Super Licence de Herta : "aucune équipe" n'influencera la FIA

Alors que Red Bull et AlphaTauri militent pour que la FIA accorde une dérogation à Colton Herta, ce que la majorité des directeurs d'équipe désapprouvent, l'organe directeur a affirmé qu'il ne serait influencé par aucun camp.

Super Licence de Herta : "aucune équipe" n'influencera la FIA
Charger le lecteur audio

Colton Herta, pilote d'IndyCar, est devenu un prétendant à un volant chez AlphaTauri pour 2023 dans un jeu de chaises musicales provoqué par le départ à la retraite de Sebastian Vettel... mais un obstacle se dresse devant l'Américain : Herta ne dispose pas de suffisamment de points pour valider sa Super Licence, indispensable pour pouvoir courir en F1.

La FIA pourrait accorder une dérogation mais cette idée déplaît dans le paddock, certaines équipes craignant que ce laxisme puisse créer un précédent et nuire aux académies de jeunes pilotes mises en place pour accumuler ces points dans les catégories inférieures. Plusieurs directeurs d'équipe se sont déjà exprimés sur le sujet, Mattia Binotto ayant lui aussi fait part de ses réticences au GP d'Italie.

"Tout d'abord, nous investissons beaucoup dans notre Ferrari Driver Academy et nous continuons à le faire", a indiqué le directeur de la Scuderia, interrogé par Motorsport.com. "Je pense que la force majeure ne peut pas être utilisée pour Herta. Ce serait une approche totalement mauvaise. Les règles sont en place pour protéger notre championnat et s'assurer que nous faisons les bons choix."

"Donc Herta pourra participer au championnat [lorsqu'il] remplira les conditions requises pour le faire, et pas autrement. Je pense que c'est très important, nous allons voir ce que la FIA fera à cet égard. Je pense que chaque équipe fera de même car il en va de l'importance de notre championnat. Nous ne pouvons pas avoir de cas de force majeure ou quoi que ce soit pour ce qui n'est certainement pas une force majeure dans ce cas."

Selon certaines sources, Mohammed Ben Sulayem, président de la FIA, souhaiterait s'en tenir aux règles établies dans le Code Sportif International, qui ne permettent pas d'accorder la Super Licence à Herta hors cas de force majeure. Il est entendu que Ben Sulayem cherche à ce que la FIA prenne la décision la plus appropriée, sans être influencée par les équipes de F1.

"La FIA ne subira la pression d'aucune équipe pour prendre des décisions sur des questions telles que les points de Super Licence. Le président de la FIA a mis en place une gouvernance robuste et nous nous y conformerons", a confié un porte-parole de la FIA à Motorsport.com.

La crédibilité de la F1 en jeu, selon Domenicali

Mohammed Ben Sulayem, président de la FIA, avec Stefano Domenicali, PDG de la F1

Mohammed Ben Sulayem, président de la FIA, avec Stefano Domenicali, PDG de la F1

PDG de la F1, Stefano Domenicali n'est pas impliqué dans les décisions prises par la FIA, l'Italien travaillant pour Liberty Media. Et bien qu'il ait conscience des retombées commerciales que pourraient susciter l'arrivée d'un pilote américain en F1, il ne souhaite pas qu'elle se fasse à tout prix.

"Il est clair qu'un pilote américain peut susciter beaucoup d'intérêt sur un marché en pleine croissance comme celui des États-Unis en ce moment", a expliqué Domenicali. "Aujourd'hui, cependant, une arrivée en Formule 1 est liée à des paramètres clairs dans le Règlement Sportif et ces paramètres, qui déterminent la possibilité d'obtenir une Super Licence, doivent être respectés. La crédibilité du système est en jeu. La FIA fait ses évaluations et c'est à elle que revient la [décision]."

"Si Herta a les points nécessaires pour courir en Formule 1, nous serions ravis et l'accueillerions à bras ouverts. Ce sera ensuite à lui de démontrer que l'expérience qu'il a acquise dans une catégorie différente de la F1 lui permettra de s'adapter."

Red Bull et AlphaTauri ne sont intéressés que par Colton Herta pour pallier un éventuel départ de Pierre Gasly vers Alpine. Ainsi, si les portes de la F1 se ferment devant l'Américain, Gasly ne quittera pas Faenza. "Je pense que si ce n'est pas Colton Herta, alors Pierre Gasly restera et rien ne changera", a affirmé Franz Tost, directeur d'AlphaTauri.

Avec Jonathan Noble, propos recueillis par Roberto Chinchero

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

De Vries a appris qu'il piloterait la Williams pendant sa pause café

Norris : Alpine fait "du très mauvais travail" en 2022