Formule 1 GP d'Australie

Leclerc : Ferrari ne doit "pas en faire trop" malgré l'engouement

Alors que Ferrari mène les deux championnats après trois Grands Prix, Charles Leclerc ne pense pas que les regards tournés vers son écurie doivent ajouter de la pression à Maranello.

Charles Leclerc, Ferrari F1-75

Dimanche dernier, Charles Leclerc a remporté son deuxième Grand Prix de la saison, après s'être élancé de la pole. Avec l'abandon de son rival Max Verstappen, le Monégasque est en tête du classement pilotes avec un matelas de 46 points d'avance sur le Néerlandais. Son plus proche poursuivant est George Russell, qui se retrouve à 34 longueurs. Côté constructeurs, Ferrari compte 39 points d'avance sur Mercedes et dix de plus sur Red Bull, malgré l'abandon de Carlos Sainz à Melbourne.

Bien que la saison soit encore très longue (avec 20 courses restantes), le regain de forme de Ferrari provoque beaucoup d'attentes et d'excitation en Italie, après deux saisons où la victoire était hors de portée et 14 années dans le moindre titre. La Scuderia sera d'ailleurs accueillie comme il se doit pour la prochaine manche, sur un circuit d'Imola qui sera complètement acquis à sa cause.

Cependant, Leclerc souhaite calmer les ardeurs. L'écurie doit garder les pieds sur terre et ne doit "pas en faire trop" si elle souhaite décrocher sa première couronne depuis celle obtenue en 2008. "Oh oui, je peux l'imaginer, mais je ne veux pas trop y penser parce que c'est encore très tôt dans la saison", explique Leclerc lorsqu'il est interrogé sur l'engouement suscité en Italie.

"Évidemment, c'est bien d'être en tête du championnat. Trente-quatre points, c'est toujours bon à prendre où que vous soyez dans le calendrier, mais je ne veux pas trop me concentrer sur le championnat pour le moment. L'Italie sera incroyable, mais nous devons aborder le week-end de course comme nous avons abordé les trois premiers. Je pense qu'il est extrêmement important de ne pas se mettre une pression supplémentaire et de ne pas essayer d'en faire trop. Nous travaillons extrêmement bien en tant qu'équipe depuis le début de la saison et nous devons juste continuer à faire notre travail, comme nous l'avons fait lors des trois premiers week-ends."

À Imola, Leclerc se retrouvera dans un environnement qu'il connaît bien. En 2019, il s'était imposé en Italie, à Monza, face à des tribunes entièrement rouges. Si le circuit ne sera pas le même, le Monégasque connaît cette pression et a montré qu'il était capable de la gérer.

"L'Italie pour nous, c'est toujours incroyable, donc je suis impatient d'y être. Évidemment, Monza a été une course très tendue avec Lewis derrière mais encore une fois, j'ai juste essayé de ne pas trop penser à l'endroit où nous étions", rappelle-t-il à Sky Sports F1. "Même si les tribunes seront particulièrement différentes là-bas, nous allons juste essayer de nous concentrer sur notre travail et de ne pas trop nous focaliser sur notre position au championnat."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Les crashs de Vettel ne sont "pas normaux", selon Krack
Article suivant 60 ans d’évolution du volant : la roue du progrès

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France