Gresini ou VR46 ? Aldeguer attend de connaître son équipe 2025

Promis au passage en MotoGP la saison prochaine, Fermín Aldeguer affiche sa patience malgré les tractations qui sont en train de recomposer le groupe Ducati.

Fermin Aldeguer, Speed Up Racing

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Lorsque Fermín Aldeguer a été officialisé par Ducati il y a quatre mois, Jorge Martín voyait son compatriote le remplacer chez Pramac, destination qui paraissait logique à tous compte tenu du contrat signé par le futur rookie directement avec le constructeur italien et la promesse, alors, qu'il disposerait du meilleur modèle sorti des ateliers de Borgo Panigale. C'était sans compter sur un rebondissement, la séparation inattendue entre l'équipe de Paolo Campinoti et la marque, le patron toscan ayant choisi d'ouvrir un nouveau chapitre avec Yamaha.

L'escadron Ducati restera, certes, le plus fourni sur la grille MotoGP en 2025 mais ne comptera plus que six motos, réparties dans trois équipes. Le team d'usine est au complet avec le binôme Bagnaia-Márquez, tandis que Gresini a prolongé Álex Márquez et que VR46 s'apprête à le faire avec Fabio Di Giannantonio. Ne restent donc plus que deux guidons, un dans chacune des deux équipes satellites.

Malgré la longue file d'attente des candidats, Fermín Aldeguer se sait à l'abri : il pilotera bien l'une des deux motos. En revanche, il ignore toujours quelle équipe il intégrera en novembre, après sa dernière saison dans la catégorie Moto2. Si VR46 va hériter d'un statut privilégié qui était celui de Pramac jusqu'ici, la volonté de sauver Franco Morbidelli dans l'équipe de Valentino Rossi pourrait conduire à placer Aldeguer chez Gresini. Néanmoins, le team de Nadia Padovani ne manque pas de prétendants non plus et Uccio Salucci fait savoir de son côté que "rien n'est fait" avec Morbidelli.

Aldeguer, lui, affiche son calme et assure qu'il n'a pas de préférence. "Moi, j'ai signé avec Ducati, donc toute équipe qui a une Ducati est une possibilité", explique-t-il, questionné par Motorsport.com sur sa motivation à l'idée de courir pour l'une ou l'autre. "Avant, il y avait aussi la possibilité que ce soit Pramac, mais ça n'est plus le cas maintenant, il n'y a plus que [l'équipe de] Valentino et Gresini. Je pense que cela dépendra beaucoup des équipes et des contrats qu'elles ont, en particulier [avec l'usine]. Je serai transféré sur l'une ou l'autre des motos. En ayant une Ducati, je peux être tranquille, je n'ai pas de préférence."

Lire aussi :

Il n'a, certes, pas de préférence, mais Aldeguer aimerait quand même que la question soit tranchée sans tarder, notamment car cela va influer sur les négociations avec les sponsors. "On suppose que dans les trois semaines de pause, ils nous diront réellement où on va. Surtout pour que l'on puisse aussi gérer le sujet des sponsors et de l'équipement. Cela change beaucoup d'une équipe à l'autre, pas seulement pour ces deux-là mais en général. On va donc voir s'ils me le disent bientôt et si on peut commencer à régler ces choses-là."

Cité par AS, Aldeguer a par ailleurs assuré ne pas vouloir à tout prix une GP25, et ce alors que Ducati s'apprête à réduire la voilure en n'alignant qu'une seule GP25 en dehors de son équipe officielle. Celle-ci est très probablement destinée à Di Giannantonio et le jeune Espagnol devra attendre un peu plus que prévu. "Je pense qu'avoir une GP24 pour la première année en tant que rookie, c'est déjà plus que suffisant", souligne-t-il. "Je ne crois pas que Ducati va faire de gros changements vu le potentiel qu'exprime cette GP24. Et en 2026, j'aurai une moto à 100% officielle. Là, ils devront voir où la placer et où me mettre."

Auteur en Allemagne de sa troisième victoire de la saison, Aldeguer a jugé qu'il avait, avec ce succès, "fermé quelques [bouches]" alors que des critiques l'ont ciblé depuis l'annonce de son arrivée prochaine dans la catégorie reine. Il occupe actuellement la quatrième position du championnat, derrière Sergio García, Ai Ogura et Joe Roberts et devant Alonso López, quatre noms eux aussi parfois cités en vue d'une promotion.

"Après mon podium à Assen et cette victoire en Allemagne, j'aborde la pause très détendu, très motivé pour la seconde moitié de la saison", assure Aldeguer. "On a réduit l'écart, je suis à 39 points [du leader]. Je ne pense pas au championnat, mais il est clair qu'on a pour objectif d'essayer de le gagner, en avançant course par course. Gagner est la meilleure façon de réduire le retard."

Avec Germán Garcia Casanova

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Pol Espargaró va disputer le GP d'Autriche avec KTM
Article suivant Bagnaia "champion absolu" pour Dall'Igna après sa victoire allemande

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France