Ocon rejoint Renault F1 pour deux saisons

Esteban Ocon sera pilote Renault F1 pour la saison 2020 du Championnat du monde de Formule 1, aux côtés de Daniel Ricciardo. Le Français a signé pour deux saisons.

Ocon rejoint Renault F1 pour deux saisons

En lice pour le second baquet Mercedes en 2020 aux côtés de Lewis Hamilton, Esteban Ocon va finalement s'engager auprès de Renault F1 pour la saison à venir. Il fera équipe avec Daniel Ricciardo, dont le contrat court jusqu'à la fin d'année prochaine. Un choix qui fait suite à la décision de la firme à l'étoile d'activer l'option contractuelle avec Valtteri Bottas. Face au choix entre les deux hommes, Toto Wolff a privilégié la stabilité et l'harmonie au sein d'une écurie qui a retrouvé de la sérénité après les années de collaboration compliquées à gérer entre le quintuple Champion britannique et Nico Rosberg.

Lire aussi :

Ocon occupe depuis le début d'année 2019 le poste de réserviste pour l'écurie allemande. Il participe notamment aux séances de simulateur en cours des week-ends de Grand Prix, permettant d'affiner les réglages de la W10. La qualité de son travail a été saluée par le staff du constructeur quintuple Champion du monde.

Champion de F3 Europe en 2014 face à Max Verstappen et de GP3 en 2015, Ocon a débuté sa carrière en F1 à l'été 2016, en remplacement de Rio Haryanto chez Manor. Le Français a par la suite été recruté par Force India pour la saison 2017, ce qui avait alors laissé sur le carreau Pascal Wehrlein, l'autre protégé de Mercedes à l'époque. Courant 2018, alors qu'il effectuait sa seconde année de contrat au sein de la structure de Silverstone, cette dernière a été placée en redressement judiciaire puis rachetée par une consortium mené par Lawrence Stroll durant le mois d'août. Son avenir au sein de l'équipe s'est alors assombri devant l'inéluctable arrivée de Lance Stroll aux côtés de Sergio Pérez. Par la suite, un concours de circonstances l'a finalement privé d'un baquet en 2019, alors qu'un accord semblait initialement proche avec Renault.

Un an plus tard, l'histoire va désormais bel et bien s'écrire entre le constructeur et le pilote français, qui avait déjà fait un passage par Enstone en qualité de réserviste lors de l'exercice 2016.

"Mon premier sentiment est la fierté de piloter pour Renault en tant que pilote titulaire car j’ai grandi à Enstone avec Lotus puis Renault depuis 2010", rappelle Ocon. "J’ai beaucoup d’attaches avec cette écurie et les gens qui la composent, ce sont eux qui m’ont ouvert les portes du sport automobile de haut niveau. Mon deuxième ressenti est la reconnaissance car me donner l’opportunité de m’exprimer à nouveau en F1 au plus haut niveau dans une écurie avec de grandes ambitions est une marque de confiance à laquelle je suis très sensible. Cette confiance placée en moi pour participer à la progression de l’équipe est une pression très positive et j’ai hâte de pouvoir donner le meilleur de moi-même."

Abiteboul souhaite une "nouvelle dynamique"

L'arrivée d'Ocon signifie que Nico Hülkenberg va quant à lui quitter le Losange, après trois saisons en jaune. Ces dernières semaines, les relations entre l'écurie, dont les résultats sont décevants, et le pilote allemand, qui peine à saisir les opportunités qui se présentent, ont semblé se dégrader. L'avenir de l'ancien pensionnaire de Williams, Force India et Sauber pourrait s'inscrire du côté de Haas, où le futur de Romain Grosjean est en suspens.

