Formule 1
03 juil.
Événement terminé
10 juil.
Événement terminé
17 juil.
Événement terminé
14 août
EL1 dans
15 Heures
:
30 Minutes
:
28 Secondes
04 sept.
EL1 dans
21 jours
11 sept.
Prochain événement dans
28 jours
25 sept.
EL1 dans
42 jours
C
GP de l'Eifel
09 oct.
Prochain événement dans
56 jours
23 oct.
Prochain événement dans
70 jours
31 oct.
Prochain événement dans
78 jours

Maldonado : Si j'étais Vettel, je ne respecterais pas les consignes

partages
commentaires
Maldonado : Si j'étais Vettel, je ne respecterais pas les consignes
Par :
31 mai 2020 à 07:00

Pour Pastor Maldonado, le départ de Sebastian Vettel en fin d'année risque de placer Ferrari en situation difficile si une lutte s'engage avec Charles Leclerc.

Passé la surprise du divorce entre Sebastian Vettel et Ferrari et l'annonce de son remplacement par Carlos Sainz en 2021, plusieurs questions se posent quant à l'avenir au sein de la Scuderia à très court terme. En effet, même si la pandémie de COVID-19 et ses conséquences ont largement retardé le début de saison, qui devrait avoir lieu en Autriche début juillet, soit trois mois et demi après la date initiale du GP d'Australie qui devait lancer la campagne, la Formule 1 espère disputer 15 à 18 courses d'ici la fin d'année.

Une situation qui place donc Vettel, assuré de pas être reconduit par Maranello, en position d'être un véritable poil à gratter dans l'organisation de l'équipe italienne. Même si l'Allemand a été battu en 2019 par Charles Leclerc, qui a lui prolongé son bail du côté de Ferrari jusqu'en 2024 et est ouvertement considéré comme l'avenir de l'équipe, ils ont souvent été proches en performances et en piste, cela donnant lieu à des épisodes déjà difficiles à gérer, qui sont allés jusqu'à un accrochage et un double abandon au Brésil.

Lire aussi :

Pour Pastor Maldonado, ancien pilote Williams et Lotus en Formule 1 entre 2011 et 2015, il est clair que le quadruple Champion du monde se retrouvera dans une situation idéale pour se montrer rebelle. "L'année dernière, nous avons vu des problèmes entre les deux pilotes", a-t-il déclaré pour Marca. "Qui peut garantir qu'il n'y en aura pas cette année alors que Vettel sait déjà qu'il s'en va ? Vettel va-t-il respecter les consignes de l'équipe ? Nous ne savons pas. [À sa place,] je ne le ferais pas. Cela pourrait être un gros handicap pour l'équipe. Ce fut le cas l'année dernière. Si cette saison reprend, ce sera difficile pour tout le monde. L'annonce [de son départ en fin d'année] est faite, donc comment allez-vous vous y prendre ?"

Une vision de la situation de laquelle il est également difficile de détacher les diverses rumeurs en provenance d'Allemagne qui font état de négociations pour le moins difficiles entre les deux parties (le communiqué officiel annonçant la fin de la relation étant déjà relativement explicite sur le sujet), Ferrari ayant visiblement été peu enclin à garantir à Vettel un statut au moins équivalent à celui de Leclerc, même pour une courte durée. Citant une source au sein de l'écurie, la publication Auto Motor und Sport écrit ainsi : "À Maranello, vous entendez : 'Nous aurions dû lui demander de faire des sacrifices en 2021 qu'il aurait eu du mal à accepter'."

Rejoignant le point de vue de Maldonado, l'ancien pilote et désormais consultant TV Martin Brundle a lancé, sur Sky Sports : "Il est rare qu'autant de pilotes aient été annoncés pour 2021 sans avoir encore commencé la saison 2020. Il y a encore beaucoup de concurrence pour les pilotes au sein de leurs équipes actuelles. Pouvez-vous imaginer combien de consignes d'équipe Vettel respectera cette année ? Il s'en fichait l'année dernière et à présent [, en plus], il quitte la Scuderia."

C'était un 30 mai : Red Bull implose à Istanbul

Article précédent

C'était un 30 mai : Red Bull implose à Istanbul

Article suivant

Renault confirme qu'Alonso "est une option" pour remplacer Ricciardo

Renault confirme qu'Alonso "est une option" pour remplacer Ricciardo
Charger les commentaires