Réactions
MotoGP GP de Catalogne

Quartararo : "On ne va pas dire qu'on est perdus, mais presque"

Après une course sprint terminée loin des points, Fabio Quartararo ne sait "même pas par où commencer" tant les difficultés de Yamaha lui paraissent nombreuses. Le Niçois multiplie des expérimentations mais sent que sa moto a atteint ses limites.

Fabio Quartararo, Yamaha Factory Racing

Fabio Quartararo espérait peut-être que revêtir les habits du Joker, avec un casque, des gants et des bottes spéciales, l'aiderait à être plus incisif ce samedi à Barcelone, mais sa Yamaha manquait trop de performance pour prétendre à un bon résultat ce samedi. Avant même l'entame du week-end, il savait que reproduire la première ligne et la victoire de la saison passée aller relever du miracle et la confrontation avec la réalité a été brutale vendredi, avec une 17e place qui a illustré le manque de progrès sur sa moto.

C'est à la même position qu'il s'est qualifié, après avoir échoué à s'extraire de la Q1 pour la cinquième fois en six participations dans cette séance cette année. En course, il a pris selon ses propres termes un "bon envol" mais a freiné trop tard au premier virage, dans une vaine tentative de remonter dans le classement.

"On sait qu'il nous manque de la puissance", a expliqué Quartararo au micro de Canal+. "En arrivant en cinquième au premier virage, j'ai freiné vraiment très tard. J'ai voulu tenter quelque chose mais je n'ai pas réussi à m'arrêter. J'étais à quelques centimètres de taper dans une autre pilote. J'ai dû relâcher les freins, partir tout droit."

Après ce freinage manqué, Quartararo n'était plus que 21e et n'a pu remonter qu'au 18e rang, troisil places derrière son coéquipier Franco Morbidelli. Lors de sa rencontre avec les journalistes, Quartararo a précisé que son erreur n'a "presque rien changé" à une course sprint qui était quoi qu'il advienne compromise par les performances de sa moto.

"C'était plus difficile que ce que j'attendais, surtout aujourd'hui parce que l'an dernier, le vendredi n'avait déjà pas été facile, je crois qu'on avait fini 11e. Je m'attendais à ce qu'on soit meilleurs aujourd'hui mais ce matin, immédiatement ça n'a pas été le cas. On a eu beaucoup de mal. Avec mon pilotage, c'est difficile quand il y a peu d'adhérence. Je dois être un peu plus doux."

Fabio Quartararo, Yamaha Factory Racing

Fabio Quartararo

"J'essaie un peu trop de surpiloter quand il y a ce genre de résultats", a-t-il ajouté, reconnaissant avoir "un peu plus de mal" que Morbidelli quand l'adhérence est faible. "J'essaie de freiner un peu plus tard, d'être plus rapide, mais la moto ne me permet pas de le faire. Je fais des erreurs et je ne suis pas doux dans mon pilotage. C'était une journée où je n'étais pas en harmonie avec la moto et c'est dommage parce que tout le week-end, on a testé des milliers de choses pour trouver une solution."

À aucun moment les pilotes Yamaha n'ont montré un bon rythme depuis le début du week-end et Quartararo reconnaît ne pas voir la moindre piste de progrès se profiler : "C'est vraiment difficile. On n'a aucun feeling avec la moto, le problème est là. Normalement, il y a un point où j'ai vraiment mal sur un circuit, mais là, je ne sais même pas par où commencer : on a du mal au freinage, on a du mal à l'accélération, on a du mal sur la mise en angle. C'est difficile de donner un commentaire à l'équipe. On ne va pas dire qu'on est perdus, mais on y est presque."

Je pense que la base, on la connaît. On essaie de chercher des choses mais en trois ans, on sait si elles existent. Mais apparement, on ne les a pas.

Fabio Quartararo

Yamaha multiplie les expérimentations pour améliorer sa moto mais aucune ne semble fonctionner, à l'image d'un double échappement testé puis remisé au placard vendredi. "C'est censé amener plus d'accélération mais ça n'a pas marché", a résumé Quartararo ce samedi. À chaque séance, le Champion du monde 2021 roule avec des réglages différents pour essayer de corriger le tir mais juge impossible d'améliorer une Yamaha qui affiche ses limites après avoir souffert d'un manque de développement.

"Ce week-end, j'étais plus qu'un pilote de test. Je n'ai pas fait une séance avec la même moto, tout simplement parce qu'on essaie de trouver une solution. La base de la moto, c'est pratiquement la même depuis les trois dernières années. Je pense que la base, on la connaît. On essaie de chercher des choses mais en trois ans, on sait si elles existent. Mais apparement, on ne les a pas."

"J'aimerais bien, une fois, essayer quelque chose qui marche mais apparemment, tout ce qu'on essaie, ça ne fonctionne pas", a déploré Quartararo. "On essaie de trouver des choses qu'il n'y a pas sur la moto. Ça fait trois ou quatre ans où ion stagne et où on n'arrive pas à trouver une chose qui va mieux. C'est un peu frustrant mais malheureusement, c'est comme ça."

Confronté à des difficultés comparables sur la Honda, Marc Márquez essaie de moins se concentrer sur les classements mais cette approche ne fonctionne pas véritablement pour Quartararo : "C'est ce que j'essaie de faire mais au final, ce n'est pas une histoire de classement. On voit des gens devant pendant deux tours puis on ne les voit plus. Je connais mon potentiel sur cette piste, je connais mon potentiel globalement mais je n'ai pas le pouvoir, sur la moto et pour me battre avec eux. Je ne peux pas me battre et c'est plus frustrant que la position parce que je ne prends pas de plaisir sur la moto. C'est surtout ce que je cherche sur la moto."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Sprint - Aleix Espargaró double Bagnaia et s'impose à domicile
Article suivant Un "départ raté" et coûteux pour Zarco : "J'ai les boules"

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France