Russell se défend sur ses erreurs "sous pression" en course

Avant le Grand Prix d'Autriche, George Russell avait eu quelques occasions de remporter des courses. Mais des erreurs en piste lui avait coûté cher et lui ont valu beaucoup de critiques sur sa manière de résister à la pression.

George Russell, Mercedes-AMG F1 Team, vainqueur, sur le podium

Avec sa première place au Grand Prix d'Autriche, George Russell a comptabilisé la deuxième victoire de sa carrière, après le Brésil en 2022. Le Britannique vit actuellement sa sixième saison en Formule 1 et sa troisième chez Mercedes, et a eu quelques occasions de victoire qui n'ont pu aboutir.

Prenons l'exemple du Grand Prix du Canada cette saison, où Russell n'a pu tirer parti de sa pole position face à Max Verstappen et Lando Norris. Ou encore, l'année passée à Singapour, le pilote Mercedes avait envoyé sa W14 dans le mur dans le dernier tour alors qu'il chassait Norris en deuxième position, et aurait sûrement pu tenter d'aller chercher Carlos Sainz, premier, au vu du très bon rythme des Flèches d'Argent.

Après cette erreur, le pilote anglais s'était vivement fait critiquer pour son soi-disant manque de lucidité sous pression. Des reproches qui sont revenus après la course à Montréal et face auxquelles Russell a souhaité se défendre : "Je n'ai pas besoin de répondre à ces gens [qui disent que je cède à la pression]. Parce que je suis concentré sur mon travail. Je pourrais aussi piloter à un dixième du rythme pendant 70 tours d'affilée et je ne ferais pas une seule erreur."

Russell a expliqué que ces erreurs venaient du fait qu'il se "surpassait" et pilotait bien plus agressivement. Un style de conduite qui lui a notamment permis de prendre le dessus sur son coéquipier et septuple Champion du monde, Lewis Hamilton, qu'il a battu en qualifications neuf fois sur 11 cette saison.

Lire aussi :

"En 2022, je n'ai pas fait une seule erreur de toute la saison, mais je ne me dépassais pas comme je le fais aujourd'hui", déclare le pilote de 26 ans. "Et la façon dont je me surpasse actuellement m'a permis de devancer mon coéquipier en qualifications huit fois sur neuf courses cette saison [9 sur 11 courses exactement, après l'Autriche] et de le devancer dans la plupart des courses."

"J'aurais pu rouler à un dixième du rythme, ne pas faire une seule erreur, et terminer troisième [au Canada], et cela aurait ressemblé à une course sans faille vue de l'extérieur. Mais si je savais que j'avais encore un dixième dans le ventre, je m'en serais voulu de ne pas avoir repoussé mes limites. Les gens peuvent donc dire ce qu'ils veulent. Je me suis surpassé. Et peut-être un peu trop."

"Alors oui, les erreurs arrivent, c'est la vie. Nous sommes tous passés par des périodes où l'on fait des erreurs, mais elles se produisent lorsque je me surpasse, et je pense que je suis dans cette position, car je pilote mieux que jamais."

George Russell devant Lewis Hamilton et Carlos Sainz au Grand Prix d'Autriche.

George Russell devant Lewis Hamilton et Carlos Sainz au Grand Prix d'Autriche.

Photo de: Zak Mauger / Motorsport Images

Il y a quelques semaines sur le circuit Gilles-Villeneuve, Russell avait perdu sa première place au bout de quelques tours après avoir été mis sous pression par Verstappen, puis par Norris. Le Britannique a avoué avoir été "un peu dur avec lui-même" après la course, notamment après avoir vu les erreurs également commises par ses camarades de chez McLaren et Red Bull.

"Quand je regarde la course dans son ensemble, tout le monde a commis des erreurs à certains moments", explique Russell. "Max est sorti au virage 1 et a perdu trois secondes. Il est ressorti au virage 3 lorsque Logan [Sargeant] s'est crashé, mais la voiture de sécurité est sortie. Lando est sorti au virage 1."

