Formule 1 GP d'Autriche

Wolff ne voit pas de lien entre l'incident Norris-Verstappen et 2021

Le directeur de Mercedes, Toto Wolff, a refusé de faire un lien entre la façon dont Max Verstappen a été puni en 2021 dans ses luttes avec Lewis Hamilton et l'accrochage avec Lando Norris au GP d'Autriche 2024.

Max Verstappen, Red Bull Racing RB20, à la lutte avec Lando Norris, McLaren MCL38

L'accrochage entre Max Verstappen et Lando Norris à la fin du Grand Prix d'Autriche est évidemment l'épisode majeur de l'épreuve courue sur les terres de Red Bull. Après plusieurs tours de lutte acharnée, les deux pilotes sont entrés en contact au virage 3 de la la 64e boucle, ce qui a provoqué une crevaison pour les deux monoplaces. Le Britannique dû se résoudre à abandonner alors que le Néerlandais a terminé au cinquième rang.

Les commissaires ont rapidement statué sur l'incident, jugeant que Verstappen était le principal responsable et lui infligeant la sanction standard de 10 secondes de pénalité, qui dans les faits a été sans effet, et de deux points sur sa Super Licence. Après la course, Andrea Stella, le directeur de McLaren, estimait que ce nouvel épisode d'un accrochage impliquant le triple Champion du monde en titre n'avait rien d'étonnant puisque, selon lui, le pilote Red Bull n'a pas été puni assez sévèrement lors de la saison 2021 dans ses luttes houleuses avec Lewis Hamilton pour changer de comportement en piste.

Lire aussi :

Une vision des choses que ne partageait pas véritablement Toto Wolff, le directeur de Mercedes, qui a assisté grâce à cet incident à la victoire de son écurie avec George Russell"Je ne pense pas que vous puissiez en arriver à cette conclusion", a déclaré l'Autrichien lorsque le point de vue de Stella lui a été présenté après la course. "Cela fait si longtemps, et de notre côté nous sommes dans une situation différente aujourd'hui, et je pense que c'est également son cas [à Verstappen]."

"Il faut être deux pour danser le tango. Pour être honnête, je n'ai pas vu la course de Lando et Max. Je n'ai pas vu comment tout cela s'est passé. Je dois d'abord la regarder avant d'avoir une opinion, mais je ne verrais pas ce qui se passe en 2024 comme une quelconque conséquence du fait que 2021 n'a pas été bien géré. Je ne pense pas qu'il y ait de corrélation entre les deux."

VIDÉO - Norris et Verstappen s'accrochent en Autriche

Des déclarations qui interviennent à un moment où Wolff poursuit l'objectif de tenter d'attirer Verstappen dans ses filets à moyen terme, même si le Néerlandais récemment clarifié qu'il serait bien pilote Red Bull en 2025. Pour rappel, il dispose officiellement d'un contrat avec l'écurie autrichienne jusqu'en 2028, qui semble cependant être assorti de clauses lui permettant de quitter Milton Keynes avant cette échéance.

Au-delà de l'incident, Wolff a par ailleurs reconnu que son écurie, en dépit de sa victoire, devait encore débloquer le potentiel de la W15 pour espérer l'emporter au mérite et être suffisamment attirante pour l'avenir : "Pour l'instant, il faut que deux pilotes s'accrochent à l'avant pour qu'on puisse gagner. Je pense que nous devons continuer à nous remettre en question et à nous demander ce que nous pouvons faire pour avoir une voiture qui nous permette de rivaliser avec ces deux-là."

"Et le faire plus régulièrement. C'est à ce moment là que nous pourrons dire que nous pouvons être une destination pour les meilleurs pilotes, y compris Max. Mais nous n'en sommes pas encore là, alors je ne suis même pas sûr que... Si j'étais lui, je n'envisagerais même pas un tel transfert, pour l'instant."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent L'ancien patron des moteurs Mercedes F1 rejoint Aston Martin
Article suivant Lewis Hamilton songe à racheter une équipe en MotoGP

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France