"Nous sommes très contents de retravailler avec Esteban pour les deux prochaines saisons", se réjouit Cyril Abiteboul, directeur général de Renault F1. "Par son parcours, Esteban connait la valeur et la difficulté de la F1, l’exigence de tous les instants et la volonté sans faille qui sont nécessaires pour avoir une chance de succès. Au-delà de son talent, sa mission sera de nous faire profiter de son énergie et de son envie naturelles exacerbées par une année sans course. À nous de les inscrire dans la nouvelle dynamique dans laquelle l’équipe doit entrer. Il a montré ces dernières années sa capacité à marquer des points, un très grand professionnalisme sur et en dehors de la piste et son expérience récente en tant que pilote de réserve de la meilleure équipe actuelle sera un atout précieux pour faire progresser l’équipe toute entière."

"Je souhaite remercier Nico pour son extraordinaire implication et sa contribution massive aux progrès de l’écurie depuis trois saisons. Quand Nico a décidé de nous rejoindre l’équipe était neuvième, il nous amené à la quatrième place l’an passé et lui s’est classé septième. L’arrivée à échéance de son contrat nous a conduit à un choix difficile tant Nico a été un pilier de cette progression. La première partie de cette saison est plus délicate mais je sais pouvoir compter sur lui pour qu’ensemble nous réussissions la seconde."

partages
commentaires
Haas choisira entre Hülkenberg, Ocon et Grosjean

Article précédent

Haas choisira entre Hülkenberg, Ocon et Grosjean

Article suivant

Räikkönen n'est pas totalement sûr de pouvoir courir à Spa

Räikkönen n'est pas totalement sûr de pouvoir courir à Spa
Charger les commentaires
Qu'est-ce qui empêche les Américains de courir en F1 ? Prime

Qu'est-ce qui empêche les Américains de courir en F1 ?

Lors des 25 dernières années, deux Américains seulement ont couru en Formule 1, sans marquer le moindre point. Qu'est-ce qui explique ce manque de succès dans la catégorie reine du sport automobile ?

Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1 Prime

Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1

Deux dixièmes places lors des dernières courses ont permis à Alfa Romeo de se hisser en tête de la lutte parmi les écuries de fond de peloton, mais à plus long terme, l'équipe basée en Suisse a des ambitions bien plus grandes. Avec les nouvelles règles de 2022 qui devraient équilibrer les choses, le patron de l'écurie, Frédéric Vasseur, a de bonnes raisons d'être optimiste, comme il l'a expliqué à Motorsport.com dans une interview exclusive.

Formule 1
19 juin 2021
Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc Prime

Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc

Ferrari a impressionné en signant la pole position à Monaco et à Bakou. Voici comment la Scuderia a redressé la barre après une saison 2020 difficile.

Formule 1
18 juin 2021
Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1 Prime

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1

Les victoires tant attendues des anciens pilotes de Formule 1 Marcus Ericsson et Kevin Magnussen le week-end dernier, respectivement en IndyCar et en IMSA, ont rappelé à la F1 ce qui lui manque. Mais avec les nouvelles règles visant à équilibrer le plateau, l'optimisme renaît quant à la possibilité pour davantage de pilotes de lutter pour des succès autrefois inespérés.

Formule 1
17 juin 2021
Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites Prime

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites

Les conclusions de Pirelli sur les défaillances des pneus à Bakou n'ont pas complètement rejeté la faute sur les équipes, mais la fermeté de la réponse de la FIA laisse peu de place au doute.

Formule 1
16 juin 2021
L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1 Prime

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Le travail en soufflerie constitue le fondement du développement aérodynamique d’une Formule 1. Cependant, les progrès de la recherche virtuelle annoncent la disparition de cet outil coûteux et compliqué.

Formule 1
15 juin 2021
Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull Prime

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull

Sergio Pérez a passé la majorité de sa carrière à piloter en milieu de peloton, se demandant s'il aurait un jour une chance d'accéder à une équipe de pointe. Red Bull lui a donné cette opportunité, et bien que la vie au sommet soit difficile, le vainqueur de Bakou fait tout ce qu'il faut pour s'entendre avec Max Verstappen.

Formule 1
14 juin 2021
Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1 Prime

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1

Le Grand Prix du Canada 2008 s'était apparenté à de véritables montagnes russes en piste comme en dehors, et avait été absolument passionnant à couvrir depuis le paddock. Voici pourquoi.

Formule 1
13 juin 2021