Pour Rossi et Márquez, le pilote fait encore la différence

La course au développement et les motos de plus en plus évoluées n'ont pas retiré son rôle au pilote selon Valentino Rossi et Marc Márquez, même si les avancées apparues ces dernières années ont entraîné des changements dans le pilotage.

Pour Rossi et Márquez, le pilote fait encore la différence

Les évolutions techniques ont pris de plus en plus d'importance des dernières années en MotoGP, qu'il s'agisse des appendices aérodynamiques ou d'innovations comme le holeshot device. Chaque constructeur essaie de rester à la pointe de la course au développement pour fournir la meilleure machine possible à ces pilotes, ce qui interroge sur le rôle qu'ont encore ces derniers dans les performances.

Témoin des évolutions depuis plus de 20 ans au sommet de la compétition sur deux roues, Valentino Rossi estime que le MotoGP reste un championnat de pilotes plus que d'ingénieurs, tout en reconnaissant qu'il est plus important que par le passé de disposer d'une moto de pointe. "Je pense que c'est différent", a estimé le pilote italien. "C'est sûr que c'est différent. Je ne sais pas si l'aspect humain est moins présent, je n'en suis pas certain."

"Je pense que c'est plus ou moins la même chose. Peut-être que par le passé, le pilote pouvait faire un peu plus la différence, disons 60% le pilote et 40% la moto. Maintenant c'est 50-50, donc peut-être un peu moins. Mais je ne pense pas que ça ait beaucoup changé, je pense que les meilleurs pilotes sont à l'avant et que la situation est plus ou moins la même parce que le meilleur pilote sera devant à la fin."

Lire aussi :

Marc Márquez, seul homme capable de faire triompher une Honda réputée difficile depuis le début de la saison, pense même que les pilotes sont plus en mesure d'exprimer leur talent et de faire la différence que par le passé, grâce à un plateau plus compétitif que jamais et à un matériel équivalent entre équipes d'usines et teams satellites.

"Comme Valentino l'a dit, je pense que le pilote fait plus ou moins la différence", a déclaré le #93. "C'est une chose qu'il faut maintenir dans notre compétition. C'est sûr que maintenant, avec une électronique au même niveau, des motos aux performances presque identiques entre les équipes officielles et les équipes satellites, tout ça aide vraiment. Une équipe ou un pilote d'un team satellite qui n'avait aucune chance de gagner il y a dix ans aura sa chance maintenant, même pour le championnat parce que les motos sont totalement différentes [d'avant]."

"Les nouveautés arrivent un peu plus tard mais ce ne sont pas des choses très importantes. Ça aide. Les pneus se sont améliorés, et avec ça et avec un niveau de grip très élevé, tout s'équilibre, parce que dès qu'on doit gérer les gaz, le patinage, on peut faire la différence, mais quand il y a beaucoup de grip et qu'on peut immédiatement mettre les gaz, tout est plus équilibré."

Le pilotage des motos a changé selon Rossi

Même si Valentino Rossi estime que le pilote est toujours à même de faire la différence, la façon de tirer le meilleur d'une machine a néanmoins profondément évolué. Le septuple Champion de la catégorie reine estime que les motos actuelles imposent de prendre les virages différemment mais ignore s'il s'agit véritablement d'une conséquence de la place de plus en plus importante que prend l'aérodynamique.

"Pour moi, ces dernières années, le style de pilotage a changé, surtout la position sur la moto. Maintenant, tout le monde est vraiment sur le côté, vraiment sur l'avant avec la tête, les épaules et les coudes. Ça a vraiment changé mon approche des virages et des trajectoires. Avec ces motos, ces pneus et ces freins, on peut entrer beaucoup plus vite dans les virages. On pilote un peu différemment d'il y a cinq ans."

"Mais je ne sais pas dans quelle mesure c'est lié à l'aérodynamique. Au final, l'aérodynamique permet une meilleure accélération, donc on arrive plus vite au virage suivant, on a plus de charge sur l'avant, donc on peut freiner plus fort. Et la moto est plus lourde dans les changements de direction, donc il faut plus de force. C'est ce que change l'aérodynamique, plus que le style de pilotage."

Les motos sont néanmoins plus performantes que jamais et elles atteignent des vitesses de pointe record cette année, Johann Zarco et Brad Binder ayant fixé la nouvelle référence à 362,4 km/h. Les motos sont parfois source de lourdes chutes, si bien que Marc Márquez s'est interrogé sur le bien-fondé d'une course acharnée au développement. Son coéquipier Pol Espargaró est allé jusqu'à juger le holeshot device responsable de plusieurs chutes, tandis que Márquez a pointé du doigt la responsabilité de l'électronique dans sa spectaculaire cabriole d'Assen.

Toujours plus physiques, les motos provoquent aussi des arm-pumps à répétition mais Valentino Rossi fait partie des pilotes qui ne sont pas touchés par ce mal. Même s'il a fêté son 42e anniversaire en début d'année et que plus de dix ans le séparent du second titulaire le plus âgé du plateau, Aleix Espargaró, l'Italien ne pense pas que l'âge soit un facteur déterminant dans le pilotage des MotoGP actuelles, même s'il reconnaît qu'elles sont plus exigeantes pour l'organisme que par le passé.

"Je ne pense pas que c'est le plus important. Tout le monde a son style et je vois beaucoup de pilotes qui sont de toute façon très rapides et qui ont une position plus normale sur la moto, comme Jack Miller ou Franco [Morbidelli]. Ça dépend vraiment du moment. Mais physiquement, c'est plus difficile, surtout parce que les motos sont plus exigeantes maintenant. Elles sont plus rapides, on a l'aérodynamique et on peut freiner plus fort. Ce n'est pas que la position mais globalement, c'est plus dur physiquement."

Lire aussi :

partages
commentaires

Voir aussi :

Malgré ses progrès, la KTM doit encore gagner en stabilité

Article précédent

Malgré ses progrès, la KTM doit encore gagner en stabilité

Article suivant

Ezpeleta : Les pilotes "ne sont même pas d'accord sur les pénalités"

Ezpeleta : Les pilotes "ne sont même pas d'accord sur les pénalités"
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021