"Évidemment, j'ai eu ma sortie de piste quand j'étais devant Lando, j'étais 10 cm trop court. Le tour précédent, j'étais près de la ligne blanche, ce tour-là, j'étais 10 cm dessus. Une petite erreur et des conséquences un peu plus importantes. La plus grosse [erreur] a été avec Piastri, je n'ai pas réussi à faire le dépassement [à la dernière chicane où les deux pilotes se sont légèrement touchés]."

"Mais je suis reparti en me disant que j'aurais pu faire différemment. Mais si j'avais gagné cette course et pas Lando, il se serait dit la même chose. Ou si j'avais gagné la course et pas Max, il aurait parlé de ses erreurs. C'était juste une de ces courses où il fallait avoir les bons pneus et je pense que de manière réaliste, sans voiture de sécurité, Lando aurait gagné."

George Russell célèbre sa victoire après la course en Autriche.

George Russell célèbre sa victoire après la course en Autriche.

Photo de: Sam Bloxham / Motorsport Images

"Pour être honnête, je n'aime pas piloter de cette manière, car je préférerais être plus régulier, comme je l'étais en 2022."

Malgré la belle remontée de Mercedes depuis le Grand Prix de Monaco, l'équipe allemande reste un peu en deçà du rythme des McLaren et des Red Bull. Russell reste donc conscient que cette saison, les Flèches d'Argent ne devraient pas pouvoir se battre pour le titre de Champion du monde. Mais des victoires restent possibles, comme en témoigne le week-end en Autriche. Ainsi, le Britannique préfère prendre des risques pour tenter de gagner, plutôt que de jouer la régularité.

"Je sais que si nous étions à une autre époque, j'aurais probablement huit pole positions cette saison et quelques victoires", répond-il. "Je n'ai jamais manqué de confiance en moi ou de satisfaction. Et peut-être que mon pilotage en course serait légèrement différent si je me battais pour un championnat plutôt que pour une seule victoire dans une saison."

"Lors de cette course au Canada, j'ai dépassé mes limites car je sentais que c'était ma seule chance de victoire, alors que si j'étais dans une lutte pour le championnat contre Max, je me serais probablement dit : 'P2, c'est un bon résultat d'aujourd'hui', je l'aurais accepté. Et je devrais ajuster le rapport risque/récompense de mon pilotage. Alors qu'en ce moment, ce ratio est poussé à fond parce que je veux obtenir une [autre] victoire. C'est la mentalité dans laquelle je me trouve en ce moment."

Lire aussi :

Russell a comparé ses performances actuelles avec celles de sa saison 2022, où ses résultats avaient été bien plus constants. Il faisait partie, avec Verstappen et Sergio Pérez, des pilotes avec le plus de courses terminées dans les points, et il avait finit quatrième du championnat pilotes, avec 275 points. Néanmoins, le pilote Mercedes aimerait se permettre un style de pilotage plus régulier l'année prochaine, saison où il espère pouvoir jouer le titre.

"Pour être honnête, je n'aime pas piloter de cette manière, car je préférerais être plus régulier, comme je l'étais en 2022", explique Russell. "Mais depuis six ans que je suis en F1, je n'éprouve pas de satisfaction à terminer régulièrement dans les cinq premiers."

"En 2022, j'ai terminé dans le top 5 plus souvent que n'importe quel pilote sur la grille, mais je préfère terminer P6 à chaque course et avoir deux victoires plutôt que de terminer P5, P4, P3 et ne pas obtenir de victoire en course. J'espère que cette mentalité pourra changer l'année prochaine, si nous avons une voiture qui peut se battre pour le championnat."

Propos recueillis par Alex Kalinauckas

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Bearman dévoile son numéro pour ses débuts en F1
Article suivant Gasly forcé de partir du fond de grille à Silverstone

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France