Verstappen : Les soucis de Red Bull prouvent que le DRS est nécessaire

Selon Max Verstappen, ses problèmes de DRS rencontrés en Espagne prouvent que les F1 actuelles ont toujours besoin de l'aileron amovible.

Max Verstappen, Red Bull Racing RB18, se bat avec George Russell, Mercedes W13

La F1 a revu sa réglementation technique pour cette saison afin de faire courir des voitures qui génèrent une force d'appui beaucoup plus importante depuis le sol, et qui dépendent donc moins des ailerons. Jusqu'à présent, les premières courses de la saison ont montré que les règles ont bel et bien permis aux voitures de se suivre de plus près dans les virages rapides, sans pour autant entraîner une augmentation significative du nombre de dépassements.

La plupart des manœuvres proviennent toujours du DRS, avec l'effet de réduction de la traînée qui a été la clé lors du Grand Prix d'Espagne le mois dernier, lorsque les monoplaces passaient à toute allure dans la longue ligne droite principale. Le Champion du monde en titre Max Verstappen a reconnu que sans ce système, les courses seraient encore largement processionnelles et que le DRS était absolument nécessaire sur cette génération de voitures.

"J'ai démontré que c'est vraiment frustrant, vous avez besoin du DRS en ce moment avec les voitures", a déclaré Verstappen après que des problèmes de DRS l'aient coincé derrière la Mercedes de George Russell, plus lente, jusqu'à ce que le flap fonctionne de nouveau. Verstappen a confirmé que la contrepartie d'avoir moins d'air sale est que l'effet d'aspiration est moindre sur ces monoplaces qui "percent" moins l'air en ligne droite.

"Nous pouvons suivre un peu plus facilement mais une fois que nous sommes derrière, je pense que la traînée est un peu moins importante, comme nous n'avons plus cet effet d'aspiration comme l'année dernière, par exemple. Et puis vous avez toujours besoin d'un DRS pour être en mesure de plonger dans le premier virage."

Lewis Hamilton et Charles Leclerc au Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021

Lewis Hamilton et Charles Leclerc au Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021

Le DRS sera un facteur clé dans le Grand Prix d'Azerbaïdjan ce week-end, car les virages lents et les longues lignes droites de Bakou signifient que les pilotes auront probablement plus de facilité à rester dans la marge d'une seconde requise pour activer l'aileron amovible.

L'ingénieur en chef Paul Monaghan est convaincu que le problème de DRS de Red Bull a été définitivement résolu après qu'une solution rapide en Espagne n'ait pas fonctionné, bien que les longues lignes droites de Bakou constitueront un véritable test. "Bakou présente des problèmes légèrement différents, et il serait stupide de se reposer sur nos lauriers".

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Alonso contre le plafond salarial : "On nous utilise de plus en plus"
Article suivant Transports, papiers… Comment préparer son voyage au GP du Canada

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France