Albon : "J'avais vraiment l'impression de pouvoir gagner"

Alexander Albon peinait à dissimuler sa déception après son accrochage avec Lewis Hamilton au Grand Prix d'Autriche.

Rapidement devenu le seul à porter les espoirs de Red Bull Racing à domicile en raison de l'abandon prématuré de son coéquipier Max Verstappen, Alexander Albon a bien cru être en mesure de rafler la mise en Autriche. Profitant de l'intervention de la voiture de sécurité en fin de course, le Thaïlandais a chaussé les pneus tendres tandis que les Mercedes sont restées en piste avec les gommes dures. Lancé à l'assaut des leaders, il savait qu'il devait agir vite pour faire fructifier son avantage pneumatique, ce qu'il a fait en essayant de dépasser Lewis Hamilton dès la relance de la course. Mais les deux hommes se sont accrochés, dans un scénario rappelant en partie celui du Grand Prix du Brésil 2019. 

Lire aussi :

Comme à Interlagos, Hamilton a été pénalisé de cinq secondes, mais pour Albon le mal était fait : reparti en fond de peloton, il a ensuite abandonné et vu ses espoirs de victoire s'évanouir. Un succès auquel il croyait pourtant dur comme fer. 

"J'avais vraiment l'impression de pouvoir gagner cette course", lâche-t-il au micro de Sky Sports avec beaucoup d'amertume. "C'est Mercedes qui avait le rythme aujourd'hui mais les gars ont fait un excellent travail avec la stratégie et franchement, quand je me suis arrêté, je ne savais pas où nous étions en piste. Dès que tout s'est joué, nous semblions en position de force et je savais qu'ils [les Mercedes] avaient les pneus durs, qu'il fallait que je double dans les cinq premiers tours [du relais]. J'étais confiant et la voiture se comportait bien en fin de course. Mais c'est comme ça."

"Je ne dirais pas que ça fait plus mal, mais j'ai le sentiment qu'au Brésil c'était davantage du 50-50. Cette fois, j'ai l'impression que j'étais passé et je me concentrais déjà sur Bottas. Le contact est arrivé tard. Il y a toujours un risque en dépassant par l'extérieur, mais j'ai laissé autant d'espace que possible. J'étais à la limite et je savais que tant que je laissais toute la place, c'était à lui de voir s'il voulait que l'on s'accroche ou non."

Hamilton déplore "un scénario malheureux"

Lewis Hamilton, Mercedes F1 W11 EQ Performance

Sanctionné pour cet accrochage, Hamilton a accepté sans broncher cette deuxième pénalité du week-end, après celle subie sur la grille de départ à moins d'une heure du début de la course. Deuxième sur la ligne, le sextuple Champion du monde rétrograde ainsi au quatrième rang, concluant un premier week-end qu'il entend mettre rapidement derrière lui. 

"La course est terminée et j'ai juste envie d'aller de l'avant", assure-t-il. "Ça n'a pas été un grand week-end pour moi et je crois qu'hier, c'était entièrement ma faute. C'était un peu bizarre aujourd'hui, pour se préparer, d'apprendre soudainement la pénalité, mais c'est comme ça et ça ne m'a pas déstabilisé, ça m'a juste encouragé à essayer de piloter du mieux possible. J'ai le sentiment que c'est ce que j'ai fait, j'avais un excellent rythme pour rattraper Valtteri [Bottas]. C'est vraiment un scénario malheureux avec Alex, j'ai du mal à croire que l'on se soit encore retrouvé comme ça mais j'ai vraiment le sentiment que c'est un incident de course. J'ai pris une pénalité qu'ils estiment que je mérite, alors je vais de l'avant."

partages
commentaires
Leclerc s'offre un miracle : "C'est un peu comme une victoire"
Article précédent

Leclerc s'offre un miracle : "C'est un peu comme une victoire"

Article suivant

Norris "fier" de McLaren après un podium gagné dans les derniers tours

Norris "fier" de McLaren après un podium gagné dans les derniers tours
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021