant blessé, une première pour lui qui n'avait encore jamais été opéré. "Par rapport aux recommandations, je pense avoir exagéré ce week-end, mais ça aurait été dur de ne pas rouler et ça en valait le coup, à la fois pour samedi et pour ces deux points", souligne-t-il. Il aurait en effet eu toutes les raisons de se limiter samedi : se sachant contraint de partir de la pitlane après avoir été pénalisé, il n'avait aucun intérêt à aller chercher le troisième temps des qualifications, si ce n'est celui de se remettre d'emblée dans un rythme compétitif, synonyme de bon élan pour la course.

"Samedi, surtout, ça a été vraiment fantastique. C’était assez unique de manquer le vendredi, puis dès le troisième ou le quatrième tour d’être premier de la séance et qualifié pour la Q2. Après, les chronos ont été améliorés, mais toute la journée du samedi a en tout cas été exceptionnelle. C’était une belle manière de répondre sur la piste", estime-t-il.

"[Dimanche] c'était un peu plus timide, je n'ai pas fait une remontada comme pourrait le faire Márquez, mais la course était quand même assez solide. En analysant les chronos, que ce soit pour la première course ou la seconde, c’était plutôt bien. Le côté exceptionnel c'est plutôt samedi, et [dimanche] j'étais presque surpris de pouvoir terminer la course. Je partais en ayant presque en tête que j'allais devoir abandonner et j'ai terminé avec deux points, donc c’est plutôt bien."

Lire aussi :

"Samedi, j’ai roulé en étant positif et j’ai eu moins mal que prévu, puis ça a été la même chose en course. Ce deuxième départ m’a donné une décharge d’adrénaline et la douleur est presque partie", décrit le pilote français. "Ce qui ne m’a pas pénalisé par rapport au fait de ne reprendre la piste que le samedi, c’est d’avoir roulé ici une semaine auparavant. Car si l’on arrive à Misano le premier week-end et que l’on rate le vendredi, je pense que c’est dur de rattraper ça le samedi !"

"Un extra d'entrée, et maintenant on se calme"

Toujours désireux de tirer des enseignements utiles de toute situation, Johann Zarco sait que ces deux week-ends intenses en Autriche laisseront des traces. Cependant, il compte bien n'en retenir que le positif : "Sans parler du côté mental, de tout ce qui s’est passé et des polémiques, je ne regarde que le côté technique et mes sensations sur la moto. Le fait d’être allé vite en étant plus faible au niveau du poignet droit, surtout samedi, si je l’analyse bien et que mon corps l'enregistre correctement, ça devrait me faire passer un bon cap pour les prochaines courses."

Place maintenant au repos, avec deux week-ends de coupure qui tombent à point nommé. "J’avais un événement à faire pour Ducati, un tournage au Mont Ventoux, et nous l’avons annulé. Je devais également aller rouler au Mans lundi prochain avec la Panigale et nous l’avons annulé aussi, pour vraiment assurer la meilleure des récupérations possibles. La meilleure récupération, ça veut dire ne pas forcer sur le poignet : là je me suis fait un extra d'entrée, et maintenant on se calme."

Avec Marie-Amélie Coulardot

partages
commentaires
Michelin répond à Dovizioso : pas d'anomalie, une erreur de pression

Article précédent

Michelin répond à Dovizioso : pas d'anomalie, une erreur de pression

Article suivant

Stats - Oliveira écrit une nouvelle page d'Histoire

Stats - Oliveira écrit une nouvelle page d'Histoire
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021